Quiz

                           Petite évaluation sur votre perception du fonctionnement de la Justice

Le général Bertrand Soubelet, numéro 3 de la gendarmerie ; Michèle Bernard-Requin, magistrate honoraire qui a présidé les Cours d'assises de Paris et de Bobigny ; Maître Eric Dupont-Moretti, avocat ; Caroline Brun et Marie-Christine Tabet, journalistes ; Christophe Barbier, éditorialiste et Jean-Louis Bruguière, ancien juge anti-terroriste, ont inspiré les termes du questionnaire qui évaluera en 23 questions votre opinion sur notre Institution Judiciaire.

Pour accéder à votre évaluation : opinion             

(Ne pas oublier de se munir d'un papier et d'un crayon parce que cette évaluation est personnelle et confidentielle)

Les 6 derniers billets
Technocratie en Absurdie  -  par GillesBressiere

Technocratie en Absurdie

  Ne jetons pas la pierre au gouvernement actuel qui a hérité de quatre décennies de technocratie débridée multipliant les textes, les normes, les contraintes tout cela avec de tatillons contrôles… 
  Saura-t-il profiter de la crise du Covid-19 pour réformer cette administration de type soviétique dont la pandémie actuelle a révélé la lourdeur et l’inefficacité ? Complexité de textes pléthoriques, souvent flous et parfois même contradictoires, qui permettent toutes les interprétations arbitraires…  Tracasseries qui ont fait fuir nos cerveaux vers des pays ou l’innovation ne se heurte pas à des difficultés aussi absurdes. 


  Un dernier exemple : Vincent Beaufils : Les chiffres sont têtus  - Raison et sentiments
« (…) Dans les hôpitaux aussi: au moment où s'ouvre le « Ségur de la santé », chacun s'accorde sur la nécessaire revalorisation des rémunérations du personnel soignant, en décalage de 20% par rapport au niveau observé dans l'OCDE. Mais où trouver l'argent? Peut-être dans les coûts administratifs délirants de nos hôpitaux (35 % des charges totales, contre 22 % en Allemagne). Sans parler des organigrammes à la Kafka des agences régionales de santé. . .(…) »

                                                                                                  Challenges n°656 du 28 mai 2020.

... / ... Lire la suite

Publié le 29/05/2020 15:13  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut

Idiocratie judiciaire : ça suffit !

Urgent : neutralisons les juges idéologues par des jurés responsables sinon la France ne s'en relèvera pas. Accompagnons cette réforme indispensable d'un choc de simplification administratif. Nous sommes si nombreux à le répéter !

"Certes, jouant toujours le pire, la confrérie des pyromanes associés rêve que le pays reste encore longtemps à l'arrêt, en attendant le Grand Soir. Mais cette secte apocalyptique n'est-elle pas à la ramasse? La crise à venir n'est-elle pas, au contraire, l'occasion de remettre à l'ordre du jour la valeur travail, massacrée par la gauche, puis par la droite, avec les 35 heures? De ce point de vue, très encourageant est le tour pris par l'affaire de la mise à l'arrêt de l'usine Renault de Sandouville.
Évidemment dénué de tout parti pris politique, un juge des référés avait donné raison à la CGT, qui réclamait la fermeture du site. Ce que n'avait pas prévu le magistrat, c'était la grosse colère de tous les autres syndicats, qui venaient de signer le protocole sanitaire avec la direction: la CFDT, FO la CFE-CGC. N'étaient reprochées à Renault que des fautes de formes. Il fallait que « justice» passe au risque de faire crever l'usine?

Jamais responsables, même quand ils sont coupables, toujours dispensés de comptes à rendre, les juges politisés ont les moyens, à l'image de celui-là, d'arrêter les usines s'ils le veulent. Nos délires paperassiers et la complexité du volumineux Code du travail sont leurs meilleurs alliés quand ils sont mal lunés ou militent à l'ultragauche. Tels sont les effets de notre hypercentralisation, fruit des noces de l'Ancien Régime et de la Révolution française: si tout est «pensé» en haut, il ne faut pas s'étonner que les dysfonctionnements s'accumulent dans notre pays, mère patrie de la bureaucratie, avec l'ex-URSS."

