Blog
Tous les billets
DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] SuivantFin
Système et Antisystème  -  par reformedelajustice

Système et Antisystème    

  Le mouvement spontané des gilets jaunes apparaît comme la réaction des 60% de gens ne vivant pas en « métropole » face au parisianisme anti-voitures. On contraint d’abord ces usagers à rouler à 80 km/h sur les routes à deux voies, on leur augmente le coût et les exigences des contrôles techniques, on s’attaque prioritairement à leurs voitures diesel qui constituent la majorité du parc français et enfin la taxe de six centimes sur le carburant semble la goutte qui a fait déborder le vase, d’autant que les prélèvements fiscaux ont beaucoup augmenté au cours des deux précédents quinquennats.

   Grâce à Internet et aux réseaux sociaux les gens sont de mieux en mieux informés et ne supportent plus qu’on les méprise comme des enfants ignares. Statistiquement un visiteur sur un site ou un blog génère cinq personnes informées si l’information est positive, et environ quinze personnes si elle est péjorative. Les nombreux internautes et leurs proches savent donc que la France ce n’est que 0,9 % des émissions  mondiales des gaz à effet de serre ; alors que les Etats-Unis plus la Chine plus l’Inde c’est 66%, et que cette énorme pollution provient d’états peu scrupuleux pour qui seules comptent la croissance et le développement. « L’Amérique d’abord ! ».

   Par ailleurs tout a été fait en France pour exaspérer la population : la concomitante de la suppression de l’ISF avec la taxation supplémentaire des retraités, l’affaire Benalla, la piscine du Fort de Brégançon, le changement dispendieux de la vaisselle et de la moquette de l’Elysée plus l’installation de Madame Brigitte Macron dans les lieux, pour un coût annuel exorbitant : ce sont de très mauvais signaux adressés à des gens aux fins de mois difficiles qui doivent supporter de plus en plus de contraintes, de règles, de normes, de taxes, etc.

    L’extrême violence des casseurs lors des manifestations des gilets jaunes c’est la forme ultime d’un ras-le-bol qui les a conduit à se proclamer « antisystèmes » radicaux. Habituellement les protestataires s’égaillent démocratiquement dans l’abstention ou les partis dits populistes comme « Les Insoumis » de Jean-Luc Mélenchon… sans faire trop de vagues.

  Comment les « antisystèmes » perçoivent le « Système » ? Le « Système », pour eux, c’est d’une part, une oligarchie de privilégiés au-dessus des lois (qui bénéficient de dérogations systématiques y compris pour leurs impôts, qu'ils peuvent de surcroît négocier quand ils ont fraudé le fisc) et, d’autre part, un peuple soumis à l’oppression d’une technocratie contraignante et tatillonne et d’une pression fiscale impitoyable et excessive. L’exemple choisi par Gilles Bressière dans la première partie de son essai : « L’horreur judiciaire – Au nom du peuple français » est un choix pertinent parce qu’il accumule tout ce que les « antisystèmes » rejettent. Que peuvent penser ceux qui savent que des promoteurs immobiliers peuvent déroger à la Loi Littoral et au PLU en vigueur, en obtenant des permis de construire, avec l’accord de l’administration, pour édifier d’importantes constructions en bord de mer, alors que des familles modestes se voient, elles, spoliées de leurs droits, même en zones constructibles, si leur projet se heurte, à leur insu, à la convoitise de puissants intérêts financiers ? Quelle peut être l’opinion générale qui se forge quand les administrés découvrent que tous les coups sont permis pour les hauts fonctionnaires qui sont à la manœuvre pour aider leurs riches protégés ? Ces notables qui n’hésitent pas à faire appel à la Justice pour faire condamner un innocent après avoir falsifié les faits pour faire croire aux magistrats que le dossier était incomplet ou que l’engagement des travaux a eu lieu après la promulgation des nouvelles règles d’urbanisme ou en multipliant fictivement par plus de quatre la modeste surface qui a été réellement agrandie, etc. Qu’en pense l’opinion publique ? Surtout si ces falsifications ou ces rétroactivités ont été, en réalité, toutes additionnées ?   La contribution intitulée « Rumeur », dans ce blog, des « Fouineurs Ailés » interpelle-t-elle les lecteurs sur ces pratiques administratives qui semblent être légions dans le « Système » ? Sont-ils nombreux à être scandalisés ? Combien sont-ils à penser que ce fonctionnement est effectivement scandaleux et qu’il fait partie de l’ADN du « Système » ?  

  Certains de ceux qui ont été victimes de ces malversations administratives ou qui en ont été les témoins pour des proches ou des connaissances, doivent-ils se laisser aller à leur violente colère ? Ou bien faire comme nous, qui préférons espérer que notre démocratie puisse évoluer vers plus de justice sous la pression réitérée d’hommes de bonne volonté ? Pour un meilleur projet de société, va-t-on à l’avenir enfin s’appuyer sur ces ouvrages qui sont cités dans l’essai de Gilles Bressière : « Faire » écrit par un ancien Premier Ministre, « L’Etat-voyou » rédigé par deux journalistes, etc. auxquels nous pourrions ajouter « Révolution » d’un certain Emmanuel Macron quand il parle des injustices et qu’il souhaite œuvrer pour plus de justice, au vrai bonheur des Français.

  Ce qui semble avoir surpris les médias et le gouvernement c’est bien l’ampleur de la contestation. Les informations ou les pétitions qui circulent sur le Net ont eu probablement plus d’impact que ce que subodoraient nos dirigeants. La foule en colère est peut-être globalement bête mais beaucoup de ceux qui la composent ne le sont pas, ils communiquent entre eux avec un bon sens pertinent et la langue de bois des politiciens n’imprime plus sur eux.

.

Michel Onfray, lucide, étudie le phénomène et voudrait éviter les dérives habituelles : Cliquer ICI

Mauvais signaux (suite) : Cliquer

Gilles Bressière relève toutefois un bon signal (11 décembre 2018) : cliquer Ici

.

Emmanuel Macron : "...Ca coûte un pognon de dingue..." De quoi parlait-il ?

Quelques questions que l'on peut se poser !
- Pourquoi un député au bout de seulement cinq ans de cotisation retraite touche une retraite moyenne de 1 500 €/mois alors qu'un employé pour 42 années de cotisation touchera 896 euros en moyenne ?
- Pourquoi, au bout de deux mandats de six ans chacun, un sénateur peut-il toucher plus de 3 700 € par mois de retraite ?
- Pourquoi la retraite des élus n'est-elle pas prise en compte dans l'écrêtement (8 200 €) des indemnités d'élus.
- Pourquoi une cotisation retraite d'élu rapporte-t-elle en moyenne 6,50 € pour un euro cotisé pendant vingt ans alors qu'un salarié du régime général touche entre 0,87 et 1,57 € pour un euro cotisé pendant quarante-deux ans ?
- Pourquoi un élu peut-il cumuler ses différentes retraites (jusqu'à 5 retraites) ?
- Pourquoi un élu peut-il travailler en touchant sa (ses) retraite(s) d'élu complète(s) sans plafond de montant alors que le citoyen lambda ne peut le faire sans dépasser la valeur de son dernier salaire ?
- Pourquoi les élus ont-ils une retraite par capitalisation et 'interdisent-ils résolument aux « autres » qui n'ont droit qu'à une retraite par répartition ?
- Pourquoi les cotisations retraite des élus peuvent-elles être abondées par les collectivités, ce qui permet à un parlementaire de toucher sa retraite à taux plein avec moins d'annuités de cotisation ?
- Pourquoi une partie de la pension de retraite des parlementaires est-elle insaisissable (même en cas de fraude ou d'amende) ?
- Pourquoi un agent public qui voudrait se présenter à une élection législative ne devrait-il pas démissionner de la fonction publique ? Un salarié le doit, lui, s'il veut travailler ailleurs !
- Pourquoi deux ans d'allocations chômage pour un salarié lambda du régime général et cinq ans pour les députés ? Ceux-ci ont-ils plus de mal à retrouver un travail ?
- Pourquoi les députés qui ne se représentent pas peuvent-ils toucher l'allocation différentielle et dégressive de retour à l'emploi? Un salarié qui démissionne n'a, lui, droit à rien !
- Pourquoi faut-il avoir un casier judiciaire vierge pour entrer dans certaines professions et que ce n'est pas le cas pour être élu
- Pourquoi la fraude dans la déclaration de patrimoine d'un élu ne vaut-elle pas la prison mais seulement 30 000 € d'amende alors que la simple fraude d'un citoyen pour faux et usage de faux d'un document délivré par l'Administration est punissable de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 € d'amende ?
- Pourquoi un parlementaire (député ou sénateur) touche-t-il une IRFM (indemnité représentative de frais de mandat) de 5 770 € par mois pour un député et de 6 200 € par mois pour un sénateur, dont l'usage n'est pas contrôlable et pour lequel il n'a de compte à rendre à personne ?
- Pourquoi, durant son mandat, un élu peut-il s'acheter un bien qu'il nomme souvent « permanence », 
le payer à crédit avec l'IRFM, qui est de l'argent public, et le garder ou le vendre pour son bénéfice personnel ?
- Pourquoi les parlementaires cumulards peuvent-ils toucher plusieurs enveloppes de frais de représentation (frais en tant que président d'agglomération, frais en tant que maire, IRFM en tant que député...) ?
- Pourquoi les restaurants trois étoiles (cinq étoiles ?) de l'Assemblée nationale et du Sénat coûtent-ils si peu cher à l'élu ?
- Pourquoi un élu à revenu égal de celui d'un salarié paye-t-il moins d'impôt sur le revenu ?
- Pourquoi parle-t-on toujours de réduire le nombre de fonctionnaires mais jamais celui des parlementaires ?
- Pourquoi les sénateurs se sont-ils versé en 2011, au titre d'un « rattrapage exceptionnel », une prime de 3 531,61 € avant les congés d'été... ?
- Pourquoi aucun chiffre n'existe sur la présence ou non des sénateurs lors des séances au Sénat ??
- Pourquoi la pension de réversion d'un élu décédé est-elle de 66 % sans condition de ressources du survivant alors que celle d'un salarié du privé est de 54 % sous condition de ressources du survivant (aucune réversion au-dessus de 19 614,40 brut annuel !
- Pourquoi la retraite d'un élu est-elle garantie et connue d'avance alors qu'un salarié du régime général n'est sûr de rien ?
- Pourquoi un député peut-il cumuler plusieurs « réserves parlementaires » sans que cela se sache officiellement ?
- Pourquoi l'indemnité de fonction d'un député et son IRFM ne sont-elles pas imposables ?
- Pourquoi un député a-t-il droit au remboursement de frais de taxis parisiens (alors qu'il touche l'IRFM pour ça) ?
- Pourquoi un ancien sénateur ou un ancien député ont-ils droit à la gratuité à vie en première classe SNCF ?
- Pourquoi un ancien sénateur et son conjoint ont-ils le droit du remboursement de la moitié de 12 vols Air France par an et à vie ?
- Pourquoi un sénateur peut-il emprunter jusqu'à 150 000 € à un taux préférentiel ?
- Pourquoi les anciens ministres, leurs conjoints et leurs enfants ont-ils droit à la gratuité à vie des vols Air France et à la gratuité à vie des transports sur le réseau SNCF ?
- Pourquoi y a-t-il dans le service des fraudes un service spécial pour les élus ?
- Pourquoi une fraude d'élu est-elle différente des autres pour bénéficier d'un traitement de faveur ?
- Pourquoi un élu condamné définitivement ne rembourse-t-il pas les frais d'avocat dépensés pour lui par la collectivité ?

Anonyme. Ces informations sont abondamment diffusées sur le Net (ça pourrait malheureusement nourrir le malaise des gilets jaunes).

Commentaire d'Antoine (12 décembre 2018) : "Toutes ces informations qui circulent sur le Net concernant le train de vie de l'Etat, les salaires des hauts fonctionnaires, etc. c'est du pain béni pour les antisystèmes qui pensent que la France est dirigée par une oligarchie mafieuse qui a bien compris ce qui lui est reproché mais qui s'arc-boute sur ses privilèges en essayant de détourner l'attention des administrés par des mesures cosmétiques."

.

Commentaire de Réforme de la justice (12 décembre 2018) : 29 ans, 27 condamnations et un massacre... Nos députés sont-ils soucieux de notre sécurité ? Encore un mauvais signal (cf. la pétition ci-dessous qui circule sur le Net) :

"Madame, Monsieur,

Il y a quelques jours, un amendement aurait pu mettre fin à une faille judiciaire gigantesque qui laisse des individus récidivistes en liberté, alors qu’ils ont été condamnés à de la prison ferme à plusieurs reprises…

Cet amendement, déposé dans le cadre de la réforme de la Justice qui est actuellement examinée par les Parlementaires, exigeait qu’un individu condamné à trois reprises à de la prison, soit réellement incarcéré, afin de protéger la population face aux criminels récidivistes les plus dangereux, et d’éviter que des drames se produisent…

Cette mesure était une véritable bouffée d’espoir pour les nombreuses familles de victimes de criminels récidivistes…

Et pourtant, les députés ont voté contre cet amendement…

Oui vous avez bien lu : alors qu’ils sont censés défendre et protéger les citoyens, les parlementaires ont littéralement balayé d’un revers de main cette mesure de justice et de bon sens, qui aurait permis d’en finir avec l’impunité des plus dangereux délinquants… et d’épargner des innocents.

