Quiz

                           Petite évaluation sur votre perception du fonctionnement de la Justice

Le général Bertrand Soubelet, numéro 3 de la gendarmerie ; Michèle Bernard-Requin, magistrate honoraire qui a présidé les Cours d'assises de Paris et de Bobigny ; Maître Eric Dupont-Moretti, avocat ; Caroline Brun et Marie-Christine Tabet, journalistes ; Christophe Barbier, éditorialiste et Jean-Louis Bruguière, ancien juge anti-terroriste, ont inspiré les termes du questionnaire qui évaluera en 23 questions votre opinion sur notre Institution Judiciaire.

Pour accéder à votre évaluation : opinion             

(Ne pas oublier de se munir d'un papier et d'un crayon parce que cette évaluation est personnelle et confidentielle)

Les 6 derniers billets
Justice criminogène  -  par GillesBressiere

Justice criminogène (billet complété le 23 mai 2021)

  La cause principale de l’explosion de la délinquance qui pourrit la vie des gens c’est le dysfonctionnement endémique de l’institution judiciaire. Deux exemples apparemment anodins avec ces deux affaires d’agressions canines ci-dessous :

  Une pétition circule sur le Net qui montre que les propriétaires de chiens dangereux qui n’ont pas respecté les mesures de sécurité obligatoires, après avoir été ainsi responsables de graves blessures, sont épargnés par la justice : "La police n'a pas remis la plainte au Parquet, car elle ne veut pas le submerger; La police veut mener l'enquête elle-même, sauf leur respect quelle enquête ? ma mère a les marques encore des chiens, certificat médical...." Cliquer Ici

  En octobre 2019 s'est produit une affaire identique. Le propriétaire d'un canidé agressif extrêmement dangereux, qui était chasseur, menaçait de mort quiconque voudrait s'en prendre à son chien dont les attaques avaient pourtant fait déjà plusieurs victimes. Dans cette affaire où le maître laissait divaguer son chien sans précaution, c'est le parquet qui, méprisant la plainte, l'a classée sans suite (... pour ne pas engorger la justice ?...) : Cliquer

  En amont, les hauts fonctionnaires de la police ont donné pour consigne aux commissariats de quartiers de dissuader les victimes de porter plainte, pour ne pas surcharger la justice et surtout biaiser les statistiques. 
  En aval, les procureurs accumulent des classements sans suite douteux pour les mêmes raisons. 
 Ensuite, le laxisme proverbial des juges contribue à accentuer le sentiment d’impunité des délinquants (par exemple récemment, un policier molesté a vu son agresseur bénéficier d’un simple rappel à la loi !). 
 Enfin, pour achever ce sinistre tableau, c’est annuellement plus de cent mille peines qui ne sont jamais exécutées !


  Depuis quatre décennies nos politiciens se sont abstenus de prendre les mesures adéquates, emprunts de l'idéologie mortifère de l’excuse qui fait porter sur les victimes la responsabilité du préjudice qu’elles ont subi. 
  Au prétexte gauchiste que « la propriété c’est du vol » des locataires sont invités à ne plus payer leur loyer ou pire : les squatters bénéficient d’une protection judiciaire d’une injustice révoltante.
  « Les patrons sont des esclavagistes », cet autre mantra de l’extrême gauche activiste, a contribué à désindustrialiser le pays, faisant grimper le chômage à des niveaux insoutenables. 

  Le billet « La tectonique des peuples » révèle que la poussée tellurique des mécontentements n’est pratiquement pas perceptible par nos dirigeants (politiciens et hauts fonctionnaires) ou bien qu’ils s’en moquent, les inconscients. La théorie des catastrophes affirme que le moment où va se déclencher le cataclysme hercynien est quasi imprévisible et aussi qu'il est impossible de prévoir de quelle façon il va se produire (jacquerie, insurrection ou révolution, pour rester dans spécificité de la tectonique des peuples).
  Les signes avant coureurs sont pourtant bien visibles : bonnets rouges, gilets jaunes, manifestations de policiers et surtout ces milliers de pétitionnaires de la grande muette, l’armée, qui ne peuvent plus cacher leur écœurement et leur exaspération. 
  58 % des Français qui ont été sondés sur la lettre parue dans ‘Valeurs actuelles’ approuvent ces militaires : Cliquer
Ici 