Extrait de l'éditorial de Franz-Olivier Giesbert Le Point du 14 mai 2020

Réforme de la Justice (15 mai 2020) : Quand Nicolas Sarkozy et François Fillon ont expérimenté l'introduction de jurés dans deux cours correctionnelles, il est affligeant que François Hollande et Christiane Taubira aient flingué cette expérience trois mois après avoir pris le pouvoir sans avoir cherché à l'améliorer. C'était pourtant très prometteur. Aujourd'hui la France est sous le joug d'une institution judiciaire dont l'idéologie dominante est inspirée par le philosophe Guy Debord "Le bon sens est une valeur bourgeoise". Une délinquance qui explose en agressant impunément des policiers découragés, des entreprises condamnées à tort qui sont obligées de licencier, des innocents crucifiés, voilà où conduit l'inversion des valeurs pratiquée par des magistrats formatés gauchistes. Tragédie d'un pays sur-administré en proie à l'arbitraire.

Aurélie (15 mai 2020) : La défiance des Français contre les autorités se nourrit de tous les travers d'une administration pléthorique s'appuyant sur des textes toujours plus nombreux, plus contraignants et pourtant appliqués arbitrairement. Pourquoi nos gouvernants dorlotent une justice irresponsable, noyautée par des idéologies destructrices qui contribue à infantiliser et à martyriser un peuple exaspéré ? La sortie de la crise provoquée par le Covid-19 aura-t-elle un effet salutaire en permettant enfin de jeter les bases d'une société harmonieuse fondée sur le vrai bon sens ?

Le gouvernement a trouvé la solution pour neutraliser les juges (21 mai 2020) : cliquer Ici

Ca va le CSA ? Avia très bien, merci.

... / ... Lire la suite

Publié le 14/05/2020 15:14  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Dernières nouvelles de l'idiocratie  -  par ReformedelaJustice

Dernières nouvelles de l'idiocratie

L’actuel gouvernement a apparemment tendance à penser qu’une réforme de la Justice doit rester au second plan de ses préoccupations parce qu’il a d’autres chats à fouetter bien plus importants.
Malheureusement les défaillances de l’institutions judiciaires handicapent gravement notre pays.
Une profonde réforme est donc nécessaire pour neutraliser les juges toxiques, cela par l’apport de jurys populaires dans les cours.
Car l’idéologie dominante, fondée sur l’inversion des valeurs, fait l’éloge de la bêtise : Guy Debord n’a-t-il pas écrit «Le bon sens est une valeur bourgeoise» pour justifier toutes les conneries.

 Étienne Gernelle : Prurit procédurier
« (...) Cette nouvelle civilisation du parapluie doit beaucoup à la hargne croissante des procéduriers professionnels. Ainsi, la nouvelle stratégie de la CGT et de Sud, notamment, consiste à exercer à l'encontre des entreprises un chantage aux poursuites judiciaires. Au rêve du grand soir succède le prurit des petits procès. Et il n'est pas sûr que les magistrats, souvent acquis à la même idéologie -et qui n'ont, eux, presque jamais de comptes à rendre-, s'interposent toujours... Avantage de cette méthode pour la CGT, elle n'exige pas de mobiliser autant de salariés que pour une grève: un seul délégué suffit. La centrale cégétiste compense ainsi son influence déclinante (surtout dans le privé). Il ne faudra pas oublier de rappeler son cynisme lorsque les licenciements se multiplieront. En attendant, les entreprises sont pour beaucoup tétanisées. Elles ne rouvrent qu'avec parcimonie leurs locaux et usines, d'autant que les normes établies par l'État dans son « protocole national de déconfinement » sont tellement précises que la probabilité du sans- faute est proche de zéro. (...) »

Le point 2489 du 7 mai 2020.

Il n’y a pas que la Justice à réformer d’urgence

Nicolas Baverez : La nouvelle expansion de l'État
« (...) La pandémie de coronavirus s'inscrit ainsi dans la longue chaîne des crises que l'État, qui prétend s'ériger en protecteur de la France et des Français, a échoué à gérer, du krach de 2008 à la vague des migrants en passant par les attentats djihadistes. Par contraste, les démocraties qui ont le mieux réagi sont celles où l'État est modeste et décentralisé, où les finances publiques sont maîtrisées, où l'initiative et l'innovation privées sont encouragées, où l'administration se met au service du citoyen au lieu de le soumettre à son arbitraire, où les dirigeants font appel au civisme de la population au lieu de l'infantiliser et de la punir. (...) »

Le Point 2489 du 7 mai 2020.