C’est insupportable !madmadmad

.

Commentaire de Benoît sur la justice des riches (par Monique Pinçon-Charlot) (14 décembre 2018) : cliquer Ici

Publié le 09/12/2018 14:07  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Irresponsables  -  par Guermelin

Irresponsables

Irresponsables : C'est ainsi qu'Edouard Philippe qualifiait les gilets jaunes il y a peu. Certes on ne peut cautionner les actions de vandalisme de ces derniers samedis. Cependant on peut s'interroger sur l'amalgame entre casseurs (soit disant bien identifiés par la police mais toujours en liberté) et manifestants qui représentent bien plus que ce que certains voudraient faire croire. Interrogé sur l'augmentation du SMIC au 1er janvier 2019, le Premier ministre déclarait : Il n'y aura aucun coup de pouce, cela nuirait à la compétitivité !
Alors, qui est irresponsable ?

.

Pétition lancée sur le Net par Gilles (5 décembre 2018)Pour une vraie baisse des dépenses de l’Etat.

" Madame, Monsieur,
 
Les hausses d’impôt ne sont pas près de s’arrêter…

Le projet de loi de finances pour 2019 est en train d'être discuté en ce moment à l'Assemblée nationale et au Sénat. Et une fois de plus, l'an prochain, l'Etat dépensera plus que prévu :

La dépense publique va encore augmenter de 25 milliards d'euros supplémentaires...et surtout, le déficit public atteindra 2,8 % du PIB, soit 98,7 milliards d’euros, contre 81,3 milliards cette année !

Quand on pense que le président nous avait promis, avant son élection, de réaliser 60 milliards d'euros d'économies sur le quinquennat... On en est bien loin.

Le pire, c'est que pour masquer son incapacité à prendre de vraies mesures pour réduire drastiquement les dépenses publiques, le gouvernement camoufle l'augmentation du déficit derrière ce qu'il appelle des "dépenses exceptionnelles", comme la mise en place du prélèvement à la source...alors que c'est une mesure que le gouvernement a lui-même imposée aux Français !

Cette incapacité chronique à bien gérer nos finances publiques est insupportable !

Rendez-vous compte : depuis ce 15 novembre, l'Etat français vit à crédit. Et, selon une étude de l'institut économique Molinari, en Europe, seules la Pologne et la Roumanie sont plus mal mauvais élèves que la France en matière de déficit !!!

Plus grave encore, le classement de la France n'a pas arrêté de s'aggraver ces dernières années, en passant en 20 ans de la 14e à la 24e place. « La persistance de déficits publics et la dégradation de la position française par rapport au reste de l'UE sont avant tout liées à la hausse des dépenses publiques et l'incapacité à les résorber en période de reprise économique » constate d’ailleurs l’institut Molinari.

Au total, sur les 31 postes budgétaires différents détaillés dans le Projet de loi de finances, seuls 10 sont en baisse, et d'autres connaissent de fortes hausses (le poste "Immigration, asile et intégration" qui augmente de 14,5 %, ou encore le poste "Solidarité, insertion et égalité des chances", pour financer notamment le ministère de Marlène Schiappa, avec + 7% de hausse soit 1,34 milliard d'euros en plus).

Oui, la même Marlène Schiappa qui a été pointée du doigt après que les hausses parfois faramineuses des rémunérations des membres des cabinets ministériels, publiées en marge du projet de loi de Finances ont fait polémique dans la presse ces derniers jours...

...et qui n'a rien trouvé de mieux, pour se justifier, que de répondre « j’ai des conseillers qui ont été augmenté de 10 à 15 % mais cela ne me paraît pas déraisonnable après 18 mois de travail d’arrache-pied. »

Mais dans quel monde vit-elle ?

Cette gabegie incessante, financée par nos impôts en perpétuelle augmentation, ne peut plus durer ! "

.

Contribution de Benoît (5 décembre 2018) : Un moratoire ? Cliquer ICI

.

Gilles Boutiron résume la situation actuelle : "Ils se foutent vraiment du monde ! " (cf. fin du billet précédent)

.

Franz-Olivier Giesbert développe cela, élégamment, dans son éditorial de l'hebdomadaire 'Le Point' (N° 2414 du 6 décembre 2018) :

«Sire, c'est une révolution...»

Le moratoire sur la hausse de la taxe sur les carburants sauvera-t-il M. Macron? Le président finira-t-il son mandat ? Ce sont des questions légitimes après l'apocalypse qu'a vécue le pays, samedi dernier, sur fond de guérilla urbaine. Pour sa première grande épreuve, celle des gilets jaunes, force est de constater que le président n'a pas été à la hauteur.
Dès le début de la contestation, le chef de l'Etat a assuré, jugulaire au menton, qu'il garderait le cap. Un peu d'expérience et de jugeote lui auraient appris que, dans un conflit, il vaut toujours mieux embrouiller, laisser une porte ouverte, surtout quand on est confronté à un mouvement de ce type, attrape-tout, surgi de nulle part, qui fédère des colères de toutes sortes.

La triangulation, méthode qui consiste à reprendre les idées de l'adversaire pour l'asphyxier, est pourtant l'une des grandes spécialités de M. Macron. Il y a excellé avec la droite et la gauche, qu'il a débauchées, asséchées. Que ne l'a-t-il pratiquée avec les gilets jaunes en saisissant tout de suite au vol la proposition de Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, d'organiser avec les syndicats, les associations, les contestataires un vaste débat national autour du pacte social et de la transition écologique!

Le refus du pouvoir aura été plus qu'une erreur: une faute. M. Macron aurait trouvé là l'occasion de remettre en question le soi-disant «modèle français », construction démente qui ne tient plus debout et qu'il faut d'urgence réformer de fond en comble. Notre tragédie se résume en trois chiffres qu'il est bon de méditer ces temps-ci: nos dépenses publiques s'élèvent à 56,5 % du PIB, huit points de plus que la moyenne européenne; les prélèvements obligatoires culminent à 48,4 %, record d'Europe (source Eurostat); l'endettement se chiffre à près de 100 %.

S'il y avait un prix de la plus mauvaise gestion du monde, la France concourrait dans les premières places. Plus elle dépense, plus elle fiscalise, moins ça marche. Son prétendu modèle est un gruyère mangé par le gaspillage, l'absentéisme, la fraude fiscale, l'idéologie antitravail. C'est seulement à partir du 27 juillet que les Français commencent à travailler pour eux. Avant, c'était pour l'Etat. Sans oublier que ce dernier est obligé, ses recettes ne couvrant plus ses dépenses, de vivre à crédit à partir du 15 novembre!
Pire, ce modèle, célébré par tous les bien-pensants, ne cesse de fabriquer de l'inégalité au nom de l'égalité. Non seulement les Français n'en ont pas pour leur argent, si l'on en juge par l'état lamentable de certains services publics, mais en plus les classes moyennes et populaires portent une partie non négligeable du fardeau. Quel est le cerveau cynique ou débile qui a imaginé de les racketter en augmentant encore la taxe sur les carburants?

Il fallait être bien déconnecté des réalités de la France d'en bas pour ne pas comprendre le sentiment d'injustice qu'éprouvaient les «gens de peu» de la «France périphérique». Comme l'a révélé le mensuel Capital, un employé moyen qui habite en région et est condamné à aller travailler en voiture verse plus de taxes sur les carburants que d'impôts sur le revenu. Pourquoi serait-il la première victime de la fiscalité dite écologique sur les carburants, dont plus de 80 % servent à renflouer les caisses de l'Etat et des collectivités?

« Salauds de pauvres! » comme disait notre cher Marcel Aymé, qui, lui, plaisantait. Encloué dans son parisianisme hors-sol et ses lubies jupitériennes, M. Macron a tout de suite pris l'affaire des gilets jaunes de haut, comme si c'était une énième grève de la CGT, syndicat à la rue, c'est le cas de le dire. Grisé par sa victoire par KO sur la réforme de la SNCF, il a misé sur le pourrissement, les violences urbaines. Il n'a simplement pas compris que ce conflit avait une dimension sociologique, j'allais dire existentielle. Il s'est comporté comme un vieux politicien du monde d'avant.

Sans doute M. Macron a-t-il trop lu ce grand classique, «L'Ancien Régime et la Révolution» d'Alexis de Tocqueville, qui montre que Louis XVI a précipité la Révolution à force de reculades. Mais il aurait été bien inspiré de lire aussi le lumineux récit de la Révolution française, morceau de bravoure d'un extraordinaire livre d'histoire (1). Hippolyte Taine y raconte les jours qui précèdent le 14 juillet 1789 quand, après avoir envahi Paris, font corps «affamés, bandits et patriotes» et que «la misère, le crime et l'esprit public s'assemblent pour fournir une insurrection toujours prête aux agitateurs qui voudront la lancer».

Ces temps-ci, c'était le retour des sans-culottes. Comme aurait dit Churchill, il a certes fallu du courage pour tenir debout face à eux. Mais, après avoir lâché du lest, il en faudra encore plus pour s'asseoir, écouter, parler.


(1) « Les origines de la France contemporaine » (Robert Laffont, collection «Bouquins» ).

.

Quand Macron était un gilet jaune…
Prémonitoire. Il y a deux ans, le candidat publiait un livre programme au titre audacieux : « Révolution ». Relecture.

(...) « Révolte». Le président n'a pas attendu la crise des gilets jaunes pour savoir combien cette France souffre de la désertification des services publics. Un mal, inscrit dans l'agenda des concertations, qu'il souhaite désormais traiter par l'investissement. «Cette France périphérique manque souvent d'équipements publics de base, de moyens de transport, de crèches, de lieux culturels. Les conditions d'existence peuvent y être de piètre qualité, insiste-t-il. On connaît le problème que posent certaines zones pavillonnaires aujourd'hui très dégradées, ou ces zones dans lesquelles les maisons s'entremêlent avec les entrepôts et les petites entreprises.» Des propos dignes de ceux inscrits sur les cahiers de doléances. S'il prône la baisse des dépenses publiques, il affirme vouloir tenir compte «des impératifs de justice». Ce mot, «justice», apparaît sept fois dans son essai. Il prône également l'« émancipation» par le travail, gage, selon lui, de «liberté» et de «mobilité» sociale.
En outre - donnée fondamentale pour qui ne veut pas raviver une lutte des classes -, la révolution qu'il appelait de ses vœux devait prendre en compte l'extrême sensibilité des Français devant ce qu'ils considèrent, à tort ou à raison, comme une injustice: «Avec Internet, désormais, tout le monde voit tout, commente tout, se compare avec le reste de la planète, écrit-il. Cela donne le sentiment libérateur que tout est possible. Cela nourrit en même temps les névroses et révèle avec cruauté les injustices sociales, les différences de niveau de vie. Cela montre aux plus pauvres le style de vie des plus riches, ce qui peut nourrir la frustration, voire la révolte.» Que le président relise, et vite, le candidat. 
(Le Point N° 2414 du 6 décembre 2018)

Macron_gilet_jaune.jpg

Publié le 03/12/2018 14:32  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Mais comment en sommes-nous arrivés là ?  -  par GillesBressiere

Mais comment en sommes-nous arrivés là ?  

Franz-Olivier Giesbert résume parfaitement le précédent billet "Les raisons de la colère...", avec ses sept contributions (dont cet appel diffusé sur le Net situé à la fin), dans son éditorial de l'hebdomadaire 'Le Point' n° 2413 du 29 novembre 2018, c'est pourquoi nous l'avons cité intégralement  :

Né en France avant la Révolution de 1789, le libéralisme mourra s'il ne se réforme pas rapide­ment. Il mourra d'avoir vaincu ou perdu, peu importe, mais, si nous restons les bras ballants, il sera bientôt englouti par une apocalypse électorale. Notre modèle est épuisé; notre bateau, ivre. Le phé­nomène n'a pas encore renversé les tables dans l'Hexa­gone, mais il progresse partout autour de nous. Malaisé à identifier, il porte toutes sortes de noms: populisme, descente aux enfers des classes populaires et moyennes, déclassement de la France périphérique, rejet du com­munautarisme, mépris de la pédantaille pour la piétaille.  

