Blog
Tous les billets
DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 3 pages suivantesSuivantFin
Technocratie en Absurdie  -  par GillesBressiere

Technocratie en Absurdie

  Ne jetons pas la pierre au gouvernement actuel qui a hérité de quatre décennies de technocratie débridée multipliant les textes, les normes, les contraintes tout cela avec de tatillons contrôles… 
  Saura-t-il profiter de la crise du Covid-19 pour réformer cette administration de type soviétique dont la pandémie actuelle a révélé la lourdeur et l’inefficacité ? Complexité de textes pléthoriques, souvent flous et parfois même contradictoires, qui permettent toutes les interprétations arbitraires…  Tracasseries qui ont fait fuir nos cerveaux vers des pays ou l’innovation ne se heurte pas à des difficultés aussi absurdes. 


  Un dernier exemple : Vincent Beaufils : Les chiffres sont têtus  - Raison et sentiments
« (…) Dans les hôpitaux aussi: au moment où s'ouvre le « Ségur de la santé », chacun s'accorde sur la nécessaire revalorisation des rémunérations du personnel soignant, en décalage de 20% par rapport au niveau observé dans l'OCDE. Mais où trouver l'argent? Peut-être dans les coûts administratifs délirants de nos hôpitaux (35 % des charges totales, contre 22 % en Allemagne). Sans parler des organigrammes à la Kafka des agences régionales de santé. . .(…) »

                                                                                                  Challenges n°656 du 28 mai 2020.

Publié le 29/05/2020 15:13  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut

Idiocratie judiciaire : ça suffit !

Urgent : neutralisons les juges idéologues par des jurés responsables sinon la France ne s'en relèvera pas. Accompagnons cette réforme indispensable d'un choc de simplification administratif. Nous sommes si nombreux à le répéter !

"Certes, jouant toujours le pire, la confrérie des pyromanes associés rêve que le pays reste encore longtemps à l'arrêt, en attendant le Grand Soir. Mais cette secte apocalyptique n'est-elle pas à la ramasse? La crise à venir n'est-elle pas, au contraire, l'occasion de remettre à l'ordre du jour la valeur travail, massacrée par la gauche, puis par la droite, avec les 35 heures? De ce point de vue, très encourageant est le tour pris par l'affaire de la mise à l'arrêt de l'usine Renault de Sandouville.
Évidemment dénué de tout parti pris politique, un juge des référés avait donné raison à la CGT, qui réclamait la fermeture du site. Ce que n'avait pas prévu le magistrat, c'était la grosse colère de tous les autres syndicats, qui venaient de signer le protocole sanitaire avec la direction: la CFDT, FO la CFE-CGC. N'étaient reprochées à Renault que des fautes de formes. Il fallait que « justice» passe au risque de faire crever l'usine?

Jamais responsables, même quand ils sont coupables, toujours dispensés de comptes à rendre, les juges politisés ont les moyens, à l'image de celui-là, d'arrêter les usines s'ils le veulent. Nos délires paperassiers et la complexité du volumineux Code du travail sont leurs meilleurs alliés quand ils sont mal lunés ou militent à l'ultragauche. Tels sont les effets de notre hypercentralisation, fruit des noces de l'Ancien Régime et de la Révolution française: si tout est «pensé» en haut, il ne faut pas s'étonner que les dysfonctionnements s'accumulent dans notre pays, mère patrie de la bureaucratie, avec l'ex-URSS."

Extrait de l'éditorial de Franz-Olivier Giesbert Le Point du 14 mai 2020

Réforme de la Justice (15 mai 2020) : Quand Nicolas Sarkozy et François Fillon ont expérimenté l'introduction de jurés dans deux cours correctionnelles, il est affligeant que François Hollande et Christiane Taubira aient flingué cette expérience trois mois après avoir pris le pouvoir sans avoir cherché à l'améliorer. C'était pourtant très prometteur. Aujourd'hui la France est sous le joug d'une institution judiciaire dont l'idéologie dominante est inspirée par le philosophe Guy Debord "Le bon sens est une valeur bourgeoise". Une délinquance qui explose en agressant impunément des policiers découragés, des entreprises condamnées à tort qui sont obligées de licencier, des innocents crucifiés, voilà où conduit l'inversion des valeurs pratiquée par des magistrats formatés gauchistes. Tragédie d'un pays sur-administré en proie à l'arbitraire.