Si ce n'est pas de la folie, c'est quoi, ça ?
 

 Cette épidémie a fait découvrir que nous avions en France :
 
* Le Ministre de la Santé
* Le directeur Général de la Santé
* La direction de Santé Publique France
* Le Directeur de la Haute Autorité de Santé
* les Directeurs des Agences Régionales de Santé
* Le Directeur de l'Agence nationale Sanitaire
* la Direction de l'Alliance Nationale pour les Sciences de la Vie et de la Santé : Epidémiologie-France
* Le Centre National de Recherche Scientifique en Virologie Moléculaire
* L'agence Nationale de sécurité du médicament et de la Santé.
* Un nombre d Infectiologues Parisiens incroyablement et anormalement élevés probablement lié au fait que les Virus et de Bactéries descendent de l'avion à CDG et ouvrent leur sièges social prés de l étoile
Mais comme tout cela ne suffit toujours pas ! Et suite à cette Épidémie , Nos Chers Politiques , monstres d'efficacité, de pragmatisme , et toujours soucieux d'économies des finances publiques vont créer :
- le Haut Commissariat de lutte contre les Epidémies
- Le Haut Conseil de Veille Sanitaire
- L'agence Nationale de Sécurité de Logistique Médicale .
- 5 000 fonctionnaires en plus ( et les petits copains à placer) et ou ça ? : à Paris, évidemment !
La prochaine fois, on aura peut être des masques (payants) mais il va manquer les gants !
La Médecine Française croule en effet sous l'administratif centralisé...
Et pour la mise en place du déconfinement, on nomme un Monsieur déconfinement, Jean Castex ENA, puisque il n'y avait personne de compétent et disponible dans l'armée citée précédemment.

Une "fake news" ? Ou est-ce vraiment la révélation d'une sinistre réalité qui circule sur le net ?

Commentaire d'Antoine (12 mai 2020) : Si c'est vrai, une fois de plus le gouvernement utilise une vieille recette pour montrer qu'il a fait quelque chose. Dépenser toujours plus d'argent public pour un résultat médiocre ou nul. Avec cette absence récurrente d'imagination féconde, c'est bien l'immobilisme qui est en marche et que rien ne peut plus arrêter.

François Marie Arouet (13 mai 2020) : Il est dommage que Jean Castex, haut fonctionnaire reconnu pour ses compétences, ait été nommé responsable d'un organisme supplémentaire qui ne remplace pas plusieurs services administratifs redondants. 

... / ... Lire la suite

Publié le 08/05/2020 11:19  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
L'idiocratie, une maladie guérissable ?  -  par GillesBressiere

L’idiocratie, une maladie guérissable ? 

  La France, c’est pour nous notoire, a le meilleur service de santé publique du monde et c’est le pays de la Déclaration des Droits de l’Homme. cliquer Ici


  Mais aujourd’hui, il faut que certains justiciables français acceptent d’être pris pour des sots, ou de le devenir, par obligation de valider des choses ineptes. 
  Notre Justice c’est comme un Etat totalitaire qui ne peut gouverner qu’en harcelant ceux qui ont des critiques intelligentes. Administrer des imbéciles est plus facile, il suffit de masquer les réalités par des slogans ou des affirmations biaisées ou carrément fausses, avoir une Education Nationale politisée par les idéologues agréés et surtout une Justice bêtifiante aux ordres. Mais ça a un coût : notamment cette baisse constatée du QI du peuple français (96 au lieu de 100 il y a deux décennies !) Les peuples de Singapour, de Taïwan, de la Corée du Sud, etc. culminent à 111 de QI ! Quinze points d’écart, c’est énorme ! On en a vu le résultat avec le traitement de l’épidémie du Covid-19 par ces pays, à comparer à ce qui a été fait en France.

  Le film « Idiocraty » (prémonitoire ?) donne une idée du résultat de la volonté politique de rendre les administrés et les justiciables sots. C’est très inquiétant ! 