Epigones d'un grand mouvement mondial, les gilets jaunes pourraient être à la fois les élec­teurs de Donald Trump, de Matteo Salvini, de Vladimir Poutine, du Brésilien Bolsonaro, des Espagnols de Po­demos. Idéologiquement, c'est la Fête à Neuneu, avec pour marqueurs le nationalisme, le dégagisme «an­tisystème», des pulsions d'extrême droite, d'extrême gauche, d'extrême centre.  

Etait-il bien malin d'opposer à cette colère une espèce de mépris de classe comme le fait M. Macron, avant son heureux revirement de mardi dernier? En caricaturant à peine, le message du pré­sident aux Français en jaune aura été jusque-là qu'il sa­vait où il les menait et qu'ils n'avaient qu'à le suivre les yeux fermés, la bouche close: ces péquenauds n'étaient pas assez malins pour comprendre. Apparemment, il ignorait encore que le centralisme et le dédain sont les deux mamelles des révolutions françaises. Maintenant, il en a une, encore petite, sur le dos. Par pitié, qu'il ne la sous-estime pas! M. Macron a-t-il été frappé du syndrome Marie­-Antoinette, cette grande reine qui vécut hors sol avant une fin sublime et sulpicienne, jusque sur l'échafaud? Sans doute a-t-il d'abord joué le pourrissement, la confis­cation des manifestations par les casseurs. En atten­dant, hallucinante aura été l'incapacité du président et des siens à saisir ce qui se passait dans les têtes des gilets jaunes, incarnations du mal de vivre de ceux qu'on appelle les «gens ordinaires» et qui ont peur pour leur avenir, leurs valeurs, leur mode de vie.

Supermodernes contre ploucs arriérés, «bobos bio» contre ces «beaufs pollueurs». Les ministres de M. Macron voudraient creuser davan­tage la fracture entre la France des grandes métropoles et celle des bourgs de province qu'ils ne s'y prendraient pas autrement, tant ils ont eu l'insulte lourde au cours des derniers jours. M. Castaner est obsédé par l'ultra­droite ou le lepénisme alors que, parmi les casseurs, l'ultragauche était en force et que dans les cortèges dé­filaient les chefs de La France insoumise; M. Darmanin ose sans vergogne l'expression «peste brune»; M. Griveaux se gausse de Laurent Wauquiez, candidat «des gars qui roulent au diesel». Les farceurs! Quant à M. Macron, il plaisante quand il renvoie les Français à l'écologie, qui n'a pas grand-chose à voir dans cette affaire: les taxes sur le carburant servent moins à la transition énergé­tique qu'au renflouement du budget de l'Etat!  

La vague des gilets jaunes n'est pas le résultat inopiné des hausses de taxes sur les carburants. Elle monte depuis des années, annoncée par des lanceurs d'alerte dont les moindres ne sont pas le philosophe anarcho-conservateur Jean-Claude Michéa et un géo­graphe qui, comme lui, est la bête noire des bien-pensants: Christophe Guilluy. Tous les deux viennent de la gauche et nous donnent les moyens de comprendre la révolu­tion en cours, sur fond de frustrations, de ressentiment.  

Talentueux et jubilatoire, Jean-Claude Michéa dézingue à tout-va, adore citer Marx, reproche à la gauche de n'être plus la gauche et déconstruit avec la même alacrité le libéralisme que le socialisme réformé, coupable à ses yeux d'avoir abandonné les classes popu­laires, qui, aujourd'hui, sont à prendre. Dans un livre paru l'an dernier, «Notre ennemi, le capital» (1), il pro­phétisait: «La fin des jours tranquilles a déjà commencé.» Il a récidivé cette année avec «Le loup dans la bergerie».  

Visionnaire rigoureux, Christophe Guilluy observe de livre en livre les fractures qui se creusent dans la société française. Il y a cinq ans, alors que les médias étaient obnubilés par les banlieues, il prédisait l'irruption d'une révolte à l'écart des métropoles, dans ce qu'il appelle « la France périphérique », expression qui, bien sûr, recouvre des réalités différentes. Son dernier livre, «No society», titre qui reprend la célèbre formule de Margaret Thatcher, se termine comme une spéciale dédicace à M. Macron: «Sans repère culturel ou politique, sans attache territoriale, le monde d'en haut est dans l'impasse, perdu (...). Au XXIe siècle, les classes dominantes et supérieures occidentales doivent enfin apprendre à vivre ensemble avec leur peuple. Il en va de la survie des sociétés occidentales; il en va de leur propre existence.»

(1) Tous les livres cités de jean-Claude Michéa et de Christophe Guilluy sont parus aux éditions Flammarion.

Nicolas Baverez ajoute dans le même hebdomadaire ‘Le Point’ :
L’écologie n’est qu’un prétexte qui permet de taxer plus pour dépenser plus.
L’écologie doit être repensée en termes de bien-être et de sécurité pour les citoyens au lieu d’être conçue comme le vecteur d’un nouvel arsenal de règlements et d’impôts au seul service d’un Etat irresponsable et aux abois.

.

Pétition lancée par Annick (1er décembre 2018) : 

"Madame, Monsieur,
 
C’est très grave.
 
Aujourd’hui, en France, un individu condamné à plusieurs reprises pour de multiples infractions, peut échapper à la prison et ne jamais payer les conséquences de ses crimes…
 
A l’heure actuelle, pour qu’un individu soit placé en détention, il faut qu’il ait commis plusieurs fois la même infraction…
 
Autrement dit : il peut avoir été condamné 10 fois pour de multiples délits, et bénéficier quand même d’un aménagement de peine, qui lui évitera de passer par la case « prison ».
 
C’est inadmissible ! Nous ne pouvons plus accepter que les failles de la justice profitent aux récidivistes…
 
Mais aujourd’hui, nous pouvons agir pour arrêter ça : dans le cadre de la discussion du projet de loi Justice, des députés courageux ont déposé deux amendements qui exigent qu’un individu condamné à trois reprises à de la prison ferme, soit réellement emprisonné.
 
C’est le seul moyen d’éviter que des individus incarcérés et reconnus comme dangereux soient remis en liberté sans tenir compte du risque qu’ils récidivent…
"

Mais comment en sommes-nous arrivés là ?

L'Europe en panne (hebdomadaire 'Challenges' N°587 du 22 novembre 2018) :

PIB.jpg

En dix ans, de 2008 à 2018, les Etats-Unis et la Chine ont bénéficié d'une remarquable croissance tandis que l'Europe a végété. Mais comment en sommes-nous arrivés là ? Quand les Américains trouvent une bonne idée ils l'exploitent, leur administration les favorise et les banques les aident à la développer. Les Chinois s'emparent de la bonne idée et la copient à moindre coût. Les Européens, suradministrés, réglementent... quant aux entrepreneurs français, ils tentent de faire la course chaussés avec des semelles de plomb : 400 000 normes à respecter dont certaines sont totalement kafkaiennes... tracasseries administratives, fiscalité dissuasive et banques frileuses...

Dans le même numéro de l'hebdomadaire 'Challenges' Alain Dinin, PDG de Nexity, le "gilet jaune" du logement a publié une lettre ouverte au gouvernement. Le patron du premier promoteur de France dénonce la prolifération des lois et la fiscalité, responsables de la baisse de la construction de logements neufs : "En 2017 on a construit 420 000 logements neufs, on en produira 360 000 en 2018, et en 2019, seulement 340 000. Vous verrez qu'en 2021-2022, on sera à moins de 300 000, alors qu'on devrait en faire 400 000 juste pour absorber l'évolution démographique. Si le gouvernement ne comprend pas cela, il méritera ce qu'il va arriver..."

.

Et si le bon sens finissait par l'emporter ? Après la menace du sénat de réduire considérablement l'efficacité de la police, au motif soi-disant de mieux 'équilibrer' le poids de la défense (alors que les policiers font une enquête à charge et à décharge pour rechercher les manifestations de la vérité et que les avocats cherchent uniquement l'exonération des responsabilités de leurs clients), il semble que l'horizon s'éclaircisse pour les forces de l'ordre avec le prochain vote à la chambre des députés : cliquer ici

C'est peut-être de bon augure. Si le gouvernement prend aussi en compte, avec honnêteté, les réalités réelles qui crucifient les 'gilets jaunes' et n'essaie plus de faire croire que la France peut sauver le Monde uniquement en maltraitant les Français et leur pouvoir d'achat. L'horizon pourrait s'éclaircir de même, et le climat social s'apaiser. 

Pourquoi ne pas tenir cette promesse électorale de réduire le train de vie de l'Etat ? Montrer l'exemple, comme Napoléon au pont d'Arcole, pour inciter les troupes à aller au combat c'est à dire accepter un sacrifice. Cerise sur le gâteau : réaliser enfin, pour de bon, un choc de simplification (alléger, par une réduction massive, ces lois profuses et ces règlements pléthoriques qui plombent l'économie par trop de tracasseries administratives).

La tectonique des plaques, que constatent les géologues, fait qu'avec la dérive des continents, quand les contraintes atteignent un certain seuil ça déclenche un tremblement de terre... nos politologues devraient méditer ça... quand les contraintes accumulées atteignent le seuil de rupture...

.

.

Tankers.jpg

Publié le 29/11/2018 13:21  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut

LES RAISONS DE LA COLERE DE 75% DES FRANÇAIS

Ce sujet a suscité de nombreuses contributions nous avons été obligés de n'en retenir que six plus un appel. Chaque commentaire, que nous avons choisi, approfondit une des raisons de ce mécontentement qui se manifeste bruyamment. Cette désapprobation de l'action gouvernementale a été exprimée par les trois quarts des personnes interrogées par les instituts de sondages. Le Comité de Lecture.

Taxés, entravés et de moins en moins protégés les français ont manifesté leur ras-le-bol.

  Paradoxe : quand Edouard Philippe fait le choix de baisser les taxes sur le coût du travail en en reportant la différence sur d’autres postes, c’est un choix politique parfaitement défendable qui a pour but de réduire le chômage.  

  Quand il augmente les taxes sur les produits pétroliers pour sauver la planète du réchauffement climatique, en épousant les thèses des khmers verts ; cela sans réduire le train de vie de l’Etat, les Français le ressentent comme une très mauvaise plaisanterie.  

  Les émissions de gaz à effet de serre de la France représentent 1 % de la pollution atmosphérique mondiale… alors être obligé de se serrer la ceinture pour atteindre péniblement 0,8 % de ce que produit l’ensemble de tous les pays…  

  Vous voulez boire trop sucré : taxes sur les sodas, vous mangez trop gras : taxes sur certains produits gras, trop salé : taxes à prévoir, vous buvez du vin : taxes sur l’alcool. Il faut punir les Français en les rackettant sur tous leurs travers !  

  Les Français subissent de plus en plus de contraintes, de lois liberticides et se sentent entravés.

  Quand la loi limite a 80 km/heure la vitesse sur les routes à deux voies, les technocrates, au prétexte de sauver quelques vies (plutôt pour espérer percevoir un milliard d’euros de contraventions supplémentaires), prévoient un allongement des trajets de seulement 11% car il ne tiennent pas compte qu’il n’est plus possible de dépasser un camion roulant à 80 km/heure en ligne droite. Un camion, qui a chaque rond-point, manœuvre bien plus lentement qu’un véhicule léger donc l’accroissement du temps de trajet est bien plus important que les 11% théoriques. Cette perte de temps s’ajoute à la durée du travail et est vécue comme une entrave supplémentaire par les usagers.  

  Les Français sont de moins en moins protégés.

 Il suffit de constater l’augmentation vertigineuse des crimes et délits. L’impunité dont jouissent bien des délinquants en France incite les étrangers à venir exploiter un tel filon. L’hebdomadaire ‘Le Point’ révèle l’exploitation grandissante des personnes et des biens par des Albanais, échantillon très représentatif de la pègre venue des pays européens de l’Est.  

Deelinquants_albanais_stats.jpg

  Ou bien cette pétition qui circule sur les réseaux sociaux montrant le laxisme grandissant de la Justice envers les violeurs : « STOP à l'impunité des crimes sexuels
Le Docteur Muriel Salmona de l'association Mémoire traumatique et victimologie s'insurge : "seules 10% des plaintes pour viol vont en cour d’assise. Depuis 10ans il y a eu 40 % de condamnations pour viols en moins." 
»

  Le 11 juillet 1893, Louis Lépine est nommé préfet de Paris. Pour que la jeune et fragile République suscite l’adhésion de la population à sa police qui est chargée de la sécurité publique, ce préfet au passé prestigieux décide que le policier doit être poli et serviable. Des « braves gens » selon son expression. Il est soutenu dans cette démarche par Georges Clemenceau, Ministre de l’Intérieur en 1906. Ils arrivent ensemble à mettre en place une image très différente du policier du dix-neuvième siècle. L’image des policiers que l’on connaît aujourd’hui, qui respecte les règles. Auparavant les « cognes » étaient détestés, ils avaient une très mauvaise réputation justifiée : brutalité et pots-de-vin. La police française est de nos jours absolument remarquable et mérite que 70% à 80% des Français en soient satisfaits. Le nombre de bavures est extrêmement marginal vu l’importance des effectifs.