Aurélie (15 mai 2020) : La défiance des Français contre les autorités se nourrit de tous les travers d'une administration pléthorique s'appuyant sur des textes toujours plus nombreux, plus contraignants et pourtant appliqués arbitrairement. Pourquoi nos gouvernants dorlotent une justice irresponsable, noyautée par des idéologies destructrices qui contribue à infantiliser et à martyriser un peuple exaspéré ? La sortie de la crise provoquée par le Covid-19 aura-t-elle un effet salutaire en permettant enfin de jeter les bases d'une société harmonieuse fondée sur le vrai bon sens ?

Le gouvernement a trouvé la solution pour neutraliser les juges (21 mai 2020) : cliquer Ici

Ca va le CSA ? Avia très bien, merci.

Publié le 14/05/2020 15:14  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Dernières nouvelles de l'idiocratie  -  par ReformedelaJustice

Dernières nouvelles de l'idiocratie

L’actuel gouvernement a apparemment tendance à penser qu’une réforme de la Justice doit rester au second plan de ses préoccupations parce qu’il a d’autres chats à fouetter bien plus importants.
Malheureusement les défaillances de l’institutions judiciaires handicapent gravement notre pays.
Une profonde réforme est donc nécessaire pour neutraliser les juges toxiques, cela par l’apport de jurys populaires dans les cours.
Car l’idéologie dominante, fondée sur l’inversion des valeurs, fait l’éloge de la bêtise : Guy Debord n’a-t-il pas écrit «Le bon sens est une valeur bourgeoise» pour justifier toutes les conneries.

 Étienne Gernelle : Prurit procédurier
« (...) Cette nouvelle civilisation du parapluie doit beaucoup à la hargne croissante des procéduriers professionnels. Ainsi, la nouvelle stratégie de la CGT et de Sud, notamment, consiste à exercer à l'encontre des entreprises un chantage aux poursuites judiciaires. Au rêve du grand soir succède le prurit des petits procès. Et il n'est pas sûr que les magistrats, souvent acquis à la même idéologie -et qui n'ont, eux, presque jamais de comptes à rendre-, s'interposent toujours... Avantage de cette méthode pour la CGT, elle n'exige pas de mobiliser autant de salariés que pour une grève: un seul délégué suffit. La centrale cégétiste compense ainsi son influence déclinante (surtout dans le privé). Il ne faudra pas oublier de rappeler son cynisme lorsque les licenciements se multiplieront. En attendant, les entreprises sont pour beaucoup tétanisées. Elles ne rouvrent qu'avec parcimonie leurs locaux et usines, d'autant que les normes établies par l'État dans son « protocole national de déconfinement » sont tellement précises que la probabilité du sans- faute est proche de zéro. (...) »

Le point 2489 du 7 mai 2020.

Il n’y a pas que la Justice à réformer d’urgence

Nicolas Baverez : La nouvelle expansion de l'État
« (...) La pandémie de coronavirus s'inscrit ainsi dans la longue chaîne des crises que l'État, qui prétend s'ériger en protecteur de la France et des Français, a échoué à gérer, du krach de 2008 à la vague des migrants en passant par les attentats djihadistes. Par contraste, les démocraties qui ont le mieux réagi sont celles où l'État est modeste et décentralisé, où les finances publiques sont maîtrisées, où l'initiative et l'innovation privées sont encouragées, où l'administration se met au service du citoyen au lieu de le soumettre à son arbitraire, où les dirigeants font appel au civisme de la population au lieu de l'infantiliser et de la punir. (...) »

Le Point 2489 du 7 mai 2020.

Si ce n'est pas de la folie, c'est quoi, ça ?
 

 Cette épidémie a fait découvrir que nous avions en France :
 
* Le Ministre de la Santé
* Le directeur Général de la Santé
* La direction de Santé Publique France
* Le Directeur de la Haute Autorité de Santé
* les Directeurs des Agences Régionales de Santé
* Le Directeur de l'Agence nationale Sanitaire
* la Direction de l'Alliance Nationale pour les Sciences de la Vie et de la Santé : Epidémiologie-France
* Le Centre National de Recherche Scientifique en Virologie Moléculaire
* L'agence Nationale de sécurité du médicament et de la Santé.
* Un nombre d Infectiologues Parisiens incroyablement et anormalement élevés probablement lié au fait que les Virus et de Bactéries descendent de l'avion à CDG et ouvrent leur sièges social prés de l étoile
Mais comme tout cela ne suffit toujours pas ! Et suite à cette Épidémie , Nos Chers Politiques , monstres d'efficacité, de pragmatisme , et toujours soucieux d'économies des finances publiques vont créer :
- le Haut Commissariat de lutte contre les Epidémies
- Le Haut Conseil de Veille Sanitaire
- L'agence Nationale de Sécurité de Logistique Médicale .
- 5 000 fonctionnaires en plus ( et les petits copains à placer) et ou ça ? : à Paris, évidemment !
La prochaine fois, on aura peut être des masques (payants) mais il va manquer les gants !
La Médecine Française croule en effet sous l'administratif centralisé...
Et pour la mise en place du déconfinement, on nomme un Monsieur déconfinement, Jean Castex ENA, puisque il n'y avait personne de compétent et disponible dans l'armée citée précédemment.