  Pour redonner du bon sens à la Justice et éviter qu’elle ne s’égare dans des arguties spécieuses,  un seul remède : faire contrôler les magistrats par des jurys populaires composant des Commissions Ethiques. Les jurés, sans corporatisme, ne répéteront pas inlassablement les sottises éventuelles de leurs prédécesseurs car il jugeront sans préjugés, en leur âme et conscience. Ils sauront corriger aisément des erreurs manifestes, ou expliquer comment exécuter sans se tromper une peine, ce dont est totalement incapable notre justice aujourd’hui.

A noter que le gouvernement actuel a donné un bien mauvais signal en créant une cour d’assises sans jurés, uniquement composée de magistrats.

Commentaire d'Antoine (20 avril 2020) : A quand le remplacement du Garde des Sots par un vrai Ministre de la Justice ?

Commentaire d'Aurélie (21 avril 2020) : Les vrais délinquants ne seraient-ce pas ces gens, soi-disant respectables, qui ont fait vicieusement condamner quelqu'un qu'ils savaient pertinemment innocent ?

Commentaire de François-Marie Arouet (22 avril 2020) : "Les historiens qui se pencheront sur notre époque seront à même de conclure qu’en ce temps là « tout innocent est un coupable qui s’ignore » et qu’a contrario, avec 100 000 peines par an jamais appliquées, « tout délinquant est un innocent qui s’ignore »." Tristement exact !

Jacqueline (22 avril 2020) : pourquoi la justice a fait cette opération 88 m² - 60 m² = 88 m² ?
  Réponse : La cour, en ‘calculant’ ainsi l’agrandissement ‘effectué’ invalidait rétroactivement en 2012 l’autorisation de travaux accordée en 2007 parce que cette surface de 88 m² dépassait le seuil autorisé pour une déclaration de travaux sans permis de construire (40 m² était le seuil autorisé par la loi Sarkozy de 2007). Il faut rappeler néanmoins que l’agrandissement qui a réellement été construit est inférieur à 20 m² ! Idiocratie quand tu nous tient…

Gérard (22 avril 2020) : Si un jury populaire avait été présent à la cour, il y aurait eu sûrement, parmi les jurés, quelqu'un ayant des notions d'arithmétiques qui aurait fait remarquer que '88 moins 60' ne pouvait pas faire 88. 

  Sir Winston Churchill parlait du système soviétique :  « En Angleterre tout est autorisé sauf quand c’est interdit. En Russie tout est interdit même quand c’est autorisé. » 
  La ressemblance de l’actuelle technostructure française avec l’administration soviétique est tragiquement criante avec tous les dégâts que ça occasionne sur l’économie du pays, sur le chômage, sur la justice, sur la santé publique, etc. 

  Jean de Kervasdoué, l’ancien directeur des hôpitaux au ministère de la santé, interviewé par François-Guillaume Lorrain : « Le système de santé est devenu soviétique avec des lobbys sclérosants, diktat économique, manque d’experts médicaux et absence totale de vision politique ». (Le Point n° 2487 du 23 avril 2020)

Le_Point.jpg

Dernières nouvelles de l'idiocratie (7 mai 2020) Cliquer ici

Franz-Olivier Giesbert : "(...) Le concours de fadaises a déjà commencé et, comme d'habitude, la CGT a un train d'avance. «Coronavirus, virus capitaliste », dit un de ses slogans. Pourquoi pas, pendant qu'on y est, un virus communiste, allemand, israélien, islamiste, américain, «néolibéral» ? Les jobards! La machine à inepties est en état de marche, il suffit de mettre une pièce dedans. Avec la crise économique qui vient, sa production pourrait bien dépasser toutes les prévisions. (...)"    et    "(...) pour reconstruire la France, de Gaulle a su s'appuyer sur des politiques, fussent-ils ses contempteurs, en essayant de dépasser ces attrape-gogos que sont les idéologies. On ne gouverne pas la France en donnant tous les pouvoirs à l'administration. Sauf à se retrouver avec un gouvernement comme celui-ci, qui, souvent, ressemble à une confrérie de bras cassés. (...)"

... / ... Lire la suite

Publié le 19/04/2020 22:34  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Coronavirus : la fin de l'Etat de droit  -  par GillesBressiere

Le coronavirus enterre l'Etat de droit

Depuis un mois la justice n'est plus rendue,
des ordonnances viennent entraver nos libertés
et les contre-pouvoirs sont abolis.