  Pour enfoncer le clou : Franz-Olivier Giesbert dans Le Point  (n° 2543 du 13 mai 2021) - Extraits : 
«
(…) Faire taire les chaînes d'info: voilà ce que proposent sans rire les bons esprits de la bien-pensance, qui n'hésiteront sans doute pas à demander bientôt l'interdiction de la presse, sous prétexte qu'il faut, comme aurait dit Tartuffe, cacher cette actualité qu'on ne saurait voir. Preuve qu'après avoir mis à mal les piliers de la République, comme la justice et l'école, la désagrégation de la société, à l'œuvre depuis des décennies, s'attaque maintenant aux cerveaux! (…)
(…) Un président n'a-t-il pas mieux à faire qu'à préparer les prochaines régionales alors que, en homme d'État, il devrait se préoccuper des prochaines générations, quand tout va à vau-l'eau et que la maison commence à brûler, sur fond d'inversion des valeurs, des repères? (…)
(…) Il est urgent que Macron et ses futurs adversaires s'élèvent un peu et abordent enfin les défis qui se posent à la France (…) »

  Réformer l’institution judiciaire s'impose d'urgence pour enfin disposer d'une vraie justice efficace, celle du bon sens et non celle d'idéologues irresponsables, alibis de la paresse gouvernementale. C’est à dire squeezer les juges qui ont failli en les contrôlant avec des jurys populaires tirés au sort. Appliquer la loi, même dans les territoires perdus de la République. Améliorer la sécurité des citoyens en donnant la priorité à l’inactivations des multirécidivistes plutôt qu’à leur illusoire rédemption ; la police a raison de le réclamer à l’unisson avec la majorité des citoyens.

  Nous n'avons pas assez de prisons ? les Belges non plus !... mais ils louent toutes les cellules qui leur manquent aux Pays-Bas, leurs voisins mieux pourvus. Malins les Belges !

Ordre, réussite, fierté française… Valérie Pécresse dévoile les lignes d’un projet très présidentiel – Propos recueillis par Jérôme Cordelier et Nathalie Schuck (dans Le Point  n° 2543 du 13 mai 2021) – Extrait : 
« (…) Il ne suffit pas de dire qu’on veut « plus de bleu » en augmentant les effectifs policiers, encore faut-il que la réponse judiciaire soit au rendez-vous et que la peine soit exécutée. Les juges de Bobigny se plaignent de prononcer des « peines fictives », car jamais pleinement exécutées. En attendant les milliers de places de prisons promises, je propose d’aménager sans délai des bâtiments publics en centres de détention et d’y placer les délinquants sous bracelet électroniques, pour les éloigner de leurs quartiers et les mettre hors d’état de nuire. (…) »
  Cette mesure à effet presque immédiat, pourquoi pas ? Cela n’interdira pas de la compléter préalablement par la location de cellules, en sollicitant nos pays voisins mieux dotés, pour permettre d’attendre l’adaptation des bâtiments publics en centres de détention (les casernes désaffectées par exemple ?). 
Petite précision à demander : pourquoi porter un bracelet électronique dans un tel centre de détention ?
 

... / ... Lire la suite

Publié le 02/05/2021 15:07  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Communications  -  par h16

Communications

veran-contradictions.jpg

macron-mesures-de-precaution-et-maitenant-ferme.jpg

... / ... Lire la suite

Publié le 30/04/2021 21:21  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
L'honneur perdu de la Justice  -  par GillesBressiere

JUSTICE COMPLICE DES DELINQUANTS

(Billet complété le 28 avril 2021) : Vous avez dit CIM ? Pensez-vous ainsi redonner de l'autorité à l'Etat ?