Une "fake news" ? Ou est-ce vraiment la révélation d'une sinistre réalité qui circule sur le net ?

Commentaire d'Antoine (12 mai 2020) : Si c'est vrai, une fois de plus le gouvernement utilise une vieille recette pour montrer qu'il a fait quelque chose. Dépenser toujours plus d'argent public pour un résultat médiocre ou nul. Avec cette absence récurrente d'imagination féconde, c'est bien l'immobilisme qui est en marche et que rien ne peut plus arrêter.

François Marie Arouet (13 mai 2020) : Il est dommage que Jean Castex, haut fonctionnaire reconnu pour ses compétences, ait été nommé responsable d'un organisme supplémentaire qui ne remplace pas plusieurs services administratifs redondants. 

Publié le 08/05/2020 11:19  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
L'idiocratie, une maladie guérissable ?  -  par GillesBressiere

L’idiocratie, une maladie guérissable ? 

  La France, c’est pour nous notoire, a le meilleur service de santé publique du monde et c’est le pays de la Déclaration des Droits de l’Homme. cliquer Ici


  Mais aujourd’hui, il faut que certains justiciables français acceptent d’être pris pour des sots, ou de le devenir, par obligation de valider des choses ineptes. 
  Notre Justice c’est comme un Etat totalitaire qui ne peut gouverner qu’en harcelant ceux qui ont des critiques intelligentes. Administrer des imbéciles est plus facile, il suffit de masquer les réalités par des slogans ou des affirmations biaisées ou carrément fausses, avoir une Education Nationale politisée par les idéologues agréés et surtout une Justice bêtifiante aux ordres. Mais ça a un coût : notamment cette baisse constatée du QI du peuple français (96 au lieu de 100 il y a deux décennies !) Les peuples de Singapour, de Taïwan, de la Corée du Sud, etc. culminent à 111 de QI ! Quinze points d’écart, c’est énorme ! On en a vu le résultat avec le traitement de l’épidémie du Covid-19 par ces pays, à comparer à ce qui a été fait en France.

  Le film « Idiocraty » (prémonitoire ?) donne une idée du résultat de la volonté politique de rendre les administrés et les justiciables sots. C’est très inquiétant ! 

  Pour redonner du bon sens à la Justice et éviter qu’elle ne s’égare dans des arguties spécieuses,  un seul remède : faire contrôler les magistrats par des jurys populaires composant des Commissions Ethiques. Les jurés, sans corporatisme, ne répéteront pas inlassablement les sottises éventuelles de leurs prédécesseurs car il jugeront sans préjugés, en leur âme et conscience. Ils sauront corriger aisément des erreurs manifestes, ou expliquer comment exécuter sans se tromper une peine, ce dont est totalement incapable notre justice aujourd’hui.

A noter que le gouvernement actuel a donné un bien mauvais signal en créant une cour d’assises sans jurés, uniquement composée de magistrats.

Commentaire d'Antoine (20 avril 2020) : A quand le remplacement du Garde des Sots par un vrai Ministre de la Justice ?

Commentaire d'Aurélie (21 avril 2020) : Les vrais délinquants ne seraient-ce pas ces gens, soi-disant respectables, qui ont fait vicieusement condamner quelqu'un qu'ils savaient pertinemment innocent ?

Commentaire de François-Marie Arouet (22 avril 2020) : "Les historiens qui se pencheront sur notre époque seront à même de conclure qu’en ce temps là « tout innocent est un coupable qui s’ignore » et qu’a contrario, avec 100 000 peines par an jamais appliquées, « tout délinquant est un innocent qui s’ignore »." Tristement exact !

Jacqueline (22 avril 2020) : pourquoi la justice a fait cette opération 88 m² - 60 m² = 88 m² ?
  Réponse : La cour, en ‘calculant’ ainsi l’agrandissement ‘effectué’ invalidait rétroactivement en 2012 l’autorisation de travaux accordée en 2007 parce que cette surface de 88 m² dépassait le seuil autorisé pour une déclaration de travaux sans permis de construire (40 m² était le seuil autorisé par la loi Sarkozy de 2007). Il faut rappeler néanmoins que l’agrandissement qui a réellement été construit est inférieur à 20 m² ! Idiocratie quand tu nous tient…

Gérard (22 avril 2020) : Si un jury populaire avait été présent à la cour, il y aurait eu sûrement, parmi les jurés, quelqu'un ayant des notions d'arithmétiques qui aurait fait remarquer que '88 moins 60' ne pouvait pas faire 88. 