Par Nicolas Baverez : cliquer Ici

Extrait : "(...) La justice est désormais suspendue. Force est de constater qu'elle ne figure pas dans les activités essentielles à la vie de la nation puisque, sous couvert de suspension des audiences, elle s'est mise en congé. Les tribunaux ignorent résolument le télétravail et ne répondent plus à quiconque. Les cours suprêmes ont fait valoir leur droit de retrait dans la défense des libertés.(...)"

Prisonniers libérés, audiences suspendues... Il est temps de réformer cette institution obsolète. Il faudra fonctionner avec des jurés, tirés au sort à partir des listes électorales, qui jugeront en visioconférences (cf. l'essai : "L'horreur judiciaire (Au nom du peuple français".)

Le match France-Allemagne sur le Covid-19 (15 avril 2020) : 7,6 % de létalité en France - 1,3 % en Allemagne avec des budgets presque identiques (environ 11 % du PIB de chaque pays). Bravo l'administration pléthorique et tyrannique des hôpitaux qui sévit en France ! Il faut dégraisser le mammouth administratif de la Santé Publique et consacrer les économies qui en résulteraient aux personnels soignants et à acquérir du matériel médical pour de meilleurs soins des patients.

Sébastien Le Fol (16 avril 2020) : Ceux qui jouent leur peau... et les autres - Cliquer Ici

... / ... Lire la suite

Publié le 09/04/2020 17:41  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Coronavirus, pauvre France !  -  par GillesBressiere

Santé : gare à la tiers-mondisation !

Franz-Olivier Giesbert (extraits de son dernier éditorial : 'Le Point' n° 2484 du 2 avril 2020). Cliquer Ici

« (…) À cela, il faut ajouter un incivisme obscène qui amène la CGT, syndicat reconverti en secte apocalyptique, à déposer un préavis de grève dans les services publics, du 1er au 30 avril. Une telle abjection serait-elle possible ailleurs? Même si les revendications peuvent être fondées, n'est-ce pas franchement déplacé, camarades?

(…) Risible suffisance. Nous avons, c'est entendu, le meilleur système de santé du monde, tous les autres étant au-dessous de tout, comme le martèle sans arrêt notre pontifiante doxa. Mais est-ce si sûr? Le Covid-19 a brutalement mis au jour l'état de pénurie de notre prétendu «modèle» qui, quand l'épidémie est arrivée, manquait de tout. De masques, de respirateurs, de matériel de dépistage, de lits de réanimation ou d'hospitalisation: 100 000 de moins qu'il y a vingt ans!

Pourquoi cette misère indigne d'un pays développé? L'an dernier, une étude conjointe de la Commission européenne et de l'OCDE révélait que la France consacrait 11,3 % de son PIB à la santé, le record de l'Union avec l'Allemagne. Apparemment, donc, nous dépensons assez. Mais empégués dans la bureaucratie, les normes en tout genre et les directives tatillonnes d'une flopée de comités Théodule, dépensons-nous bien? »

Etre bien administrés ce n’est surtout pas être sur-administrés !

C’est le Président de la République Georges Pompidou qui, déjà, tançait un jeune énarque (Jacques Chirac) « cessez d’emmerder les Français ». Par la suite ça n’a pas du tout été compris ni appliqué par le ‘socialisme anti-social’ (un socialisme technocratique au service de lui-même et non au profit du peuple, avec toujours plus de tracasseries et de contraintes dont certaines sont totalement ineptes) qui a présidé aux destinées de la France.

Georges Clemenceau : "La France est un pays extrêmement fertile : on y plante des fonctionnaires et il y pousse des impôts". Le plus grave c'est qu'il y pousse surtout des règlements, souvent superfétatoires et débiles, qui handicapent le développement économique et la santé des Français.

Yuval Noah Harari l’auteur de Sapiens et Homo deus (Albin Michel) :
"En démocratie, les époques comme la nôtre sont celles où le tyrans peuvent prendre le pouvoir et imposer des dystopies, mais aussi celles où des réformes longtemps espérées peuvent éclore et où des systèmes injustes sont réformés. D’ici à la fin de cette année, nous vivrons dans un nouveau monde. Il faut espérer qu’il sera meilleur."

... / ... Lire la suite

Publié le 02/04/2020 14:05  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Visites

 105691 visiteurs

 5 visiteurs en ligne

Vous êtes ici :  Accueil