Poin_22-4-21.jpg

Pensez-vous que des jurés populaires auraient considéré irresponsable Kobili Traoré au casier judiciaire garni d'une vingtaine de condamnations et n'ayant aucun antécédent psychiatrique ?

PETITION QUI CIRCULE SUR LE NET

« Le gouvernement français est en train de saigner à blanc sa propre population. 

Plus particulièrement les petits propriétaires. 

Comment ? 

En aidant des locataires malhonnêtes qui ne paient pas leur loyer. 

C’est un cercle vicieux qui bénéficie à ceux qui profitent du système : 

· Ils exploitent le système sans s’inquiéter ; 

· Ils mettent plus bas que terre des gens honnêtes .

Et l’Etat en rigole du haut de sa tour d’ivoire. 

Ce n’est pas une fiction : tout ce que je vous dis est réel.

Le témoignage de Solange m’a retourné l’estomac. 

Son locataire actuel profite de sa maison avec piscine depuis 3 ans sans payer un seul centime … 

… pendant qu’elle vit dans un camping-car. 

Voici la situation dans laquelle se trouve Solange : 

· Elle perd de l’argent tous les mois injustement ;

· L’Etat la force à payer les réparations de sa propre maison pour le petit confort du squatteur ; 

· Elle doit vivre dans un camping-car de 15m2 en attendant une énième décision de la justice ; 

· Elle a même fini en dépression … 

L'État français attaque la propriétaire honnête et défend le locataire qui ne paie pas depuis 3 ans

Bien sûr, il faut aider son prochain.

Mais qui aidera Solange ?

C’est la dignité de milliers de français qui est en jeu, car Solange n’est pas un cas isolé.

J’ai donc besoin de vous pour faire remonter l’information à Emmanuelle Wargon, ministre du Logement.

C’est l’avenir de la France qui est en jeu ! »

Pensez-vous que des jurés populaires auraient laissé souffrir Solange depuis plus de 3 ans ?

Malheureusement la justice française est complice avec les délinquants, indifférente aux victimes et féroce avec les innocents. Inversion des valeurs et laxisme sont ses règles coutumières. Tant de fiascos judiciaires explique et stimule l'explosion de la criminalité. 

Autre pétition qui circule sur le Net (28 avril 2021) : "En France, les juges s’autocontrôlent. Il n’existe aucun contre-pouvoir. C’est pourquoi notre association demande la création d’une commission citoyenne indépendante de la magistrature (la CIM), chargée, en cas de dysfonctionnements judiciaires, de se saisir des plaintes et doléances des justiciables, de réparer les dommages subis et de prendre toutes les mesures disciplinaires à l’encontre des responsables, quel que soit leur rang, leur titre ou leur statut dans la chaîne judiciaire."

L'idée de Commissions Ethiques composées de jurés tirés au sort ou bien la création d’une commission citoyenne indépendante de la magistrature (la CIM) sont en train de devenir des propositions de plus en plus répandues dans l'opinion publique. La probité et la responsabilité des magistrats sont des exigences évidentes pour une justice rendue "au nom du peuple français". Elles seront sûrement proposées aux futurs candidats à la présidence de la République : Cliquer Ici

... / ... Lire la suite

Publié le 22/04/2021 16:22  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Présidentiable et Covid  -  par GillesBressiere