  Sir Winston Churchill parlait du système soviétique :  « En Angleterre tout est autorisé sauf quand c’est interdit. En Russie tout est interdit même quand c’est autorisé. » 
  La ressemblance de l’actuelle technostructure française avec l’administration soviétique est tragiquement criante avec tous les dégâts que ça occasionne sur l’économie du pays, sur le chômage, sur la justice, sur la santé publique, etc. 

  Jean de Kervasdoué, l’ancien directeur des hôpitaux au ministère de la santé, interviewé par François-Guillaume Lorrain : « Le système de santé est devenu soviétique avec des lobbys sclérosants, diktat économique, manque d’experts médicaux et absence totale de vision politique ». (Le Point n° 2487 du 23 avril 2020)

Le_Point.jpg

Dernières nouvelles de l'idiocratie (7 mai 2020) Cliquer ici

Franz-Olivier Giesbert : "(...) Le concours de fadaises a déjà commencé et, comme d'habitude, la CGT a un train d'avance. «Coronavirus, virus capitaliste », dit un de ses slogans. Pourquoi pas, pendant qu'on y est, un virus communiste, allemand, israélien, islamiste, américain, «néolibéral» ? Les jobards! La machine à inepties est en état de marche, il suffit de mettre une pièce dedans. Avec la crise économique qui vient, sa production pourrait bien dépasser toutes les prévisions. (...)"    et    "(...) pour reconstruire la France, de Gaulle a su s'appuyer sur des politiques, fussent-ils ses contempteurs, en essayant de dépasser ces attrape-gogos que sont les idéologies. On ne gouverne pas la France en donnant tous les pouvoirs à l'administration. Sauf à se retrouver avec un gouvernement comme celui-ci, qui, souvent, ressemble à une confrérie de bras cassés. (...)"

Publié le 19/04/2020 22:34  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Coronavirus : la fin de l'Etat de droit  -  par GillesBressiere

Le coronavirus enterre l'Etat de droit

Depuis un mois la justice n'est plus rendue,
des ordonnances viennent entraver nos libertés
et les contre-pouvoirs sont abolis.

Par Nicolas Baverez : cliquer Ici

Extrait : "(...) La justice est désormais suspendue. Force est de constater qu'elle ne figure pas dans les activités essentielles à la vie de la nation puisque, sous couvert de suspension des audiences, elle s'est mise en congé. Les tribunaux ignorent résolument le télétravail et ne répondent plus à quiconque. Les cours suprêmes ont fait valoir leur droit de retrait dans la défense des libertés.(...)"

Prisonniers libérés, audiences suspendues... Il est temps de réformer cette institution obsolète. Il faudra fonctionner avec des jurés, tirés au sort à partir des listes électorales, qui jugeront en visioconférences (cf. l'essai : "L'horreur judiciaire (Au nom du peuple français".)

Le match France-Allemagne sur le Covid-19 (15 avril 2020) : 7,6 % de létalité en France - 1,3 % en Allemagne avec des budgets presque identiques (environ 11 % du PIB de chaque pays). Bravo l'administration pléthorique et tyrannique des hôpitaux qui sévit en France ! Il faut dégraisser le mammouth administratif de la Santé Publique et consacrer les économies qui en résulteraient aux personnels soignants et à acquérir du matériel médical pour de meilleurs soins des patients.

Sébastien Le Fol (16 avril 2020) : Ceux qui jouent leur peau... et les autres - Cliquer Ici

Publié le 09/04/2020 17:41  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Coronavirus, pauvre France !  -  par GillesBressiere

Santé : gare à la tiers-mondisation !

Franz-Olivier Giesbert (extraits de son dernier éditorial : 'Le Point' n° 2484 du 2 avril 2020). Cliquer Ici

« (…) À cela, il faut ajouter un incivisme obscène qui amène la CGT, syndicat reconverti en secte apocalyptique, à déposer un préavis de grève dans les services publics, du 1er au 30 avril. Une telle abjection serait-elle possible ailleurs? Même si les revendications peuvent être fondées, n'est-ce pas franchement déplacé, camarades?

(…) Risible suffisance. Nous avons, c'est entendu, le meilleur système de santé du monde, tous les autres étant au-dessous de tout, comme le martèle sans arrêt notre pontifiante doxa. Mais est-ce si sûr? Le Covid-19 a brutalement mis au jour l'état de pénurie de notre prétendu «modèle» qui, quand l'épidémie est arrivée, manquait de tout. De masques, de respirateurs, de matériel de dépistage, de lits de réanimation ou d'hospitalisation: 100 000 de moins qu'il y a vingt ans!