  Monsieur le Président de la République, Monsieur le premier Ministre,

il est parfois préférable d’effectuer un repli stratégique quand l’exaspération des citoyens vis à vis des taxes, des nouvelles contraintes et de l’augmentation de l’insécurité, s’exprime avec un soutien des trois quarts de la population.

Et aussi, pour répondre à l'insécurité croissante, n'est-il pas possible de nommer au poste de Président(e) du Conseil Supérieur de la Magistrature quelqu’un de la qualité de Louis Lépine et pour Garde des Sceaux quelqu’un de la trempe de Georges Clemenceau afin de donner à notre institution judiciaire du vingt-et-unième siècle, la même qualité et la même efficacité que celles de nos forces de l’ordre ? Avec plus de 70% d’opinions défavorables la Justice est majoritairement condamnée (comme l’était la police avant sa réforme du début du vingtième siècle). On devrait imposer aux magistrats moins de libre arbitre, avec ses dérives, mais un vrai respect des règles (respect des lois votées par les parlementaires). Que l’on ne puisse plus dire : « La Justice est laxiste voire complice avec les délinquants, indifférente aux victimes et féroce avec les innocents ».

Les drames provoqués par les idéologies.

Le philosophe chrétien, qui a été professeur à l’Institut Catholique de Paris, Jean Daujat, dans son livre « Y a-t-il une vérité ? » éditions Tequi, dénonce le fait que des penseurs ayant observé une certaine réalité, une évidente vérité, la généralise pour en faire toute la vérité, alors qu’à leur insu, ils n’ont en réalité pris en compte qu’une partie de cette vérité. Ce fonctionnement cognitif erroné est le fondement des idéologies simplificatrices. Ils jettent dans néant l’existence de choses importantes délibérément ignorées. Il n’y a plus de discernement quand le dogmatisme obère ainsi la pensée.
Une idéologie post-soixante-huitarde, qui s’est imposée à gauche, inspirée des théoriciens Guy Debord ou Pierre Bourdieu ou Gilles Deleuze ou Michel Foucault, etc. assimile tous les délinquants à des Jean Valjean et les forces de l’ordre ne seraient composées que de clones de l’inspecteur de police Javert (« Les Misérables » de Victor Hugo). Angélisme, culture de l’excuse,  entraver le travail des policiers par des législations stérilisantes : toute la panoplie pour faire exploser la délinquance…
Une autre idéologie, insidieuse, qui est la base de la formation de nos énarques : le peuple est bête et seule la technocratie fondée sur l’expertise d’une minorité informée peut faire son bonheur. Sauf que l’expertise, contaminée par un élitisme sans éthique, mène à des interprétations erronées du fonctionnement de l’humain. Le peuple devrait être docile et lorsqu’il y a une jacquerie : c’est pour eux un imprévu stupéfiant.
Si des supercalculateurs sont programmés, avec sous-jacente, une vision altérée ou tronquée du réel, les résultats de ses analyses seront biaisées et conduiront à des décisions absurdes.

Exemple : pour pallier la hausse des taxes sur les carburants (bien mal venue quand le prix du brut a doublé en un an) le gouvernement propose d'aider les plus pauvres avec un "chèque énergie" à partir d'un seuil de revenus (toujours ces seuils où un seul euro de trop fait basculer dans la taxation ou bien dans la privation d'une prestation sociale). Il oublie tous ceux, très nombreux, au-dessus du seuil, endettés notamment pour acquérir leur logement, qui ont un budget très serré, des frais fixes en constante augmentation, et pour qui la moindre dépense contrainte supplémentaire occasionne une grande privation... 

Commentaire de François-Marie Arouet (19 novembre 2018) : L'exaspération plutôt que la colère

Certainement que le titre « Les raisons de la colère de 75 % des français » est fondé sur les derniers sondages qui révèlent que les trois quarts des citoyens approuvent l’action des ‘gilets jaunes’, mais il serait plus juste de parler d’exaspération plutôt que de colère.
Les Français sont exaspérés par le décalage entre les discours officiels et la réalité vécue.
Pour faire des économies tout le monde attend une réduction du train de vie de l’Etat, ce n’est pas ce qui est fait. Seulement punir et taxer ou éduquer par l’impôt, c’est ce qui fait regimber le peuple. Le peuple est bête… oui… quand il est en foule avec son cerveau reptilien ; mais individuellement les citoyens discutent entre eux avec bon sens et sont très critiques dans leur grande majorité sur l’action ou l’inaction du gouvernement qu’ils peuvent constater.
Le réchauffement climatique, indiscutable semble inéluctable tant les pays en croissance sont énergivores. Il vaudrait mieux utiliser nos moyens à une adaptation à cette fatalité : protéger nos côtes, enterrer les lignes électriques, adapter l’habitat notamment en renforçant les toitures, etc. 
Quand ils voient à la télévision les images d’archives du candidat Emmanuel Macron qui se dit préoccupé par la sécurité des Français et qu'ils comparent avec ce qui se passe vraiment sur le terrain, grande est leur déception. La sécurité des Français ce n’est pas que la lutte renforcée contre le terrorisme islamique, c’est aussi combattre l’accroissement de la délinquance, ce qui ne semble pas être à l’ordre du jour, pas de réforme en vue de l’institution judiciaire dans ce sens.

Il n'est jamais trop tard pour bien faire.

Commentaire de Christian D. (19 novembre 2018) : A propos de surdité !

En ces jours de colère, de grogne, de mal être je suis horripilé d'entendre sur les média que le gouvernement est sourd, est à côté de la plaque, loin du peuple .... Peut être mais de la faute à qui ?

Alors que nous avons la chance d'avoir des représentants à tous les niveaux, nous les boudons, négligeons leur rôle et pour beaucoup d'entre nous ne daignons même pas participer aux élections !


Qui, à titre individuel, parmi tous ces braves gilets jaunes dont je ne veux ici, en aucun cas, ni minimiser les difficultés ni nier la sincérité a eu le réflexe d'aller voir son maire, de demander un RDV à son député ou à son sénateur pour lui faire partager son quotidien, lui parler concrètement de ses difficultés, lui demander de trouver des solutions.

Nombreux sont ceux qui se gargarisent du mot démocratie mais que dit le Larousse ?

Système politique, forme de gouvernement dans lequel la souveraineté émane du peuple. Ah bon !

Système de rapports établis à l'intérieur d'une institution, d'un groupe, etc., où il est tenu compte, aux divers niveaux hiérarchiques, des avis de ceux qui ont à exécuter les tâches commandées.

C'est bien ce qui est écrit !

Il est tenu compte des avis alors que tous ceux qui ont un avis à exprimer le fassent !

Bloquer les routes c'est spectaculaire, c'est pénaliser beaucoup de gens , c'est affaiblir une économie déjà vacillante, et ce, pour quel résultat, .... est-ce-que cela va changer la situation ? sans doute pas, par contre il y aura des adaptations qui vont encore complexifier un système ou s'allonge une longue liste des taxes, des contributions, des subventions, des dérogations, des niches, des aides.

Imaginez un instant la réaction de vos représentants si d'un seul coup ils voyaient un grand nombre de leurs électeurs demander RDV, venir leur parler, leur demander de trouver des solutions, et pourquoi pas leur donner des pistes.

Il est grand temps en gilet jaune, bleu , blanc, rouge ou vert de demander l'optimisation et la simplification du système.

Gardons les bons principes qui ont fait la grandeur de ce pays et simplifions véritablement , le code du travail, les feuilles de paye, les impôts.... Si vous voulez des exemples j'en ai beaucoup en réserve !

Il y a énormément d'argent gâché, des dépenses à optimiser, une gestion à simplifier, une homogénéité des différents statuts à mettre en place mais surtout une dynamique et un enthousiasme à retrouver.

Commentaire de Marie-C. T. (20 novembre 2018) : Comparaison

Puisque les politiciens prennent toujours l'Allemagne en exemple et que nos hommes politiques nous parlent sans cesse du modèle allemand, voici QUELQUES PRÉCISIONS

Gouvernement 

                   France                                                                                                                        Allemagne

1 Président de la République                                                                                                     1 Chancelier(e)

+ 1 Premier Ministre                                                                                                                   + 8 ministres

+ 25 Ministres                                                                                                                                  TOTAL : 9

+ 9 Secrétaires d'état                                                                                                

TOTAL : 36                                                                                                  

Coût d’un ministre

17 millions d'Euros par an                                                                                                     3 millions d'Euros par an

Le soir après le"boulot"

 A Paris, le 1er Ministre se détend                                                                                        Angela MERCKEL

 dans son logis de Fonction  (310m²)                                                                     rentre dans son appartement dont

 à Matignon tandis que ses collègues                                                                    elle paie le loyer, les factures d'eau

regagnent en limousines les hôtels                                                                        et d'électricité comme chacun de

particuliers que la République met                                                                         ses 8 ministres.

généreusement à leur disposition.

Personnel

906 personnes travaillent à la                                                                                      A peu près 300 personnes en

Présidence de la République                                                                                       Allemagne

Parc auto

    Élysée :                                                                                                                                Chancellerie :

121 véhicules                                                                                                                           37 véhicules

Déplacements

1 Airbus A330-200                                                                                                         Systématiquement en train

2 Falcon 7X                                                                                                                    ou sur des lignes aériennes

2 Falcon 900                                                                                                                  régulières

2 Falcon 50

3 Hélicoptères Super Puma

Indemnités

      Président de la République                                                                                              Angela MERKEL

21 026 EUR en net                                                                                                             15 830 EUR en brut

                                                                                                                              (Attention : Salaire soumis à l'impôt)

Budget

L’Élysée culmine à 113 000 000 EUR                                                                         Chancellerie 36 400 000 EUR

On commence...... quand... Messieurs les hommes politiques ?

Moi je suis pour qu'on copie les idées, surtout si elles sont bonnes....(pour notre économie)

AU LIEU DE TAXER LES RETRAITÉS AYANT TRAVAILLÉ PLUS DE 37 à 40 HEURES ET PLUS PAR SEMAINE ET COTISÉ PENDANT PLUS DE 40 ANS.

Tract diffusé sur le Web : Cliquer ici

.

Commentaire d'Antoine (20 novembre 2018) : Taxer les voitures diesel pour préserver la santé : la bonne excuse ! Cliquer ICI

.

Commentaire de Bernard (21 novembre 2018)Que pèse la France dans le cadre des émissions mondiales de CO2, censées être à l’origine du dérèglement climatique ?

D’après l’Agence internationale de l’énergie, site en anglais (Key World Energy Statistics), voici la liste des émissions de CO2 par pays, pour l’année 2016 : 

Les données sont en milliards de tonnes. J’ai arrondi les pourcentages à la première décimale.

Monde entier     32,32   100 %

Chine                  9,06     28,0 %

États-Unis          4,83     14,9 %

Inde                    2,08       6,0 %

Russie                1,44       4,4 %

Japon                 1,15       3,6 %

Allemagne          0,73       2,3 %

Corée du Sud     0,59       1,8 %

Iran                     0,56       1,7 %

Canada               0,54       1,7 %

Arabie saoudite  0,53       1,6 %

Brésil                  0,52       1,6 %

Indonésie           0,45       1,4 %

Mexique             0,45       1,4 %

Afrique du Sud   0,41       1,3 %

Australie             0,39       1,2 %

Royaume-Uni     0,37       1,1 %

Turquie               0,34       1,0 %

Italie                   0,33        1,0 %

France               0,29        0,9 %

Je n’ai pas listé les 177 autres pays qui sont au-dessous de 1 %.

Même en admettant que la France divise par deux ses émissions de CO2 grâce à la disparition des voitures à essence ou diesel (quid des transports routiers ?), l’impact sur le dérèglement climatique mondial serait quasiment négligeable.

Ainsi, augmenter le prix des carburants en France en invoquant la lutte contre le dérèglement climatique est une véritable supercherie.

.

Laurence Havel de l'Institut pour la Justice (22 novembre 2018) : Selon que vous serez caïd de banlieue ou bien "gilet jaune"

Chère Madame, cher Monsieur,

Ce n’est un secret pour personne : le président Macron n’a jamais fait de la sécurité et de la justice les priorités de son quinquennat.

Les 15 000 nouvelles places de prison construites pendant le quinquennat qui avaient été promises durant la campagne électorale? Envolées. Le « doublement » du nombre des centres éducatifs fermés, également promis ? Envolé aussi. 

En quittant le ministère de l’Intérieur, Gérard Collomb a eu des mots très durs pour décrire une situation sécuritaire très inquiétante. Et pourtant il a fallu deux semaines pour que le président se décide à lui donner un successeur, et ce successeur est… Christophe Castaner. 