Présidentiable et Covid

Un bon président de la République devrait oser dire la vérité et ne pas annoncer que si l’on ne fait rien pour enrayer l’épidémie du Covid on devrait déplorer 400 000 morts. 400 000 décès c’est la fourchette haute d’une simulation effectuée sur l’hypothèse d’un agent pathogène bien plus virulent de le coronavirus qui sévit actuellement.
Un bon président de la République devrait oser la cohérence. Ne pas interdire la pratique du sport tout en obligeant des millions de travailleurs indispensables à emprunter quotidiennement les transports en commun aux heures d’affluence. La natation, l’aquagym se déroulent dans des piscines aseptisée au chlore dans lesquelles les virus et les bactéries ne prospèrent pas. Le sport est une activité préventive qui améliore la résistance à la maladie. Pourquoi nous en priver ?
Un bon président de la République devrait oser l’efficacité. Libérer l’économie de la pesanteur administrative. L’exemple de la Santé Publique est édifiant avec un coût administratif s’élevant à 35 % de son budget contre 22 % en Allemagne (ce qui est déjà trop !). Ces ressources gaspillées par les bureaucrates sont à alléger d’urgence pour les consacrer uniquement aux soins des malades et au personnel soignant.
Un bon président de la République devrait oser la convivialité. Rouvrir les restaurants permettrait de retrouver une vie sociale qui est préventive des dépressions nerveuses et tentatives de suicides. C'est une tautologie que d'affirmer que relancer l'activité économique est un frein au chômage par la réduction du nombre de futures faillites ruineuses. Le bon moral d’une nation est un puissant moteur de réussite. Cliquer H16
Un bon président de la République devrait oser arrêter le déclin du pays. La France figurait en 1975 au 5ème rang mondial du revenu par habitant… aujourd’hui elle est 26ème ! Que les politiciens arrêtent de gérer les affaires courantes pour entreprendre enfin de vraies réformes qui soient salutaires pour le pays. Ces réformes, mêmes impopulaires il faut savoir les présenter au peuple avec sincérité et une bonne pédagogie. Associer les citoyens dans la conduite des réformes aiderait à leur succès. Et surtout abandonner le déni du réel en ne cédant plus aux injonctions obscurantistes des islamo-gauchistes et des Khmers verts.

Dernière nouvelle stupéfiante (15 avril 2021) : rappelons l'extrait du projet de loi du Garde des Sceaux Éric Dupont-Moretti, exposé dans Le Point n° 2533 du 4 mars 2021 :
«Or cette justice rendue par le peuple au nom du peuple français, j'y suis profondément attaché. Les Français aussi.» A comparer avec ce qu’il a décidé en final, et qu’il vient d’exprimer six semaines après,
 en décidant, au contraire, d'augmenter le nombre de Cours Criminelles dont les audiences comprennent uniquement des magistrats sans jurés !

Une fois de plus la technocratie évince la démocratie : quelle déception !
Encore une victoire du socialisme technocratique sur la démocratie sociale :
La République en marche... vers la soviétisation de la France !

... / ... Lire la suite

Publié le 08/04/2021 17:12  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut

Premier candidat : premier programme présidentiel

Point_25-3-21.jpg

Pour l’exposé complet du programme présidentiel de Xavier Bertrand : cliquer Ici 

« (…) Le Point : Comment va s'articuler votre programme de «redressement» national?
Xavier Bertrand : D'abord restaurer l'autorité! Notre pays est gangrené par l'insécurité et la violence. Je reprends à mon compte le constat « France Orange mécanique ». C'est beaucoup plus grave que ce qu'Emmanuel Macron appelle des « incivilités ». Il n'a jamais pris la mesure de ce qui nous arrive. Le chef de l'État est le responsable de la sécurité des Français. Le président de la République, qui est le chef des armées, doit aussi devenir le chef de toutes les forces de sécurité. Le premier acte de mon mandat sera de présenter aux Français une loi de programmation quinquennale pour leur sécurité. Ce qui signifie notamment augmenter les budgets de la sécurité et de la justice. La sécurité des Français, avec moi, ce sera «quoi qu'il en coûte».
Souhaitez-vous encore durcir la loi?
Cela s'impose. En matière de terrorisme, je souhaite porter la période de sûreté à cinquante ans. Les terroristes islamistes sont jeunes, et je ne veux pas les voir libérés tant qu'ils sont en état de nuire. Je souhaite que ce changement s'applique de manière rétroactive. Et je soumettrai cette question aux Français par référendum, s'il le faut. »
Remarque : Le referendum en début de quinquennat est une bonne idée pour réformer vite. 
En revanche il est peu utile de faire des lois que les magistrats n’appliqueront pas (comme autrefois les peines plancher sous la présidence de Nicolas Sarkozy). Une peine de sûreté de cinquante ans ne sera jamais prononcée contre un djihadiste par des magistrats islamo-gauchistes (on peut en trouver au sein du Syndicat de la Magistrature, très à gauche).