Pourquoi cette misère indigne d'un pays développé? L'an dernier, une étude conjointe de la Commission européenne et de l'OCDE révélait que la France consacrait 11,3 % de son PIB à la santé, le record de l'Union avec l'Allemagne. Apparemment, donc, nous dépensons assez. Mais empégués dans la bureaucratie, les normes en tout genre et les directives tatillonnes d'une flopée de comités Théodule, dépensons-nous bien? »

Etre bien administrés ce n’est surtout pas être sur-administrés !

C’est le Président de la République Georges Pompidou qui, déjà, tançait un jeune énarque (Jacques Chirac) « cessez d’emmerder les Français ». Par la suite ça n’a pas du tout été compris ni appliqué par le ‘socialisme anti-social’ (un socialisme technocratique au service de lui-même et non au profit du peuple, avec toujours plus de tracasseries et de contraintes dont certaines sont totalement ineptes) qui a présidé aux destinées de la France.

Georges Clemenceau : "La France est un pays extrêmement fertile : on y plante des fonctionnaires et il y pousse des impôts". Le plus grave c'est qu'il y pousse surtout des règlements, souvent superfétatoires et débiles, qui handicapent le développement économique et la santé des Français.

Yuval Noah Harari l’auteur de Sapiens et Homo deus (Albin Michel) :
"En démocratie, les époques comme la nôtre sont celles où le tyrans peuvent prendre le pouvoir et imposer des dystopies, mais aussi celles où des réformes longtemps espérées peuvent éclore et où des systèmes injustes sont réformés. D’ici à la fin de cette année, nous vivrons dans un nouveau monde. Il faut espérer qu’il sera meilleur."

Publié le 02/04/2020 14:05  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut

Coronavirus, confinement... et ensuite ???

https://www.mediterranee-infection.com/epidemie-a-coronavirus-covid-19/

Site Mediterranée Infection du Pr Raoult pour avoir des informations sérieuses sur la chloroquine.

Depuis fin décembre 2019, Mme Buzyn était donc au courant des mesures indispensables à prendre pour enrayer une épidémie par le coronavirus.

Elle dit en avoir informé Mrs Macron et Philippe.

Jusque là, rien à dire.

Puis, ça dérape de plus en plus gravement.

Au fil des semaines, des messages lénifiants sont adressés à la population via les médias habituels : ce n’est pas grave, pas de quoi s’inquiéter. Pas besoin de masques, ni de test. Et ce ne sont que les Vieux et les malades qui risquent.

On maintient les élections municipales, Mr et Mme Macron vont au théâtre, comme si de rien n’était.

Puis, au fil des jours, l’épidémie se répand et on apprend qu’il n’y a pas de masques en stock, ni de quoi faire des dépistages. Mais pas de soucis, les élections arrivent et on tiendra jusqu’au 2ème tour sans problème.

Les gens vont se contaminer au 1er tour et le 2ème est annulé.

Puis Mr Macron apparait à la télévision pour dire que c’est une guerre et qu’il faut se confiner 15 jours. Mais pas plus de problèmes que ça. Les masques arrivent bien sûr et les masques en tissus ne servent à rien.

Puis les médecins alertent qu’ils n’ont toujours pas de masques et sont au contact de gens contaminés : ils réclament l’arrêt total de toute activité.

La semaine dernière, on nous informe que les quelques rares entreprises de confections ayant échappé à l’élimination due au Plan Borotra et à son arrêt 16 mois plus tard https://www.usinenouvelle.com/article/textile-habillement-chaussuresremboursement-borotra-les-industriels-crient-a-l-abandonprejudice-economique-pour-certains-psychologique-pour-tous-le-remboursement-des-allegements-accordes-dans.N98129

vont fabriquer des masques (qui ne servent à rien pour certains).

On apprend également qu’un professeur de Médecine, le Pr Raoult a signalé au gouvernement avoir fait des test positifs avec un produit courant anti paludisme : la chloroquine, mais que ses travaux ont été considérés avec un certain dédain par l’équipe gouvernementale.

A ce jour, on aimerait savoir :

Où sont les masques FFP2 commandés ?  en fabrication on ne sait où ? en cours de livraison et où sont ils exactement ? Livrés et non déchargés ? (tout est possible en France)

On aimerait aussi savoir où sont les tests de dépistages, car le confinement total de la population comme ça se dessine mènera au chaos si la nourriture vient à manquer.

