Blog
Tous les billets
DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 5 pages suivantesSuivantFin
"Ecocide" toi même !  -  par GillesBressiere

"Ecocide" toi même !

Etienne Gernelle : « En décidant de réduire la part du nucléaire, et en fermant Fessenheim, la France a fait le choix d’émettre plus de carbone. Ecocide ? » : cliquer Ici

  Quand on demande à une centaine de participants, tirés au sort, de proposer des solutions pour que la France réduise de 20% ses émissions de gaz à effet de serre, inutile de compter sur les bienfaits de l'émergence* du groupe pour répondre à une question si mal posée.
* Lire page 79 et 80 du chapitre « La nature humaine » du livre « horreur judiciaire – Au nom du peuple français » : cliquer )

  La bonne question qui aurait dû leur être soumise aurait été : « Sachant que la France est responsable de 0,9 % des émissions mondiales d’oxyde de carbone, que préconisez-vous pour réduire de 20 % les émissions mondiales de gaz à effet de serre ? » Et là les participants seraient évidemment bien embarrassés pour proposer des solutions crédibles pour atteindre cet objectif louable.
  20 % de 0,9 % des émissions mondiales = environ 0,7 % du total : soit une incidence totalement négligeable !
 Inutile d’exiger des mesures insupportables d’un pays déjà plus vertueux que les autres grâce à la part de 70% du nucléaire dans la production d’électricité (qui permet de se chauffer sans avoir à brûler des carburants carbonés : charbon, mazout, bois, tourbe, etc.). 
  Quand par un hiver glacial, temps nuageux et absence de vent, la consommation d'électricité atteint un pic, inutile de compter sur les éoliennes ni sur les cellules photo-électriques… alors ce sont bien des centrales thermiques qui sont mises en service !

  Que faire si la croissance des pays émergents (Chine, Indes, etc.) devient de plus en plus consommatrice d’énergie ? Si ces états continuent d'utiliser principalement des énergies carbonées plutôt que des énergies renouvelables ou nucléaire ?
   Il faudra alors se préparer aux conséquences inéluctables du réchauffement climatique. 
  Pour résister aux futures tempêtes dévastatrices, il faudra enterrer les lignes électriques et les lignes de communications, consolider les toitures avec si possible moins de prise au vent, prendre des mesures protégeant les zones inondables, etc.
  La France aurait alors moins à subir la double peine imposée par les « verts » : leurs exigences souvent insupportables et toujours inutiles plus les dégâts causés par leur absence de vision réaliste à long terme.

Faire des économie d’énergie de façon raisonnable : OUI !
Subir les contraintes exorbitantes des idéologues verts : NON !

Publié le 26/11/2020 22:19  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut

Le mal français : immobilisme, arbitraire et corruption

Chloé Morin présente son livre : Cliquer Ici

Chloé Morin a ajouté son ouvrage aux nombreux essais qui traitent d'un sujet qui écœure tant les Français. Des constats toujours plus affligeants et dont la plupart des auteurs ne voient pas clairement comment notre pays peut s’en sortir.
Les ministres passent les hauts fonctionnaires restent… ceux-là mêmes qui ont freiné ou bloqué les réformes voulues par les différents gouvernements.
L’immobilisme d’une caste « pas de vagues » et surtout pas de créativité ni d’innovations. De tels cadres font le contraire de ceux qui sont habituellement choisis dans le privé pour développer efficacement le commerce et l’industrie. 
L’arbitraire de la haute administration où les lois et les principes d’un Etat de droit ne sont souvent plus appliqués. 
La corruption qui sévit quand des intérêts occultes peuvent user de leur entregent (et plus) auprès de décideurs administratifs pour être satisfaits indûment. Le copinage et les passe-droits sont monnaie courante.