Christophe Castaner qui, et c’est le moins que l’on puisse dire, ne s’est jamais fait remarquer pour son intérêt, ses compétences ni ses connaissances sur les questions régaliennes : la lutte contre l'insécurité, le terrorisme, l’immigration illégale...

Mais avec l’apparition des « gilets jaunes », samedi dernier, l’exécutif semble s’être brusquement réveillé.

Avant même que les manifestations aient eu lieu, le gouvernement a annoncé qu’il se montrerait intraitable en cas de blocages.

De fait, samedi la mobilisation des forces de l’ordre a été massive, et les évacuations très rapides.

Et depuis samedi, le ministre de l’Intérieur a clairement les « gilets jaunes » dans le collimateur. À croire que ces Français « moyens » (comme les médias les appellent) qui se plaignent de la hausse des taxes en tout genre représentent une grave menace pour la sécurité de l’État.

Le ministre de l’Intérieur parle d’une « radicalisation » des manifestants. Rien que ça. Un peu comme si les gilets jaunes étaient de dangereux terroristes qui allaient se faire exploser dans les perceptions ou bien qui attaquaient les policiers à coups de couteau.

D’ailleurs, Christophe Castaner a déclaré : « En trois jours, il y a autant de blessés dans nos forces de l'ordre qu'en trois mois d'évacuation à Notre-Dame-des-Landes. »

Le ministre de l’Intérieur oublie juste de préciser que, à Notre-Dame-des-Landes il y avait tout au plus quelques centaines de personnes à évacuer, alors que samedi dernier les gilets jaunes ont été près de 300 000 dans toute la France, selon la police.

Un détail…

Et au fait, pendant combien d’années les gouvernements successifs, y compris l’actuel gouvernement, ont-ils toléré l’occupation illégale de Notre-Dame-des-Landes avant d’évacuer les squatteurs avec mille précautions et après mille négociations ?

Le moins que l’on puisse dire c’est que ça n’a pas autant trainé pour lever les barrages formés par les gilets jaunes le week end dernier !

Le terrorisme, d’ailleurs, parlons-en. Monsieur Castaner a lancé lors d’une conférence de presse : « Alors que notre pays doit faire face à des risques sécuritaires majeurs, dont le risque terroriste qui est toujours présent, il faut avoir en tête que la mobilisation massive de nos forces de sécurité a aussi un effet sur notre capacité à intervenir sur d'autres sites du territoire. »

En clair, s’il y a un attentat islamiste dans les jours ou les semaines qui viennent, ce sera la faute des gilets jaunes. Parce que le gouvernement aura envoyé les forces de l’ordre pour les surveiller au lieu de s’occuper des apprentis terroristes. Manifestement le gouvernement n’a pas tout à fait les mêmes priorités que la grande majorité des Français en matière de sécurité…

Et Emmanuel Macron a surenchéri ce mercredi en Conseil des ministres : « La sévérité sera de mise "face aux violences des gilets jaunes” ». 

Soyons sérieux.

La loi devrait être la même pour tous, et si des débordements ont lieu lors des manifestations des gilets jaunes, ils doivent évidemment être sanctionnés. Mais justement, parce que la loi devrait être la même pour tous, on aimerait vraiment que le gouvernement mette autant d’ardeur à reconquérir les « territoires perdus de la République » qu’il en met à pourchasser ceux qui protestent contre sa politique fiscale.

Nous savons tous qu’il n’en est rien. Si, pour les gilets jaunes, le gouvernement montre ses muscles, dans les quartiers «sensibles» les consignes données aux policiers sont, encore et toujours, de ne pas « provoquer ». Bref, de faire profil bas devant les voyous et les caïds.

Vous en avez entendu parler, Maggy Biskupski, qui était la voix des « policiers en colère » depuis l’attaque au cocktail molotov de deux voitures de police, à Viry-Châtillon en octobre 2016, s’est suicidée il y a quelques jours.

Elle le disait avec ses mots à elle : « On interpelle toujours les mêmes délinquants. Parfois on les recroise dès le lendemain ! »; 

« Tu les arrêtes, ils s’en foutent. Au pire, ils auront Canal+ en prison » ; 

« On a l'impression d'emmerder le citoyen lambda qui s'est mal garé plutôt que les vrais délinquants. »

Dans son livre La peur a changé de camp, le journaliste Frédéric Ploquin raconte ce sentiment d’impunité qui mine les policiers au quotidien et entretient une amertume bien compréhensible dans leurs rangs.

« Une impunité nourrie par les lendemains d’émeutes, de poubelles brûlées ou de guet-apens, quand les chefs freinent des quatre fers et retiennent les troupes avec l’espoir que le feu s’éteigne tout seul. Comme au lendemain de l’affaire Théo, quand ils ont préféré voir les policiers à la cafétéria du commissariat plutôt que de risquer l’affrontement (…) “Il ne faut pas les énerver“, a dit un chef plus cash que les autres. ”Énerver qui ?“ a osé un gardien qui n’a reçu en réponse qu’un silence embarrassé, mais a obtempéré : ce soir-là, il a regardé les poubelles brûler à la télévision. »

Alors, Monsieur Castaner, Monsieur Macron, vous dites que force doit rester à la loi ? Nous vous disons : chiche !

Donnez enfin aux policiers et aux gendarmes les consignes nécessaires pour que les lois de la République soient respectées PARTOUT. Donnez à la justice les moyens de punir les criminels comme ils le méritent et de protéger les honnêtes gens.

Soyez sûrs que ce jour-là vous aurez tout notre soutien…

Avec tout mon dévouement, 

Laurence Havel

.

Voici l'appel qui circule sur le Net, d'un auteur anonyme, qui résume ce que les 'gilets jaunes' revendiquent :

"MONTRONS NOTRE DETERMINATION DE MANIERE NON VIOLENTE !
 
Si comme moi, vous adhérez aux revendications des gilets jaunes, mais que vous refusez la violence et la destruction aveugle de matériel public ou privé dans les rues,
 
Si vous n'êtes pas allé à Paris parce que vous craigniiez ces débordements prévisibles, en plus du coût d'un tel déplacement,
 
Alors sans doute partagerez-vous l'idée qui m'est venue d'un prolongement massif, mais non violent, en portant sur vous, ou en mettant derrière votre pare-brise, au guidon de votre 2 roues, un foulard, un brassard, un turban, une pochette JAUNE !
 
Cela en signe d'adhésion à une liste non exhaustive de revendications, que vous pourrez allonger, imprimer, et afficher partout, derrière votre pare-brise...etc... La voici :
 
Avant d'instaurer des taxes plus lourdes, ne doit-on pas d'abord réduire nos dépenses ?
 
Nous exigeons :
 
-Que l'état montre l'exemple en diminuant son train de vie !
 
-Qu'on réduise le nombre des élus comme promis ( un exemple : aux Etats Unis, un Sénat composé de 100 membres, en France 348!...) ainsi que leur train de vie, leurs salaires , indemnités, avantages fiscaux, véhicules de fonction avec chauffeur, (les transports en commun et taxis ne leur sont pas interdits) -Sujet jamais abordé par les « politiques », puisque ce sont eux qui se votent leurs avantages !
 
-Suppression du cumul des mandats.Transparence des commissions.
 
-La diminution des taxes insupportables imposées aux Français,
 
-La diminution des taxes sur les produits pétroliers,
 
-La baisse de la taxation des employeurs pour relancer l'embauche et faire baisser le nombre des Français bénéficiant du chômage, Français qui pour certains gagnent plus à ne pas travailler qu'à trouver un emploi...On marche sur la tête !
 
-La baisse des dépenses publiques somptuaires, en France ou à l'étranger, dépenses souvent ostentatoires et parfois inutiles...C'est facile de dépenser l'argent des autres !
 
-La diminution voire suppression des aides aux étrangers qui n'ont jamais travaillé en France à qui l'on offre souvent plus qu'à certains de nos anciens ayant travaillé en France toute leur vie.
 
-Que l'on se préoccupe plus de la misère de certains de nos concitoyens qui ne vivent pas dignement en France parceque mal logés voire pas logés du tout,
 
-Meilleure gestion de la Sécurité Sociale, siège d'un gaspillage géant.
 
-En un mot que l'on réduise les dépenses qui ruinent notre pays, que ceux qui nous gouvernent gèrent la France comme on nous le conseille souvent à nous, simples citoyens,
 
                                                En bon père de famille !
 
La France n'est plus un pays riche, même si elle est riche de son histoire !
 
Si vous partagez ces revendications (rajoutez celles qui vous viennent à l'esprit), pour un effet boule de neige hyper rapide, transmettez à tous vos contacts et sur les réseaux sociaux, leur demandant de faire la même chose, et portez une marque jaune en signe ostentatoire mais non violent de signataire de ce que l'on peut appeler en toute modestie une « Charte des gilets jaunes »
 
                                                   Très vite nous pouvons être très nombreux ! "

Publié le 18/11/2018 14:19  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut

Au secours! le gouvernement des juges est arrivé

(A la suite... : "Créez un raz-de-marée !" + "Une condamnation de trop ?" )

Franz-Olivier Giesbert a écrit dans son éditorial du point n° 2408 du 25 octobre 2018 :

Le gouvernement des juges n'est plus un sujet de dissertation, un cas d'école, déconnecté des réalités. Depuis des années, de mèche avec les Torquemada de la presse, il marque des points, les cagots du Camp du Bien nous intimant de nous soumettre à sa loi.
Certes, il y a encore des grands magistrats indépendants. Mais on peut se demander s'ils ne sont pas en voie de marginalisation devant le couple infernal juge-journaliste, as du lynchage, qui s'est encore distingué dans l'affaire Mélenchon. S'enivrant de son pouvoir, cette justice laisse la bride à son hubris.

Troublantes sont les affaires Bayrou, Fillon, Sarkozy ou Marine Le Pen, tant les magistrats chargés des dossiers ont semblé fébriles, politisés, en tout cas pas sereins. De plus, tout le monde a pu observer que, par une étrange coïncidence, c'était presque toujours la droite qui se trouvait visée. Cher Laurent Wauquiez, méfiance, vous êtes sûrement le prochain sur la liste. De là à penser que cette opération anti-Mélenchon est censée équilibrer une balance qui penchait fâcheusement d'un seul côté...

Autant vous dire que l'auteur de ces lignes, libéral-libertaire convaincu, n'est pas mélenchoniste. Mais l'honnêteté oblige à s'étonner que les juges s'intéressent à ce point aux comptes de sa campagne présidentielle (10 millions) alors qu'elle fut infiniment moins dispendieuse que celle de Benoît Hamon (15 millions) à qui chaque voix aura coûté... 6,50 euros. Il est vrai que ce dernier reste la coqueluche, comprenne qui pourra, de la camarilla judiciaro-médiatique à l’œuvre ces temps-ci.
La honte du «mur des cons» en dit long sur le dévoiement des mœurs judiciaires. Grâce au journaliste Clément Weill-Raynal, aussitôt dénoncé par une partie de sa profession, nous avons appris en 2013 que, sur un mur du siège du Syndicat de la magistrature, des photographies de «cons» était exposées à la vindicte des magistrats. Que des personnalités de droite, bien entendu: Sarkozy, FilIon, Alliot-Marie, Morano, Hortefeux et puis aussi... des parents de victimes de tueurs. Le tout avec des commentaires débiles, répugnants. Comme dirait l'autre, quand l'abjection dépasse les bornes, elle n'a plus de limites.

C'est péché de critiquer la justice, parait-il. Que l'on me pardonne donc d'apporter une note discordante à l'incroyable unanimisme d'une presse panurgiste, en pâmoison à 99,99 % devant une machine judiciaire qui ne respecte plus que la présomption de culpabilité et piétine allègrement la présomption d'innocence. En voilà une nouvelle preuve avec cette affaire Mélenchon. Dans la foulée des perquisitions, il a certes tenu des propos outranciers, affirmant par exemple qu'il fallait «pourrir» les journalistes de France Info dont nous sommes, bien sûr, solidaires.

Mais, sans se prononcer sur le fond du dossier judiciaire, était-il bien nécessaire de mobiliser 100 policiers, mardi dernier, pour une dizaine de perquisitions alors que quelques personnes auraient suffi pour récupérer les disques durs, comme ce fut le cas pour le MoDem? Pourquoi ne pas avoir envoyé des tanks, des hélicoptères, des Rafale, pendant qu'on y était?

La démesure de l'opération montre la folie du système. Elle a mis Mélenchon en colère, ce qui n'est jamais difficile avec lui, qui a la véhémence facile, tonitruante. Il galèje quand il voit la main de Macron dans cette histoire. Mais comment lui donner tort quand il dit qu'Edwy Plenel, président de Mediapart, autoproclamé grand justicier national, est « le chef de tout ça », les autres journalistes étant «juste des pantins qui font ce qu'il dit»? Ou quand il affirme que nos chers confrères sont «comme les moutons, il y en a un qui court, tous les autres courent derrière» ?