Mr Darmanin  perroquetait ce matin à E1 le message gouvernemental comme quoi on était en guerre (il dû le dire 50 fois) mais qu’il fallait penser à l’après guerre.

Il faisait penser à Paul Reynaud qui annonçait en 1939 : « nous gagnerons parce que nous sommes les plus forts ! »  On a vu le résultat en juin 1940.

Il faut des masques FFP2, des tests de dépistage, et valider la chloroquine si elle donne satisfaction, le tout dans la semaine.

Pierre Nachbaur (23 mars 2020) : Cliquer Ici

Commentaire de Aude (24 mars 2020) : « Le professeur Christian Perronne est bouleversé par la décision d’Olivier Véran, Ministre de la Santé, de ne réserver le traitement à l’hydroxy-chloroquine qu’aux malades hospitalisés gravement atteints. (Les praticiens chinois préconisent le l’administrer au début de la maladie, avec de bons résultats).»
Interview du journal ‘Le Parisien’ : cliquer
Ici 

Gilles Bressière (25 mars 2020) : Le professeur Didier Raoult, qui vient de claquer la porte de la commission gouvernementale consacrée au Covid-19 (marquant ainsi son total désaccord avec la politique de santé actuelle), compte de nombreux soutiens parmi ses confrères biens informés. Que faut-il penser de l'article de Jean-Patrick Grumberg ? Cliquer Ici
Même le criminologue médiatique, Alain Bauer, affirme lui aussi qu’une autre politique de santé publique serait donc souhaitable, est-elle possible ? 

Pour expliquer les atermoiements du gouvernement il semblerait que celui-ci soit confronté à une grande pénurie : en France il n’y aurait pas assez de masques ni de gants de protection, insuffisamment de gels hydro-alcooliques, pas assez de tests de dépistages ni assez d’hydroxy-chloroquine pour soigner tous les malades ! (Est-ce la bonne explication pour les options inadaptées qui ont été choisies avec une communication si controversée ?)

Puisse cette pandémie faire changer les comportements, entre autres retrouver la sincérité et le refus du mensonge. "On a merdé, on n'a pas pris à temps cette contagion au sérieux, etc. et nous allons tirer les leçons de nos erreurs pour améliorer les choses." ça redonnerait du crédit à la parole politique. "Le mensonge est un moyen de défense comme un autre (au sein des tribunaux)" dixit de nombreux avocats, cela aussi devrait changer en faisant que la falsification des faits soit à l'avenir durement sanctionnée (comme au Royaume-Uni). Même certaines administrations devraient se comporter de façon exemplaire et abandonner les manières mensongères d'un Etat voyou, cela en privilégiant le service au public dans la transparence et surtout avec probité. 

Le jour où les menteurs professionnels (certains avocats, de nombreux politiciens, etc.) seront cloués au pilori par des Commissions Ethiques composées de jurés tirés sort (afin d’éviter les attitudes partisanes et, avec un bon sens collectif, distinguer ce qui relève de l’erreur de jugement ou bien de l’intention de tromper), la vie publique et l'institution judiciaire seront vraiment et durablement respectées.

Est-ce Winston Churchill qui aurait dit : "La première victime de la guerre : c'est la vérité." ? Cliquer Ici

Par décret, paru au Journal Officiel ce jeudi 26 mars, le gouvernement a autorisé la prescription de l'hydroxychloroquine aux patients atteints par le Covid-19.

C'est une petite victoire pour celui qui se bat pour la prescription de la chloroquine, depuis le début de la crise épidémique liée au nouveau coronavirus Covid-19. 

Le directeur de l'Institut Méditerranée Infection basé à Marseille, le Pr. Raoult, fervent promoteur de l'utilisation de cet anti-paludique, s'est aussitôt fendu d'un tweet de remerciement à l'attention du ministre de la Santé.

"Dans le cadre de l'urgence sanitaire, l'hydroxychloroquine peut être prescrite en traitement du COVID-19. Merci à @olivierveran pour son écoute", écrit l'infectiologue

Publié le 22/03/2020 17:28  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut

L'ISLAMISME MEURTRIER : UNE MALADIE MENTALE ?

La cour d'appel de Paris a décidé qu'il ne fallait pas condamner l'assassin antisémite de Sarah Halimi.

Encore un exemple qui confirme un fois de plus que la  justice française est complice avec les délinquants, indifférente aux victimes et féroce avec les innocents : cliquer Ici

Commentaire d'Aurélie (10 janvier 2020) : Comme l'a décidé la cour d'appel de Paris, il ne faut pas condamner les malades mentaux assassins islamisés ni les magistrats à l'indulgence complice car ils sont tous irresponsables.