Un seul remède : les sanctions et les révocations. Il faut en finir avec les emplois à vie des hauts fonctionnaires. L’Etat devrait enfin pouvoir se débarrasser aisément des incompétents, des inutiles et surtout des malhonnêtes qui plombent l'administration. Ce ne pourra qu’être l’œuvre d’un exécutif solide et armé d’une éthique exemplaire. Sont-ils déjà nés ceux qui dirigeront notre pays en ayant le courage de s’attaquer au Moloch ?

Et la Justice ? Franz-Olivier Giesbert : "O juges, qu'avez-vous fait de la justice? Faut-il souhaiter qu'elle passe, selon la formule consacrée; quand elle est à ce point politisée ? Elle ressemble de plus en plus à celle des procès de Moscou: c'est à l'accusé d'apporter les preuves de son innocence. Pour faire taire l'ancien président, elle sera sans doute tentée de lui infliger une peine d'inéligibilité, mais il n'est pas douteux qu'avec son acharnement elle a réveillé la bête politique: si Macron flanche, Nicolas Sarkozy, qui n'a rien perdu de son charisme, pourrait bien se présenter en 2022. Il en a envie, ça se voit comme le nez au milieu de la figure, en dépit de toutes ses dénégations." : Cliquer Ici

Une justice indépendante : oui ! Sans contrôle : non !

Une suradministration défaillante et nocive, une justice sans éthique, à qui la faute ?

Sébastien Le Fol : « La question cruciale est la suivante: les Français survivront -ils à la disparition de l'attestation de sortie, ce document dont ils doivent se munir pour prendre l'air. Le journal Libération rappelait que la France est l'une des rares nations démocratiques à exiger ce document, téléchargeable notamment sur le site du... ministère de l'Intérieur. L'un des rares pays aussi à avoir imposé une limite kilométrique de déplacement autour du domicile. Remplir chaque jour ce formulaire est devenu un geste si naturel que nous ne nous interrogeons même plus sur la signification de cette scandaleuse exception française. Cette attestation de sortie est un concentré de nos maux: omnipotence d'un État nounou, déresponsabilisation des citoyens, obsession de la surveillance, bureaucratie sans filtre... Ce laissez-passer restera comme le symbole de la réduction d'un peuple à l'état de troupeau. La marque de notre infantilisation. Il y a dix ans, dans un essai prémonitoire, Mathieu Laine dépeignait notre pays comme une «grande nurserie». Les « médicocrates» l'ont transformé en quartier de haute sécurité sanitaire. » : Cliquer Ici

« 990 milliards d’euros : c’est l’impact annuel de la corruption dans l’Union européenne, soit 6,3 % de son PIB. »
Hebdomadaire ‘CHALLENGES’ n° 676 du 26 novembre 2020.

Feuilleton arMen Charpentier 11ème épisode : Cliquer Ici

Feuilleton arMen Charpentier 12ème épisode : Cliquer Ici

Feuilleton arMen Charpentier 13ème épisode : Cliquer Ici

Feuilleton arMen Charpentier 14ème épisode : Cliquer Ici

Feuilleton arMen Charpentier 15ème épisode : Cliquer Ici

Publié le 13/11/2020 17:26  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut

Discours présidentiel et statistiques

Une pétition circule sur le net : Cliquer Ici

Extrait : « (…) Le 27 octobre, la manipulation a encore opéré. La totalité des médias a titré sur les prétendus 523 morts : « Du jamais vu depuis le confinement » . Or ce chiffre était faux. Selon Santé Publique France, il y a eu 292 morts à l’hôpital le 27 octobre, contre 257 la veille (le 26) et 244 (en baisse donc) le 28. Mais l’on ajoute les morts en EHPAD qu’une fois tous les quatre jours en les cumulant. Prétendre compter les morts quotidiens ce jour-là revient donc à gonfler artificiellement les chiffres. Et c’est étonnamment ce qui s’est passé la veille de l’allocution annoncée du président de la République qui a repris à son compte ce chiffre faux.
Est-ce un détail ? Non, ce n’est hélas qu’un exemple parmi beaucoup d’autres.
 (...) »