Comme pour prouver que les magistrats et les journalistes travaillent en connivence, les perquisitions étaient à peine terminées que, déjà, Mediapart publiait «les premières découvertes» de l'enquête, à commencer par la «proximité» de Jean-Luc Mélenchon avec la communicante Sophia Chikirou, soupçonnée de surfacturations de prestations pendant la campagne de 2017 ; selon le site, l'ancien candidat entretiendrait même avec elle «de longue date» «une relation intime régulière », ce que l'intéressé dément avec force. Comment ces gens-là osent-ils prétendre qu'ils savent ce qui se passe sous les couettes? La classe!

Mais jusqu'à quand 1'« investigation» consistera-t-elle à recopier les PV fournis par les enquêteurs? Est-il sain pour la démocratie qu'une petite coterie journalistico-judiciaire ait droit de vie et de mort sur les élus ? La justice, la vraie, n'est-elle pas en train de crever de ce mélange des genres, au profit d'un tribunal populaire permanent qui condamne, comme pendant la Terreur de 1793, à la tête du client? Pour en finir avec l'irresponsabilité des magistrats, il est temps de songer à une réforme de la justice pour que les magistrats aient, comme toutes les professions, à répondre de leurs actes. Devant le suffrage universel, par exemple...

.

Enseignants, créez un raz-de-marée !

Claire Pollin de SOS éducation a écrit (30 octobre 2018)

"Chère amie, Cher ami,

Jeudi dernier, le lycée Édouard Branly à Créteil a été le théâtre d’une scène d’une violence inouïe : une enseignante dans sa classe a été longuement menacée par un élève au moyen d’un pistolet, révélé seulement plus tard factice, tandis qu’un de ses camarades filmait la scène.

Avec tous les membres de SOS Éducation, je condamne les auteurs de cette effroyable mise en scène et je fais part de mon soutien à l’enseignante victime.

Malheureusement, ces agissements font une fois de plus écho à la flambée de violence sur laquelle SOS Éducation alerte les pouvoirs publics depuis des années.

Un sondage commandé par l’association à l’IFOP en 2014 montrait déjà le niveau alarmant d’insécurité en milieu scolaire dans l’enseignement public :

· 40% des enseignants affirmaient se faire insulter,

· 10% s’étaient fait agresser…

· et 21% des enseignants d’Ile-de-France déclaraient ne pas se sentir en sécurité dans leur établissement !

Fallait-il encore attendre pour agir ?

Les images de l’agression de Créteil, qui ont suscité l’indignation générale, ont été l’occasion d’une libération de la parole des enseignants au moyen du hashtag #PasDeVague qui dénonce l’absence de soutien de leur hiérarchie. Ce phénomène concerne 40% des enseignants selon notre sondage IFOP.

Ces témoignages parfois insoutenables rejoignent ceux que SOS Éducation a reçus par milliers depuis la création de l’Observatoire de la Souffrance des Professeurs en 2011, et que nous tenons à la disposition du cabinet du ministre.

Suite à cette nouvelle affaire qui aurait pu tourner au drame, nous recommandons désormais à tous les enseignants :

· de faire systématiquement un rapport signalant la moindre voie de fait commise en leur présence et soulignant les risques pour leur sécurité personnelle ;

· sur cette base, d’engager la responsabilité de l’État devant les tribunaux au titre de la violation de son obligation de résultat consistant à assurer la sécurité de ses agents en cas de nouvelles violences commises par les élèves préalablement mis en cause ;

· à faire valoir leur droit de retrait le cas échéant.

Le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, Jean-Michel Blanquer, pourra alors notamment prendre les mesures suivantes :

· restaurer l’autorité des professeurs en leur redonnant les moyens disciplinaires adéquats : le droit de donner des « zéros de conduite », de décider du passage des élèves dans la classe supérieure, d’exclure les élèves perturbateurs de cours… ;

· renforcer l’encadrement dans les établissements difficiles, en y affectant à des fonctions de surveillance les dizaines de milliers de personnels déchargés de cours et les nombreux sur-effectifs de son administration ;

· mettre fin à la culture du silence et aux primes attribuées aux chefs d’établissements refusant de convoquer des conseils de discipline ;

· réviser la composition des conseils de discipline de sorte que les enseignants qui y siègent soient désormais majoritaires ;

· systématiser l’orientation des élèves exclus pour violence vers des établissements spécialisés"

.

Commentaire de Gilles Bressières : On m'a demandé pourquoi je citais en intégralité des éditoriaux comme ceux de Franz-Olivier Giesbert ? C'est que des articles ou des pétitions, retranscrits tels quels, correspondent à des passages de mon livre "L'horreur judiciaire - Au nom du peuple français".

Page 107 mon chapitre intitulé "Ne laissons pas un gouvernement des juges confisquer la République" exprime exactement ce qui est écrit dans l'éditorial "Au secours ! Le gouvernement des juges est arrivé."

L'appel de Claire Pollin "Enseignants, créez un raz-de-marée !" appuie une réforme de l'enseignement suggérée page 137 de mon essai. Etc.

Une condamnation de trop ? Olivier Damien (4 octobre 2018) Cliquer ici

Réforme de la Justice (11 novembre 2011) :

Combien de magistrats sont blessés ou tués dans l'exercice de leur fonction ? Réponse : un tous les 30 ans peut-être.

Combien de députés ou de sénateurs sont blessés ou tués dans l'exercice de leur mandat ? Réponse : c'est pareil.

En revanche combien de policiers, de gendarmes, de pompiers, d'enseignants, etc sont blessés ou tués en exerçant leur métiers ? Réponse : des centaines par an.

Cliquer ici et cliquer

Quand des magistrats commettent des bavures judiciaires sont-ils sanctionnés ? Rarement voire jamais ! Si parfois ils le sont, est-ce de la même façon que les juges punissent les forces de l'ordre ? Pas du tout !... Il suffit de voir les sanctions appliquées aux policiers même si ceux-ci ne sont que légèrement fautifs ? 

Publié le 25/10/2018 12:34  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Où allons nous ????  -  par Robert_Mideau

Où allons nous ????

Le 13 octobre 2018, voilà dix jours que le gouvernement actuel ne parvient pas à se dépêtrer du départ en fanfare de Gérard Collomb, après celui, toujours en fanfare, de Nicolas Hulot.


On se croirait revenu au temps de la quatrième République, quand les gouvernements tenaient de quelques semaines à quelques mois, mais aussi à l'époque du Maréchal Pétain, quand celui-ci se rendait, en 1944 alors que la guerre mondiale faisait rage, sur les lieux des bombardements pour faire part de son soutien au peuple, comme s'il s'était agit d'une catastrophe naturelle.


Le régime actuel est déjà à bout de souffle, ce qui ne nous étonne pas compte tenu des graves éléments mondiaux en jeu et d'une élection basée sur la croyance que l'actuel président était un demi-Dieu, alors que le vide avait été fait pour qu'il soit sans concurrence sérieuse au deuxième tour.


Mais comment tenir encore quatre ans à un tel régime, sans réelle gouvernance avec des ministres qui s'enfuient au bout de quelques mois et des pressentis qui refusent le poste obstinément ?


Pendant ce temps, le premier Ministre (et Ministre de l'intérieur par intérim) se promène à Clermont-Ferrand, pour "montrer un gouvernement au travail", avec le ministre "de la cohésion des territoires", bientôt éjecté.


https://www.lemonde.fr/politique/article/2018/10/12/edouard-philippe-a-clermont-ferrand-pour-montrer-un-gouvernement-au-travail_5368801_823448.html

Commentaire de Réforme de la Justice (14 octobre 2018) : Gérard Collomb a profité d'avoir quitté son ministère pour faire un constat affligeant sur les zones de non-droit qui prolifèrent en France. Il confirme une fois de plus les propos du Général Soubelet qui a dû quitter ses fonctions à la Gendarmerie pour avoir révélés en public une réalité  qui dérange le pouvoir.

Décidément le départ de Gérard Collomb, avec son accablant constat, suscite de nombreux commentaires :

Commentaire de Franz-Olivier Giesbert : éditorial  (dans l'hebdomadaire 'Le Point' du 18 octobre 2018)

Publié le 13/10/2018 15:36  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut

UN ETRANGE AJOUT – Pourquoi ne pas l’avoir dit tout de suite ?

Le 30 septembre 2018 : Réponse du Comité de lecture à une nouvelle et importante question (à la fin de ce billet).

Antoine (28 août 2018) : J’ai comparé le billet « La banalité du mal » que j’ai imprimé en septembre 2017 avec celui qui apparaît aujourd’hui je me suis aperçu qu’avait été ajouté : « Surtout faire croire au juge que la déclaration de travaux était bien incomplète car le descriptif que Denis Dejustys avait transmis à la justice ne pouvait pas avoir été reçu par l’administration puisqu’il n’y avait aucun tampon sur ses pièces ! (…) » et qu’ensuite le billet « Citoyens ou administrés (suite) » y faisait référence.

Réponse du Comité de lecture : En effet, tant que nous n’avions pas la preuve irréfutable que l’administration avait délibérément trompé la justice, nous ne pouvions faire figurer cet item. Grâce à l’avocate du premier prévenu (l’oncle de la femme de Denis Dejustys) nous avons cette preuve. Elle a envoyé un courrier à Denis Dejustys pour le remercier de son aide puis lui a confirmé que l’administration avait déclaré à l’instruction que l’absence de tampon dateur était synonyme de pièces non reçues (ce qui a bien été démenti par la suite par un constat d’huissier). Cette déclaration mensongère délibérée pour faire condamner quelqu’un constitue effectivement un délit d’escroquerie au jugement. De fait, en première instance le juge a ignoré, dans ses attendus, les pièces non tamponnées qui innocentaient le prévenu.  

En appel, quand le constat d’huissier a été présenté aux juges, soit un dossier complet sans cachet dateur (évidemment), ils avaient bien la preuve du grave délit d’escroquerie au jugement. Mais en ne sanctionnant pas les escrocs, la justice française s’en est fait de facto la complice. Ce n’est plus un simple déni de justice, c’est un monstrueux scandale !

Commentaire d'Antoine (9 septembre 2018) : Quand les représentants de l'Etat commettent des escroqueries en bandes organisées pour qu'une caste de privilégiés puisse en tirer profit, le terme le plus adéquat pour qualifier cet Etat est-ce cleptocratie ou bien escrocratie ?

Commentaire de ‘Réforme de la Justice’ (30 août 2018) :  
Le laxisme envers les délinquants, voire pire, la complicité avec eux, fait que la Justice française est une horreur. Cette effrayante politique pénale peut être comparée à un désastre industriel comme le fait Pierre Moscovici en parlant du quinquennat de François Hollande. Ci-dessus, quel triste exemple !
  « La France orange mécanique » édité par La Mécanique Générale (plus de 300 000 lecteurs) de Laurent Obertone, enquête sur un sujet tabou : l’ensauvagement de notre nation. Chaque jour en France : 640 violences sexuelles hors ménage, 1 670 violences physiques hors ménage, 2 000 domiciles cambriolés ou visités et 4 000 véhicules volés ou vandalisés. 
  Laurent Obertone conclut son livre par : « Nous n’avons pas besoin de loi d’exception. Simplement que la loi cesse d’être une exception.  Nous n’avons pas besoin d’incantations. Simplement que le réel soit pris en considération. »

Extrait du livre « La France orange mécanique » de Laurent Obertone 

Crimes.JPG

Commentaire d’Aurélie (30 août 2018) :  Est-ce que les bien-pensants qui ont imposé leur idéologie peuvent avoir une idée de la quantité de sang qu’ils ont sur les mains (femmes violées et assassinées par des multirécidivistes trop vite libérés) ? Et tant de victimes et de souffrances qui auraient pu être évitées si…

Angélisme , politique de l’excuse, ne pas stigmatiser, priorité à la réinsertion et non à la protection : l’enfer est pavé de bonnes intentions.

Commentaire de Roger (31 août 2018)CACAROCO

Au Brésil, dans les années 50, une rhinocéros femelle, nommée Cacaroco, a été élue au conseil municipal de Sao Paulo avec 100 000 voix.
En 1988, c’est un singe qui a fini troisième aux élections législatives avec 400 000 voix.

Arte - 28 minutes - du 30 août 2018.