Sauf si… on peut neutraliser ces juges idéologues en introduisant dans les cours des jurés populaires tirés au sort.

«(…) Le garde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti, souhaite supprimer les remises de peine automatiques. Iriez-vous plus loin?
Avant de parler de remise de peine, encore faudrait -il qu'il y en ait une! Nous devons mettre un terme à l'impunité. Je plaide pour que des peines minimales automatiques soient instituées, y compris la révocation effective du sursis en cas de récidive. Le procureur doit pouvoir condamner lui-même à des travaux d'intérêt général et de réparation, infliger directement des amendes, avec saisie sur salaires ou sur prestations sociales. Le juge n'interviendra plus avant mais après, s'il y a un recours. Et surtout, les peines de prison doivent être exécutées, y compris les courtes peines, qui ne le sont quasiment jamais. Actuellement, il y a un numerus clausus qui ne dit pas son nom. Il faut construire plus de places de prison, 20000, pas moins. »
Remarque : combien de temps faut-il pour construire 20000 places de prison ?
Sauf si… la France fait appel à ses voisins mieux pourvus en pénitenciers pour réduire sa surpopulation carcérale tout en en augmentant l’effectif de ses détenus, comme la Belgique l’a déjà fait avec les Pays-Bas.

« La centralisation et la verticalité, c'est l'histoire de la France... C'est aussi le cœur du «mal français», comme l'a analysé Alain Peyrefitte. Comment comptez-vous aller contre ça?
L'État centralisé est un cadavre qui étouffe l'initiative des Français. La crise du Covid marque son acte de décès. Si on veut de l'efficacité, il faut de la proximité : une République des territoires, j'assume le mot. Les décisions tombées de Paris, ça suffit! Pas parce que c'est Paris, mais parce que ça ne marche plus. La crise des Gilets jaunes l'a démontré. Il faut «déparisianiser» le fonctionnement du pays en transférant de vastes compétences aux collectivités locales (emploi, social, santé, logement, formation professionnelle ou encore la transition écologique). Confions au préfet un pouvoir d'interprétation et de dérogation de certaines normes nationales, afin de les adapter à la situation des territoires. La loi SRU et ses 25 % de logements sociaux, par exemple, ne peut plus être une toise uniforme, il faut du sur-mesure. »
Remarque : Un préfet est-ce le meilleur moyen de décentraliser ?
Sauf si… on formait des commissions de citoyens issus de la région, tirés au sort, pour analyser les besoins locaux puis d’en soumettre leurs suggestions à la préfecture qui les mettra en œuvre.

« La critique de la technocratie rencontre un grand écho dans le pays, comme le montre l'intérêt pour les analyses de David Lisnard, le maire de Cannes. Y aura-t-il une méthode Bertrand pour débureaucratiser la France?
Les technocrates n'ont pris que le pouvoir qui leur a été abandonné. Ce sont les politiques qui ont failli. Que les ministères parisiens assument leurs missions régaliennes et de préparation de l'avenir! Transférons le pouvoir du quotidien aux élus locaux et aux préfets! »
Remarque : Nicolas Sarkozy demandait ‘100’ à l’administration, et seulement ‘10’ étaient réalisés en final. Les présidents et les ministres passent, les hauts fonctionnaires restent…
Sauf si… le gouvernement sanctionnait les hauts fonctionnaires qui n’atteignaient pas les objectifs qui leur étaient assignés. Faudra-t-il s’appuyer sur un referendum pour qu’enfin les citoyens obtiennent que l’administration soit à leur service, en dézinguant cette actuelle forteresse qui ne roule que pour elle-même ? En dégraissant le mammouth…en y ajoutant le contrôle citoyen sur les décisions prises.
Qu’il soit facilement possible de révoquer ceux qui n’appliquent pas efficacement les directives gouvernementales. Une révolution !