Est-ce parce qu'il y avait 5 800 lits disponibles de réanimation en mars 2020 et qu'il y en a encore 5 800 en novembre 2020 et que peut-être il y en aura toujours 5 800 en mars 2021 ? Ou bien faut-il relire :

Gilles Bressière "L'horreur judiciaire - Au nom du peuple français" pages 157-158 ? : Cliquer Ici

Commentaire : La France et l'Allemagne consacrent environ 11 % de leur PIB à la santé. Le coût administratif des hôpitaux est de 22 % Outre-Rhin, il est de 35 % en France avec une armada de services redondants. En Allemagne il y a 20 000 lits de réanimation disponibles, en France moins de 6 000. Cherchez l'erreur ! Le confinement, faute de lits, va coûter des milliards. La gestion administrative française, une fois de plus, s'avère désastreuse !

Commentaire de Jean-Loup Bonnamy «Vouloir arrêter une épidémie avec le confinement, c’est comme vouloir arrêter la mer avec ses bras» : Cliquer Ici

Le Docteur Gérard Delépine présente un aspect encore plus sombre de la gestion du Covid 19 : "Le conseil mondial de l’OMS dicte très officiellement la conduite sanitaire des pays signataires dont la France", avec cette révélation : "Par exemple le Parlement Européen a promulgué une loi extrêmement dangereuse le 10 juillet 2020 afin de légaliser la vaccination des individus en leur inoculant des OGM et des nanoparticules lipidiques dont on ne sait absolument rien et en contredisant le moratoire OGM précédemment adopté." : Cliquer Ici 

ou bien Cliquer sur  pour voir "Hold up" un film documentaire très complet (durée 2h 43mn 13s) (malheureusement aujourd'hui (13 novembre 2020) si on clique sur  : ce site semble apparemment censuré) Cette vidéo a été très controversée avec des soupçons de complotisme, cependant cela ne concerne que des suppositions et allégations émises à la fin du film, le début en revanche révèle des choses très intéressantes. Pour en juger... : un internaute nous a fait parvenir une nouvelle adresse valide (16 novembre 2020) : Cliquer Ici

Feuilleton ​arMen Charpentier 8ème épisode : Cliquer Ici

Feuilleton ​arMen Charpentier 9ème épisode : Cliquer Ici

Feuilleton ​arMen Charpentier 10ème épisode : Cliquer Ici

Publié le 04/11/2020 17:20  - 1 commentaire - 1 commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Le déni du réel, un symptôme mortifère  -  par ReformedelaJustice

Le déni du réel, un symptôme mortifère

Zineb El Rhazoui : « Le CCIF mène un djihad judiciaire » : cliquer Ici

(…) J'ai reçu des dizaines de messages d'enseignants blessés dans leur chair par cette insoutenable décapitation. Dans le corps enseignant, la laïcité est une problématique concrète. Ne laissons pas les profs se débattre et porter seuls sur leurs épaules le poids de l'option idéologique que l'école doit prendre, cette décision doit être politique et impulsée par le haut. Après cet acte barbare qui a profondément ébranlé les Français, il est grand temps d'intégrer les caricatures  dans les programmes scolaires français; l'éducation civique doit en passer par là, pour tous les élèves de France. J'ai vu beaucoup de gens proposer que ces caricatures soient montrées à la rentrée dans tous les établissements; j'approuve cette proposition, mais je pense qu'elle ne suffit pas. Il faut  introduire ces dessins de façon durable dans les programmes,  car ils font après tout partie de l'histoire de notre pays. 