Si Cacaroco limitait ma vitesse sur les routes à 100 km/h, comme en Allemagne (qui a 25 % d’accidents en moins qu’en France), pour me permettre de ne plus glander derrière des camions, limités à 80 km/h (qui se traînent dans les côtes), mais de pouvoir les dépasser en toute sécurité sans commettre d’infraction, je voterais Cacaroco.  
Si Cacaroco faisait appliquer toutes les lois qui protègent les citoyens, et qui sanctionnerait réellement les délinquants pour éviter bien des délits et des crimes commis par des multirécidivistes, je voterais Cacaroco.
Si Cacaroco faisait un choc de simplification comme Donald Trump, qui entre janvier et décembre 2017, a supprimé 45 000 pages du Code des réglementations, soit la moitié, je voterais Cacaroco.
Si Caracoro réduisait très substantiellement le train de vie de l’Etat pour alléger mes impôts et me redonner du pouvoir d’achat, je voterais Cacaroco.
Si Cacaroco arrêtait l’envahissement de notre pays par des migrants qui ne travaillent pas, qui ne cotisent pas pour ma retraite et qui coûtent au contribuable d’important frais d’hébergement et d’entretien dont l’AME (Un milliard d’euros, pour l’Aide Médicale d’Etat, afin de soigner les clandestins mieux que ne le permettent les mutuelles), comme je ne suis plus bien-pensant, je voterais Cacaroco. 

Pétition de Pierre Gouverneur (15 septembre 2018) : Cliquer

Aurélie (30 septembre 2008) : Par curiosité, quelles sont les termes de la preuve irréfutable apportée par l’avocate de l’oncle de la femme de Denis Dejustys ?

Le Comité de lecture : Extraits de la lettre de l’avocate du 10 février 2012 :

« Cher Monsieur,
Dans le dossier visé en marge, j'ai sollicité à plusieurs reprises la copie du dossier pénal.
Ne l'ayant toujours pas, j'ai consulté le dossier déposé auprès de la juridiction.

(…)
Sur le fond, une déclaration de travaux avait été déposée en 2007. Il ressort du dossier que des pièces complémentaires avaient été demandées et n'ont pas été fournies, et la demande a donc été rejetée.
Cependant, ces courriers, à ma connaissance, n'ont pas été adressés en RAR, dés lors nous serions en présence d'une non opposition tacite à une déclaration de travaux.
C'est sur ce fondement que semble s'être basé le Tribunal administratif dans son jugement d'octobre 2009 pour affirmer qu’il y avait une déclaration de travaux.

Seraient dés lors couverts par une autorisation:

. La correction des pentes du toit; . L'exécution d'un vide sanitaire; . La réfection des menuiseries ;. Les enduits extérieurs.

Les faits pour lesquels vous êtes poursuivis sont les suivants :

1. démolition d'une partie du bâtiment;
2. reconstruction sur une surface de 60 m2 ;
3. édifications de piliers de soutènement pour un auvent; 4. toiture;
5. auvent sur la terrasse;
6. fermetures des accès.

(…) » 

Or tous ces six points apparaissent clairement dans le descriptif de la déclaration de travaux déposée le 11 mai 2007 par la femme de Denis Dejustys et le constat d’huissier effectué à la mairie confirme que ces pièces (non tamponnées) ont bien été reçues.  Donc, avoir déposé devant la juridiction un dossier, en niant avoir reçu les pièces essentielles qui  pouvaient disculper le prévenu, constitue bien une escroquerie au jugement.

Publié le 30/08/2018 00:13  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Coup de gueule  -  par gilles-bressiere

COUP DE GUEULE  

  Jean-Guy Talamoni, Président de l’Assemblée Corse :  « (…) des faits inacceptables qui relèvent non pas de simples dérapages mais de pratiques indignes de l’administration d’un pays démocratique (…) Les institutions de la Corse n’accepteront pas que l’arbitraire de certains hauts fonctionnaires continue à s’exercer de façon débridée sur notre île. » Corse-Matin 8-8-2018  

  Un agent de l’inspection du travail s’est ému auprès de sa direction (la Direccte) de la mention « Mouvance nationaliste » associée à un établissement du Sud (de la Corse) à contrôler (sur un tableau relatif à la campagne de contrôle des paillotes). Corse-Matin 7-8-2018  

  Roger Antech : « On se souvient des déclarations d’un directeur régional des finances publiques qui, devant son ministre de tutelle, affirmait alors que le contrôle fiscal dans l’île ciblait principalement les Corses, pas les étrangers, ni les continentaux. Il faut y rajouter maintenant la référence à l’opinion politique, ici la mention de « mouvance nationaliste », portée au tableau des contrôles de la Direccte à opérer par les inspecteurs du travail notamment, auprès des paillotiers dans l’Extrême-Sud.

  Au-delà de la vague d’indignation politique que ces dérapages soulèvent toujours – en fait, ce sont d’abord les fonctionnaires, les inspecteurs qui sont placés en situation délicate par leur hiérarchie -, il faut se demander pourquoi l’administration tolère encore de tels comportements. » Corse-Matin 12-8-2018

.  

  Pour installer un établissement ou une activité de plage situé sur le domaine maritime il faut une autorisation d’occupation temporaire (AOT) qui se présente sous la forme d’un arrêté préfectoral délivré après instruction par la Direction Départementale des Territoires de la Mer (DDTM). Cet organisme, une fois de plus, a donné sa réponse bien trop tardivement (en juillet 2018) et de nombreux professionnels de la mer se sont installés sans AOT, qui pour beaucoup ont été refusées cette année. « C’est un système vicieux, on apprend qu’on nous refuse l’AOT en juillet et ensuite on vient nous contrôler, il faut bien que l’on vive. Derrière il y a des centaines d’emplois. » Corse-Matin 14-8-2018  

  Combien de temps l’Etat français imposera aux citoyens des cogneurs arbitraires, au-dessus des lois, comme Alexandre Benalla ou le préfet Bonnet ou la DDTM ?

Publié le 14/08/2018 19:22  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Citoyens ou administrés ?  -  par GillesBressiere

  Citoyens ou administrés ?
(suite)

  En 1755, Pascal Paoli avait instauré en Corse une république fondée sur une constitution démocratique avec une réelle égalité des droits pour tous les citoyens même étrangers. Rappelons que les femmes avaient le droit de vote dans l’île depuis le 15ème siècle. La défaite en 1769 face à la monarchie française avait mis fin à cette république éphémère.
  Les produits corses étaient soumis à des droits de douane pour ne pas faire concurrence à la production continentale. Déjà les fonctionnaires en charge d’appliquer ces taxes contribuaient au déclin de l’agriculture insulaire. Aujourd’hui la Corse ne peut nourrir que la moitié de sa population (300 000 habitants) et doit importer le reste.
  Les Corses craignent d’être colonisés par le pouvoir de l’argent. Quand un préfet entérine a posteriori des constructions construites en toute illégalité au bord de mer, donc réalisées de façon illicite par un promoteur, ignorant volontairement et délibérément les organisations de défense du littoral (révélé par Hélène Constanty auteure de ‘Razzia sur la Corse’) et qu’un de ses successeurs continue de faire de même, spoliant par ailleurs de leurs droits des familles corses modestes, ça contribue à exaspérer les îliens. 
  Les indépendantistes et autonomistes ont abandonné la violence pour les urnes avec un grand succès. Ils ont réalisé finalement que le plasticage des bâtiments administratifs (dont la DDE) ou pire, l’assassinat monstrueux d’un préfet (symbole de l’oppression) étaient inutiles et de plus contre-productifs.
  Ils aspirent, comme bien des Européens, à une vraie démocratie qui prendrait ses distances avec la technocratie bureaucratique actuelle. A cela les Italiens ont en plus à résoudre une immigration mal maîtrisée, ce qui explique leur vote pour une coalition improbable dont le programme peut les conduire à la ruine. Plutôt le désastre que de continuer comme avant !

  La première partie de « L’horreur Judiciaire – Au nom du peuple français » expose en quinze pages une affaire édifiante sur le fonctionnement de notre Justice. La contribution intitulée « La banalité du mal » m’a incité à révéler le dessous des cartes de cette affaire à l’aide du document administratif stupéfiant émis en mars dernier. (cliquer ici)
  De cette réquisition d’un substitut du procureur j’ai extrait trois phrases clefs.
« Il sera relevé que M DEJUSTYS a été poursuivi et condamné en qualité de bénéciaire (sic) des travaux et non de propriétaire,…». Qu’est-ce qu’un ‘bénéciaire’ ? Ce n’est pas un propriétaire, ni un locataire, ni un héritier potentiel ni même le commanditaire des travaux, ce qui a été prouvé et apparemment reconnu par les magistrats. 
  C’est quoi alors un bénéciaire en langage juridique ? Serait-ce un bénéficiaire qui n’a pas qualité pour faire les formalités administratives indispensables pour remettre en état les lieux et qui doit les remettre en état malgré tout ?… C’est à dire contre l’avis du Tribunal Administratif… ? Il fait quoi, Messieurs les Juges ? Mystère… En attendant, il paye. 
  « En ce qui concerne tout d’abord le comportement de M DEJUSTYS, il y a lieu de constater qu’aucune remise en état des lieux depuis l’arrêt de la cour de cassation de 2013; en ce qui concerne le paiement- auprès des services de la direction des finances publiques de (nom du département)- des astreintes liquidées par la DDTM de la Haute-Corse, il n’est au demeurant pas démontré  qu’il ait été effectué en tout ou partie. » 
  Comment commencer des travaux si on ne sait pas comment les finir.
  Denis Dejustys réclame depuis mars 2014 que l’administration lui donne les plans du bâtiment de 60,30 m² qu’il est censé avoir démoli (entre le 29 janvier 2009 et le 22 juin 2010 selon la citation à comparaître du procureur) afin de pouvoir commencer les travaux. Aucune réponse ! Comment entreprendre une remise en état des lieux s’il n’en connaît pas les fondements ?
  Quant au paiement de l’astreinte, Denis Dejustys, a fourni aux juges la liste des chèques avec leurs dates et leurs montants, accompagné du document officiel récapitulatif signé et tamponné par l’organisme collecteur (la DDFiP) ! Que faire de mieux ? Mystère encore… si ce n’est pas suffisant aux magistrats pour leur prouver que les paiements ont été reçus par l’Administration fiscale.
  « En ce qui concernent ensuite les difficultés soulevées par le requérant pour se justifier de son inaction, elles ne présentent pas de caractère nouveau et sérieux par rapport à celles examinées et écartées par la chambre des appels correctionnels dans son arrêt du 6 janvier 2016. »

  Le 3 décembre 2015, la présidente de la cour d’appel, constatant que Denis Dejustys n’avait pas qualité à faire les démarches indispensables auprès de l’administration lui avait suggéré de faire appel aux co-propriétaires de la famille de feue son épouse (bien sûr cela n’a pas été écrit). Ne pas trouver de caractère sérieux à l’impossibilité juridique (dixit le Tribunal Administratif) de faire les formalités indispensables : permis de démolir et permis de reconstruire (le bâtiment initial), est-ce sérieux ? Comment obtenir un devis d'une entreprise si on ne dispose ni de plans ni surtout de permis de construire (pour reconstruire) ? Si ça ce n'est pas sérieux !
  Evidemment, comme d’habitude, la cour d’appel a entièrement suivi toutes les réquisitions du substitut du procureur. 
  Pour contourner l’impossibilité de faire les démarches, la cour d’appel a reproché à Denis Dejustys d’avoir déposé le 6 mai 2010 une déclaration préalable de travaux, en feignant d’ignorer que c’était à la demande du maire. En effet, le 28 avril 2010, le maire avait convoqué l’oncle de la femme de Denis Dejustys qui s’y était rendu avec son ami sous-préfet (qui exerçait sur le Continent). L’édile leur avait promis de tout régulariser à condition que Denis Dejustys fasse cette formalité en son nom propre. Etait-il persuadé que Denis Dejustys avait hérité de la propriété ? Mais il ne pouvait qu’ignorer que la succession était et est toujours en cours depuis 1986 et que les lots des co-propriétaires, toujours en discussion, ne sont pas actés devant notaire. Denis Dejustys était marié sous le régime de la séparation de biens et par testament privé du quart réservataire, c’est pourquoi il s’est ouvertement étonné d’avoir à déposer une déclaration préalable alors qu’il n’en avait pas qualité. Cependant dans l’espoir que tout soit réglé, il a obtempéré à l’injonction de ce premier magistrat. Mais voilà… les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent…

  Dévoilons le motif de la condamnation en appel de Denis Dejustys. 
 Rappelons qu’en première instance le juge s’était appuyé, pour le condamner, sur le vicieux mensonge administratif consistant à dire que les pièces présentées par le prévenu n’avaient pas été reçues par l’administration puisqu’elles ne présentaient pas de tampon dateur. Le constat d’huissier, effectué à la mairie, a révélé par la suite que l’intégralité du dossier avait bien été reçu… sans que figure un seul tampon dateur ! (Cf. le billet intitulé « La banalité du mal »).