Anne-Marie Mitterrand (15 janvier 2020) : Un témoignage poignant - Cliquer Ici

François Marie Arouet (16 janvier 2020) : la déliquescence de l’État.
Quand on constate les irrégularités de l’instruction, c’est un déluge de scandales. Les policiers, les juges, les psychiatres, tous, sans exception, ont failli. Devant la liste interminable des erreurs et des fautes de la justice française dans cette affaire on est ahuri par la quantité de manquements au bon sens, à la morale et à la loi commis par l’État.
Une totale refonte de l’institution judiciaire s’impose d’urgence !

Franz-Olivier Giesbert (30 janvier 2020) : La France, nouveau Pakistan - Cliquer Ici

Franz-Olivier Giesbert (6 février 2020) : Notre époque a inversé les valeurs :
« Coupables de vouloir contenir les sympathiques émeutes du samedi soir, les policiers sont devenus les nouveaux moutons noirs de notre société, tandis que l’insécurité ne cesse de faire des progrès. L’an dernier, les homicides (970) ont progressé de 9 % ; les coups et blessures volontaires (260 500) de 18 % ; les viols (22 900) de 19 %. Bonjour le «vivre-ensemble».  Autant dire qu’en matière de criminalité , nous nous américanisons à grande vitesse. »

Commentaire de Gilles Bressière : De sérieuses réformes de la Justice et de l’Education Nationale s’imposent d’urgence ! L'absence actuelle d'éthique et de bon sens est gravement criminogène.

Publié le 09/01/2020 22:45  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
La France cul par-dessus tête  -  par GillesBressiere

La France cul par-dessus tête

Lire l’excellente analyse de Franz-Olivier Gisbert sur la grève du 5 décembre : cliquer Ici

Parfois on se demande si la solution utilisée par le président des Etats-Unis, Ronald Reagan, pour faire définitivement cesser les grèves à répétitions des aiguilleurs du ciel américains ne serait pas enfin une bonne solution.

Grève SNCF à comparer avec la légitime manifestation des paysans à Paris le 24 novembre.

Administration mortifère et suicide massif.

Le suicide dans l’agriculture est un phénomène massif.
Arte 28’ (25 octobre 2019) dans la rubrique « Paysans : des hommes à terre »
Jean Quatremer, journaliste : « (…) Les agriculteurs qui se suicident ce n’est pas ceux des grandes exploitations de la région parisienne, c’est le petit paysan qui est souvent en dehors de la politique agricole commune, très souvent ces gens là ne sont pas couverts, c’est le maraîcher, etc. qui ne reçoivent pas de subventions européennes et qui croulent… et les raisons principales pour lesquelles ces gens croulent effectivement et qu’ils s’effondrent… c’est qu’ils croulent sous les obligations administratives et financières, c’est absolument incroyable : un agriculteur qui passe la moitié de son temps à remplir des papiers, à faire des déclarations, à répondre aux contrôles de l’URSSAF* et du fisc, etc. etc. Et ce n’est pas des normes européennes… Le plus souvent l’Etat dit «oh  non ce n’est pas moi, c’est l’Europe» en réalité c’est des normes nationales. La souffrance des agriculteurs c’est notamment ça, c’est pas le fait qu’on dénonce l’usage des pesticides comme veut le faire croire la FNSEA,  Le suicide dans l’agriculture est un phénomène massif. c’est plutôt, justement, le carcan réglementaire qui les étouffe. Ca c’est un problème. »
 
*L’URSSAF : voilà bien un organisme dont les nombreux abus constatés devraient pouvoir être corrigés par des Commissions Ethiques Citoyennes… commissions à créer d’urgence.
 
Jean Quatremer confirme que l’excuse de prétendre que c’est Bruxelles qui impose cette surenchère administrative c’est totalement bidon, c’est bien une politique tracassière spécifiquement française ! Une sur-administration ravageuse et mortifère !

300 € par mois pour 70 heures hebdomadaires de travail alors que ceux qui ne foutent rien sont subventionnés par des aides sociales. Pourquoi les agriculteurs ne peuvent pas bénéficier d’un revenu minimum garanti et n’ont pas droit aux minima sociaux, RSA, APL, accordés aux autres ? Ils crèvent sous le regard indifférents des technocrates qui continuent imperturbablement de les crucifier. De surcroît les dirigeants politiques leur ont imposés des directives ubuesques qui les ont ruinés. Toujours plus de contraintes, plus de règles nouvelles, encore plus de règlements qui sont scrutés à la loupes par des fonctionnaires tatillons… c’est criminel ! Un mort par jour et ça ne leur suffit donc pas !
Nos dirigeants politiques prétendent diriger notre pays comme des Bisounours alors qu’ils se comportent comme dans Jurassik Park !