(…) Au-delà du domaine de l'éducation, je constate un large besoin de justice aujourd'hui en France. L'impunité et le laxisme dont nous sommes témoins tous les jours sont des bombes à retardement sur le plan politique. Il est grand temps de faire preuve de fermeté, en réformant notamment la justice. Les peines doivent être exécutées et les terroristes et leurs complices idéologiques sévèrement sanctionnés. Je crois aussi qu'il faut revenir sur la déchéance de nationalité. Lorsque l'on est passé devant les drapeaux tricolores dans une cérémonie de naturalisation et qu'ensuite on se compromet dans des actes terroristes tournés contre la France et son peuple, on doit être déchu, sans discussion. Pour les cas où ça n'est pas possible, il faut envisager des options de déchéance des droits civiques, voire l'indignité nationale.

Le point n°2513 du 22 octobre 2020

Le feuilleton arMen Charpentier 7ème épisode : Cliquer Ici

Publié le 03/11/2020 14:20  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Covid 19, une nouvelle éthique  -  par Voltaire

Covid 19, une nouvelle éthique

Guillaume LELONG psychologue clinicien : "Ainsi je me questionne sur l’intention première du décret publié le 29 mars 2020 au journal officiel. Est-il vraiment pour assurer une dignité de fin de vie de nos aînés en EHPAD ou bien est-il uniquement logistique - désengorger les hôpitaux ?" : Cliquer Ici 

Publié le 01/11/2020 16:08  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut

Encore un scandale de l’administration française ?

L’homologation des tests Covid produits par des laboratoires pharmaceutiques a été faite par l’administration française dans la plus grande opacité pour un choix qui semble vraiment surprenant  : serait-ce encore un résultat de ce problème récurrent d’une administration toujours irresponsable, conséquence d'une absence totale de contrôle et de sanctions ? (incompétence ou vénalité ?) : Cliquer Ici

Publié le 27/10/2020 12:11  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut

Chérie, il faut que je te tue, c’est pour ton bien !

(« Un roi à New York » - film de Charlie Chaplin.)  

Tatiana Ventôse (émission « le fil d’actu ») : Cliquer Ici

.

Feuilleton arMen Charpentier 4ème épisode : Cliquer Ici

arMen Charpentier 5ème épisode : Cliquer Ici

6ème épisode : Cliquer Ici

Publié le 19/10/2020 13:06  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut

La désindustrialisation de la France

ne s'est pas faite par hasard :

Elle a été soigneusement orchestrée.
Voici l'exemple, en plusieurs chapitres, des mésaventures cataclysmiques subies avec l'accord des pouvoirs publics par une entreprise de main d'œuvre performante de 130 salariés fabricant du vêtement professionnel pour la blanchisserie industrielle, en plus reprise en 1985 par ses salariés après une tentative de fermeture sauvage.   

Préambule : Cliquer Ici

1er épisode : Cliquer Ici

2ème épisode : Cliquer Ici

3ème épisode : Cliquer Ici

Gilles Bressière : De la même façon que des administrations ont fait condamner des innocents pour des raisons occultes inavouables en utilisant de fausses preuves ou des documents falsifiés, de petites entreprises ont été victimes de technocrates sans scrupules. C'est une de ces tragédies que ArMen-Charpentier propose de diffuser en feuilleton hebdomadaire.

Publié le 09/10/2020 16:12  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Rappel à la loi à l'attention des magistrats  -  par ReformedelaJustice

Rappel à la loi à l'intention des magistrats

Les juges s'offrent des libertés qu'ils refusent aux autres. La paupérisation de la justice n'explique pas tout. Les corporatismes ont la vie dure.

par Nicolas Baverez  

  Le garde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti, a provoqué l'ire des magistrats en annonçant l'ouverture d'une enquête administrative visant trois membres du parquet national financier qui auraient écouté pendant plusieurs années des dizaines d'avocats et de journalistes, puis en annonçant la nomination de Nathalie Roret, vice-bâtonnière de Paris, à la tête de l'Ecole nationale de la magistrature. Cette bronca s'inscrit dans le droit fil de la déclaration de l'Union syndicale des magistrats, qui avait qualifié sa nomination de « déclaration de guerre à la magistrature ».