  L’arrêt de la cour d’appel s’appuie sur une interprétation fallacieuse d'un seul élément de la déclaration de travaux de sa femme (mal rédigé parce que mal compris ?), ce qui a servi d’alibi pour conclure à un agrandissement supposé de 88 m² au lieu du réel petit agrandissement de moins de 20 m² !  Les neuf pages de cette déclaration, avec un descriptif détaillé (approuvé initialement par le maire et par une agent de la DDE), ont été comprises par tout le monde comme prévoyant bien un agrandissement de moins de 20 m². Un maçon ne s’y est pas trompé et a réellement ajouté deux pièces de 8,5 m² augmentant la surface habitable de 17,5 m² ce qui était parfaitement licite. Pour justifier une condamnation, la cour d’appel n’hésite pas à attribuer à Denis Dejustys les écritures de sa femme (dont il a seulement pris connaissance en octobre 2008, plus d’un an après le début des travaux quelle avait engagés en juillet 2007).
  La loi oblige l’administration à signifier un refus par lettre recommandée avec AR dans un délai d’un mois sinon elle est réputée avoir accordé une autorisation tacite. Mais de ‘prévoir virtuellement,’ un agrandissement de 88 m² via une lecture interprétée de façon occulte par l’administration, la dispenserait, selon la cour d’appel, d’envoyer un courrier ! En bref si vous rédigez mal un imprimé Cerfa on ne vous préviendra pas et on vous condamnera si vous appliquez la loi !
  Comment Denis Dejustys aurait-il pu subodorer risquer d’être puni par l’administration  sans en être prévenu par elle en son temps ? Il a financé, au profit de tiers, des travaux qu’il croyait parfaitement licites (et qui l’étaient !) et aucune loi ne réprime cette aide familiale. Si éventuellement il y a une difficulté d’interprétation et de compréhension, que l’administration la signale pour qu’on puisse corriger. Dans l’affaire Denis Dejustys la vraie erreur c’est une interprétation des juges dénuée de bon sens d’un item, peut-être mal écrit, mais parfaitement compris par un simple maçon ; en témoigne ce qui a été réellement construit.
   Une condamnation bien réelle fondée sur une interprétation erronée totalement virtuelle : c’est un scandale ! Ne pas appliquer les lois qui protègent les administrés par un prétexte aussi fallacieux : c’est un scandale ! 
  En résumé un agrandissement effectif de 19,60 m², licite, est considéré par la Justice comme faisant virtuellement 88 m² donc illicite ! Vous fournissez toutes les preuves de vos paiements mais contre toute réalité la Justice considère qu’il n’en est rien !

  Cerise sur le gâteau : Pour dédouaner toutes les irrégularités administratives et judiciaires, les juges ont déclaré que Denis Dejustys avait reconnu le délit. C'est absolument faux, il a seulement reconnu avoir réglé le coût de travaux qui lui semblaient parfaitement licites ! C'est très clairement ce qu'il a révélé aux enquêteurs et ce qui a été consigné dans un procès-verbal qu'il a relu et signé. Aujourd'hui il n'est donc plus nécessaire d'utiliser la torture pour arracher des aveux il suffit d'affirmer qu'ils ont été obtenus.  Délit virtuel, condamnation réelle. Délit fictif - peine effective. Avec une condamnation inapplicable qui est férocement exigée avec acharnement.

 
  Nous ne sommes pas en démocratie mais bien sous un régime monarchique au profit d’une oligarchie où les promoteurs bénéficient d’un régime de faveurs et les modestes gens spoliés de leur droits.
  Ceux qui ont le pouvoir ont toujours tendance à en abuser, pour éviter cela le contrôle citoyen s’impose comme dans la République de Pascal Paoli.

  Un voisin mitoyen, promoteur, est venu visiter Denys Dejustys au bungalow lors des vacances d’été 2017.
  « Vous devriez vendre. » 
(Ignorait-il que Denis Dejustys n’était pas propriétaire ?)
  « Vous devriez mettre en adjudication. » ( ???)
  Les deux enfants de Denis Dejustys écoutaient cette conversation surréaliste. Le plus jeune dit à son père : « Il s’impatiente, il voudrait vite profiter de la magouille pour agrandir son village de vacances.»

Alors... Le dernier vote des Corses pour une assemblée ayant une large majorité autonomiste et indépendantiste, ça vous étonne ?

.

Eric de Montgolfier, ancien procureur de la République :  « On pourrait rêver d’une justice républicaine, respectueuse et bien plus encore… Mais tant d’histoires m’ont démontré le contraire. »

Caroline Brun et Marie-Christine Tabet (auteures de "L'Etat-voyou") : " Le législateur ayant pris soin de verrouiller la loi en amont, la justice apparaît plus prompte à condamner le citoyen vertueux que le fonctionnaire délictueux." 

Antoine (12 mai 2018) : Aujourd'hui, les juges ont un tel pouvoir, sans aucun contrôle, que certains n'ont même plus le souci de la vraisemblance dans leurs attendus.

Amélie (13 juillet 2018) : La loi "anti fake news" a été votée par les députés le 3 juillet, elle sera présentée au sénat le 26 juillet. Imaginez que vous soyez poursuivi pour avoir diffusé une nouvelle qui chagrine le gouvernement. Vous êtes poursuivi en 48 heures et le juge des référés vous condamne parce que soi-disant vous auriez reconnu le délit... contre toute réalité !

Commentaire de Réforme de la Justice (13 juin 2018) : Remède citoyen

Pour que notre institution judiciaire ne soit plus la risée des juristes Anglais et de ceux des pays du nord de l’Europe il faut instaurer des Commissions Ethiques composées de jurés tirés au sort sur les listes électorales. Commissions qui veilleront à ce que les termes de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen soient bien respectés :
Art. 7. Nul homme ne peut être accusé, arrêté ni détenu que dans les cas déterminés par la Loi, et selon les formes qu'elle a prescrites. Ceux qui sollicitent, expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires, doivent être punis ; mais tout citoyen appelé ou saisi en vertu de la Loi doit obéir à l'instant : il se rend coupable par la résistance. 
Art. 8. La Loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires, et nul ne peut être puni qu'en vertu d'une Loi établie et promulguée antérieurement au délit, et légalement appliquée.
  

Rappelons qu’au pénal 98 % des pourvois en cassation sont rejetés. La plupart des pourvois ne sont même pas admis, donc rejetés sans débat contradictoire et sans explications (la cour envoie la même lettre type à tous). Pareil pour la Cour Européenne, qui n’est des Droits de l’Homme que de nom (le pourcentage des recours non admis est encore plus important, donc de ne pas accorder un débat contradictoire c’est déjà violer la Charte Européenne des Droits de l’Homme).

Alors quand la Cour de Cassation déclare une affaire non-recevable, le justiciable devrait pouvoir saisir une Commission Ethique s’il estime que les termes de la Charte Européenne des Droits de l’Homme et du Citoyen ne sont pas respectés. La Commission Ethique permettra le débat contradictoire qui a été refusé. 

Comment faire pour qu’une procédure devant une Commission Ethique soit rapide de ne coûte presque rien ?
Pourquoi ne pas utiliser les moyens modernes de communications ?
Un juré tiré au sort à partir d’une liste électorale doit pouvoir disposer, dans la mairie de son domicile (elle-même tirée au sort) d’un micro-ordinateur connecté par ‘wifi’ sécurisé, avec une adresse mail provisoire délivrée par l’institution judiciaire. Il reçoit au préalable les conclusions des avocats des parties adverses avec un temps raisonnable pour les étudier. Puis soit par visioconférence, soit par un ‘chat’, il discute avec les autres jurés pour se mettre d’accord sur un verdict : oui ou non les termes de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen (ou de la Charte Européenne) ont-ils été respectés ? S’ils n’ont pas été respectés : annulation de la décision de justice litigieuse.
C’est simple et très économique, les jurés ne distrayant qu’une journée de leur vie professionnelle pour étudier un cas et en délibérer. Cette modicité du coût de fonctionnement permettrait de créer de nombreuses Commissions Ethiques.

La carence des magistrats remédiée par des citoyens, pour avoir enfin une justice digne d’être rendue au nom du peuple français.

PS : Cette idée d’un jury délocalisé connecté en visioconférence peut être adaptée à toutes les cours correctionnelles. Les jurés assistent aux débats en direct ou en différé puis ils participent, en direct, avec les magistrats, au délibéré.

Commentaire de Virginie (22 juin 2018) : La future loi pour lutter contre les "fake news" relèverait bien d'une amélioration de l'éthique si... mais imaginez que les réquisitions d'un procureur, contre une supposée "fake new", soient comme celles révélées dans cet article... réquisitions qui semblent concentrer tout ce que critique l'essai "L'Etat-voyou" cité ci-dessus.

Réforme de la justice (22 juin 2018) : Avant de faire cette loi contre les "fake news" il serait souhaitable effectivement que la justice fonctionne de manière éthique et non comme le fustigent les auteures du livre "L'Etat-voyou" : « Etat menteur, Etat tricheur, Etat dissimulateur en tout cas : ... la face cachée d’un modèle déchu, dont tout ou presque est à reconstruire. » 

Commentaire d'Antoine (22 juin 2018) : Quand il aura achevé son excellente réforme de l'Education Nationale, pourquoi ne pas nommer Garde des Sceaux Jean-Michel Blanquer cet agrégé de droit à l'énergie débordante ? On sait qu'il déteste les 'fake news', dévoiler sa vie privée, la méthode globale (pour apprendre à lire) et la technocratie (cf. l'hebdomadaire 'Challenge' du 14 juin) : qualités qui devraient en faire un très bon ministre de la justice.

Commentaire d'un pétitionnaire (2 juillet 2018) Cliquer : "Il y en a marre d'une administration aussi inhumaine !"

Publié le 12/06/2018 13:23  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Citoyens ou administrés ?  -  par reformedelajustice

Citoyens ou administrés ?   

  Dans la Grèce antique le citoyen participait au fonctionnement de la cité. Les dirigeants étaient choisis par tirage au sort pour des mandats non renouvelables. Dans les pays du nord de l’Europe les administrés remercient leurs fonctionnaires pour le service qu’ils leur apportent. En France, comme en Italie, l’administré se sent écrasé par des fonctionnaires au service… des fonctionnaires ou d’intérêts occultes. L’arbitraire pollue le service public.  

  Dans le dernier billet « La République est-elle en danger », on cite ma contribution du 18 septembre 2017 intitulée « La banalité du mal » où, au paragraphe « A quand le jour où les administrations seront au service des citoyens… ? », parmi les nombreuses exactions administratives j’ai écrit : « Une personne en état de faiblesse qui ne touche plus ses prestations sociales à cause d’un bureaucrate tatillon : c’est une torture. » La réalité est bien pire ! A la date où j’envoie ce billet, soit dix mois plus tard, voici un des exemples de personne, en état de faiblesse, qui a motivé cette réflexion : un handicapé qui continue d’être torturé par la CAF (Caisse d’allocations Familiales) depuis juillet 2017. C’est un locataire qui a du mal à payer son loyer parce qu’il ne reçoit plus les APL pour avoir mal rempli un document administratif. C’est un grand malade qui est constamment sous oxygène et dont les déplacements sont difficiles. Il fait de nombreux séjours à l’hôpital et a beaucoup de mal à faire les formalités réclamées de manière ambiguë par cette administration qui fait la sourde oreille à ses réclamations. Elle demande indûment des pièces qu’elle a déjà reçues. Toutes les astuces dilatoires sont utilisées pour ne pas régler les prestations sociales dues à ce malade reconnu handicapé. Le constat de sa détresse prolongée laisse la CAF de marbre.

  Est-il demandé à la CAF de faire des économies ? Les pauvres à secourir sont très nombreux et  les gruger en nombre allègerait-il de façon substantielle le budget de l’Etat ? Cet Etat qui est lourdement endetté et qui doit encore emprunter pour financer sa politique sociale. Des fonctionnaires semblent donc davantage se préoccuper des finances publiques plutôt que d’être au service d’ayant-droits, cela en se retranchant derrière des exigences plus ou moins fallacieuses.  

  Une commission citoyenne laisserait-elle un malade si longtemps dans la désespérance ? Laisserait-elle lettre morte la loi, votée par les députés, destinée à protéger les personnes en difficultés ? Malheureusement nous ne sommes pas en vraie démocratie avec des citoyens participant au fonctionnement de la cité mais seulement des administrés sous le joug d’une démocrature  technocratique et arbitraire. Il ne faut plus s’étonner du formidable succès des candidats antisystèmes dans nos pays d’Europe (dernier en date : la Slovénie) qui le dispute à celui des abstentionnistes.

Ouest -FranceTÉMOIGNAGE. Quimper : Handicapé, il n'a pas reçu ses allocations depuis 4 mois

Emmanuel Macron, Président de la République (13 juin 2018) : Les aides sociales coûtent "un pognon de dingue" sans résoudre la pauvreté. ("Un tiers du PIB,un record mondial" selon le 'Figaro').

Publié le 07/06/2018 09:29  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] SuivantFin
Rubriques

Comment survivre dans un environnement hostile

Actualités judiciaires

Derniers billets
Archives
11-2018 Décembre 2018 01-2019
L M M J V S D
          01 02
03 04 05 06 07 08 09
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            
Vous êtes ici :   Accueil » Blog