Conclusion : un candidat qui veut sortir du lot se doit d’être disruptif. Il doit absolument sortir des sentiers battus !

Encore une remarque : que doit faire un candidat pour arrêter la spirale descendante ci-dessous?

Ecolocon.jpg

... / ... Lire la suite

Publié le 28/03/2021 11:04  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut

Heureux comme Haut fonctionnaire en France

Ce matin mardi 9 mars 2021 à 08h30, nous avons eu droit sur France Info à une demi-heure de causerie de la part d’un illustre haut fonctionnaire  de l’Etat français : le gouverneur actuel de la banque de France, François Villeroy de Galhau.  
https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Villeroy_de_Galhau#cite_note-33
Il a développé le thème à la gloire économique de la France en cette période de pandémie, à savoir que si nous avions perdu 8% de PIB l’année dernière, nous avions effectué la plus belle remontée économique d’Europe à chaque déconfinement : en gros, nous étions les meilleurs du Monde entier, comme toujours et allions bientôt battre tous les records, et à tous les niveaux  dont la résorption du chômage. Pour ceux qui ont déjà entendus au fil des décennies ce genre d’homélie, ils ne pourront s’empêcher de penser que nous sommes bien en campagne électorale. 
On voit mal comment le chômage se résorberait aussi facilement dans un pays qui a perdu la moitié de ses capacités industrielles en 20 ans, passant de 20 à 10%. Il existe une autre possibilité : simplement que l’on raye les chômeurs des listes de Pôle Emploi, car la fonction dévolue à la France en Europe étant d’être un pays touristique, les seuls postes à pourvoir concerneront des emplois saisonniers de garçons de café, d’employés d’hôtels, de femmes et hommes de ménage. Pour l’industrie, c’est non : mieux vaut investir en Pologne, en République Tchèque, en Roumanie, où les salaires moyens vont de 200 à 600€ mois. 
Monsieur Villeroy de Galhau, est issu de la grande bourgeoisie française, Parmi ses ancêtres, figure Nicolas Villeroy (1759-1843), receveur de la vente étrangère des sels, capitaine dans la Garde nationale et fondateur de l'entreprise Villeroy & Boch. 
Depuis septembre 2015, la proposition de le nommer au poste de  gouverneur de la Banque de France a entrainé des réactions contrastées : un collectif de 150 économistes a estimé que cette situation provoquait un risque de conflits d’intérêt et a demandé aux parlementaires de s'y opposer. À l'inverse, trois anciens gouverneurs de la Banque de France ont défendu sa candidature et il fût nommé. Ceci venait du fait que depuis 2003, il était passé dans le privé comme président-directeur général de Cetelem, société de crédit à la consommation du groupe BNP Paribas, puis responsable de la banque de détail du groupe en France (2008). et ensuite directeur général délégué du groupe BNP Paribas, chargé des Marchés domestiques et de la RSE du 1er décembre 2011 au 1er mai 2015.  
Pour la première fois, en 2016 « par souci de transparence », la Banque de France a rendu public le salaire annuel de son gouverneur, qui s'élève à 283 129 euros brut auquel s'ajoute une indemnité de logement brute de 5.643 euros par mois (67.716€ par an, soit au total environ 308.000€ net, soit 25.700€ par mois. Nous restons dans la moyenne des rémunérations des hauts fonctionnaires français. Rappelons pour le commun des mortels qu’à partir de 1500€ mensuels, le français de base est considéré comme n’étant pas pauvre et attendons les nouveaux impôts qui ne manquerons pas de sortir (mais pas avant les élections de 2022 évidemment). 
Vive la démocratie mais pas « à la française ».

... / ... Lire la suite

Publié le 09/03/2021 14:32  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Visites

 189199 visiteurs

 11 visiteurs en ligne

Vous êtes ici :  Accueil