  L'excès de ces réactions illustre le corporatisme de magistrats qui se sont installés en dehors de l'Etat et de la société et se prétendent au-dessus des lois, comme l'avait déjà montré le scandale du « mur des cons ». Faut-il rappeler que la nomination des ministres, chefs de leur administration, relève de la compétence du président de la République et du chef du gouvernement et non des agents de l'Etat? Comment justifier le discours d'anathème et de violence de magistrats qui sont censés être les premiers garants de la paix civile? Comment accepter l'installation d'une culture du mépris des citoyens et du droit de la part de ceux qui doivent être les premiers garants des libertés?

  L'autonomisation du corps des magistrats en un Etat judiciaire coupé du reste des pouvoirs publics, de la société et du droit participe de la crise aiguë de la justice et de la démocratie en France. De même qu'elle a souligné l'incapacité de l'Etat à gérer la crise sanitaire, la pandémie a ainsi acté la faillite de l'institution judiciaire, marquée par l'arrêt de toute activité des tribunaux durant trois mois et la suspension des libertés publiques par l'état d'urgence sanitaire.

  Les causes de l'effondrement de la justice ne tiennent pas au défaut d'indépendance du parquet: la dérive du parquet national financier montre que les dysfonctionnements ne proviennent pas des pressions du gouvernement mais de la violation délibérée et en toute impunité des libertés individuelles et du droit à un procès équitable par les magistrats. Elles sont plutôt à chercher dans la Constitution de la Ve République, qui a refusé à la justice le statut de pouvoir à part entière.

  La prolétarisation de la justice en découle directement. Notre pays, où les dépenses publiques vont atteindre 65 % du PIB cette année, ne consacre, selon la Commission européenne, que 72 euros par habitant et par an à la justice, contre 146 en Allemagne et ne compte que 10 juges pour 100 000 habitants, contre 21 pour la moyenne de l'Union européenne. D'où l'allongement démesuré des délais au détriment des citoyens. Un jugement de première instance demande 309 jours en France, contre 19 au Danemark. Plus grave encore, la durée moyenne d'une instruction pénale excède cinq ans, avec des cas pathologiques comme le procès de l'affaire de Karachi, où un premier jugement est intervenu en juin 2020 pour des faits qui remontent à 1994, ce qui suffit à priver de sens et de portée cette décision.

  La France cumule ainsi déni de justice et Etat de non-droit. Voltaire rappelait qu'«il vaut mieux hasarder de sauver un coupable que de condamner un innocent». La Déclaration des droits de l'homme et du citoyen tout comme les règles d'un procès équitable ont traduit ce principe dans notre ordre juridique. Mais la pratique de la justice pénale en France, portée par la culture des magistrats, s'enorgueillit de préférer condamner des innocents que de sauver des coupables. Avec deux instruments redoutables: l'enquête préliminaire, moderne lettre de cachet entre les mains du parquet, qui permet d'instruire à charge, de manière illimitée et secrète, sans aucun droit de la défense ni accès au dossier avant l'ouverture d'une instruction ou le renvoi à l'audience; la justice transactionnelle, qui voit le juge abandonner le droit pour se transformer en agent zélé du Trésor public, au risque de mettre en péril la survie d'entreprises comme l'illustre l'amende de 3,6 milliards d'euros infligée à Airbus à la veille de l'effondrement du transport aérien.

  Face à l'implosion de la société française et à la montée de la violence, la modernisation de la justice constitue désormais une priorité nationale. Elle passe par sa reconnaissance dans la Constitution comme un pouvoir de plein exercice. Elle demande une loi de programmation qui planifie sur cinq ans le doublement du budget pour permettre un rattrapage en termes d'effectifs, de déroulement des carrières et de rémunérations, d'utilisation des nouvelles technologies, qui ont fait tragiquement défaut pendant le confinement. Mais cette révolution du statut et des moyens de la justice n'a de sens que si elle s'accompagne de profondes transformations, notamment dans la formation et la culture des magistrats, dans leur attitude vis-à-vis des justiciables et des libertés individuelles.

  L’urgence consiste à réintégrer l'instruction dans l'État de droit en supprimant les parquets spécialisés -à l'exception de l'antiterrorisme-, ainsi qu'en réformant l'enquête préliminaire afin de l'encadrer strictement dans le temps et de garantir l'information et l'accès au dossier des personnes ou des institutions mises en cause. Par ailleurs, la consolidation de la justice, toujours fragile et contestée en France, passe davantage par la création d'une grande école des professions du droit - formant aussi bien les magistrats que les avocats et les juristes d'entreprise que par la sanctuarisation de corporatismes d'un autre âge.                                          Le Point n°2510 du 1er octobre 2020

Publié le 01/10/2020 14:05  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut

Sentiment d'injustice : un pays bien malade

"La prolifération des squatteurs de résidences principales ou secondaires est un autre signe de l'affaissement français, quand tout devient permis. À Théoule-sur-Mer, Saint-Honoré-les-Bains, Marseille ou ailleurs, des propriétaires de maison se sont fait accueillir par des occupants illégaux, sûrs de leur droit. «On est ici chez nous», clamaient-ils, jouant sans vergogne sur la loi et la tolérance des pouvoirs publics pour ce type de délit.
«La tolérance et l'apathie sont les dernières vertus d'une société mourante», fait-on souvent dire à Aristote, formule géniale quoique apocryphe, paraît-il. Que la police et la justice soient souvent restées de marbre devant ce genre d'atteintes au droit, on en a l'habitude. Mais qu'aucune voix ne se soit élevée, en haut lieu, contre ces occupations doublées de déprédations, cela ne montre-t-il pas que le pouvoir vit hors sol, dans les limbes?

Autant vous dire que cette épidémie de squats a été le grand sujet de conversation de la France d'en bas, celle des gens de peu qui économisent toute leur vie pour avoir leur maison: elle a découvert avec effroi, si elle ne le savait déjà, que la loi bafoue le droit de propriété, «droit inviolable et sacré» selon l'article 17 de la Déclaration des droits de l'homme, attachée à la Constitution de 1958, qui stipule par ailleurs que nul ne peut en être «privé».

Désormais, tout est cul par-dessus tête: si le propriétaire veut récupérer rapidement son bien, il peut se faire attaquer par le squatteur pour «violation de domicile» et risquer alors une peine plus lourde que celui-ci (trois ans de prison et 30 000 euros d'amende contre un an de prison et 15 000 euros)."

Extraits de l’éditorial de Franz-Olivier Giesbert dans l’hebdomadaire ‘Le Point’ n° 2509 du 24 septembre 2020 : cliquer Ici

« La Justice est laxiste avec les délinquants (voire complice), indifférente au victime et féroce avec les innocents »…il faut ajouter que la loi ci-dessus, avec son application actuelle par les autorités, est bien une incitation à la délinquance.

.

Commentaire de Nicole : si un service judiciaire spécifique était instauré pour recevoir en référé les plaignants dont le logement a été squatté. Ils y présenteraient leur acte de propriété (leur notaire serait contacté pour vérification) et l’arrêt d’expulsion serait immédiatement prononcé. Une brigade spéciale (de la gendarmerie) ferait au plus vite l’expulsion. Les squatteurs seraient alors logés dans un camp adapté (comme celui pour les migrants réfugiés à l’île de Lesbos) mais n’échapperaient pas à la réparation des dégâts qu’ils auraient causés, cela par une condamnation à des travaux d’intérêt public et au remboursement du propriétaire lésé.

Publié le 25/09/2020 07:21  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 5 pages suivantesSuivantFin
Rubriques

Comment survivre dans un environnement hostile

Actualités judiciaires

Derniers billets
Derniers commentaires
Archives
10-2020 Novembre 2020 12-2020
L M M J V S D
            01
02 03 04 05 06 07 08
09 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            
Vous êtes ici :   Accueil » Blog