On ne cesse de le répéter : les policiers aussi sont victimes de directives aberrantes édictées en haut lieu, de contraintes paperassières et d’une institution judiciaire totalement déconnectée des réalités du terrain. Combien de suicides faudra-t-il avant que des mesures adéquates soient prises ; avec ce fameux choc de simplification que tout le monde attend toujours ? A quand une vraie réforme du système judiciaire pour une République exemplaire  ?

Tous les pays qui ont utilisé une administration pléthorique pour contrôler leurs populations ont été ruinés et ont fait des millions de victimes : l’Allemagne nationale socialiste (sous Adolf Hitler), la Russie communiste avec ses satellites, etc., la Chine communiste du temps de Mao Zedong (il est à noter que la Chine actuelle, soi-disant communiste, est devenue ultra-capitaliste et fait la part belle à ses multimilliardaires).
Les pays populistes aussi ont été ruinés comme l’Argentine qui, au début du XXème siècle, était la quatrième puissance économique mondiale : cliquer ‘La descente aux enfers’        Dont cet extrait tiré de l’hebdomadaire ‘Challenges’ : 
« Car, comme dans beaucoup de pays d‘Amérique latine, malgré l'immense pauvreté, l'argent ne manque pas. « Il y a près de l'équivalent d'un PIB placé à l'étranger, rappelle Cristiano Rettazzi, le président de Fiat Chrysler, du haut du 27e étage de la tour qui abrite le siège argentin du constructeur auto. Le problème, c'est la confiance dans la classe dirigeante, poursuit le fils aîné de Susanna Agnelli, qui a vu nombre de présidents défiler au pouvoir. Aucun, à part Carlos Menem au début des années 1990, n'a vraiment su faire les réformes de fond, estime-t-il. Même pendant les périodes fastes avec l'embellie des matières premières sous les Kirchner. Et le poids de l'Etat n'a cessé de grossir. Il y a deux fois plus de personnes dépendantes de l'Etat que de travailleurs dans le secteur privé », énumère-t-il. L'Argentine compte actuellement 19 millions de fonctionnaires et de bénéficiaires des subsides de l'Etat, contre 5 millions dans les années 1990. »

La France aussi a été, il y a deux décennies, la quatrième puissance économique mondiale derrière les Etat-Unis, le Japon et l’Allemagne, trois pays qui ne sont pas sur-administrés évidemment !

Il faut d’urgence remplacer une fonction publique enquiquineuse et disproportionnée avec une qui soit vraiment au service du peuple et bien plus frugale.
Moins de sévices publics mais plus de service public.

Les peuples manifestent contre toutes les nouvelles taxes… toutes les hausses… ça s’enflamme sur tous les continents…
Un conseil pour un futur programme de présidentiable : il vaut mieux ‘taxer’ l’Etat c’est à dire réduire la dépense publique au lieu de s’en prendre au gousset des contribuables. Il faudra se débarrasser de tous les services inutiles en prenant soin de recaser les petits fonctionnaires dans des services vraiment nécessaires. Les hauts fonctionnaires surpayés devront proposer leurs services dans le privé : ça libèrera des bâtiments publics et réduira le parc automobile des voitures de fonction. 14 000 € nets par mois plus les charges et les coûts de fonctionnement : voilà un tout à offrir pour compléter le maigre revenu de paysans dans la gène. Un haut fonctionnaire en moins avec son bureau, son secrétariat, sa voiture de fonction et ses frais : ça fait environ une centaine d’agriculteurs secourus. Tous les hauts fonctionnaires, à faible voire nulle valeur ajoutée, en moins et c’est toute la paysannerie qui sortira la tête hors de l’eau. Pas taxer, mais rationaliser par la qualité et non par la quantité. Il faudra surtout épargner les petits salariés de la fonction publique en les affectant là où se situe le vrai besoin. L’hôpital surbooké va mal et la police sur-sollicitée aussi. De surcroît ils sont entravés par des tâches administratives qui pourraient être confiées à des petits fonctionnaires à recaser (voilà un exemple). La sécurité de l’emploi pour tous les fonctionnaires sérieux gagnant moins de… (à négocier) par mois et pour les autres le risque d’être virés s’ils n’apportent aucune plus-value. 

Publié le 28/11/2019 21:12  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut

Les mots pour le dire

Couvrez ce Premier ministre que je ne saurais voir : par de pareils objets les âmes sont blessées, à plus forte raison quand le sycophante en berne dénonce « une petite bande d'imbéciles » après les violences urbaines à Chanteloup-les-Vignes. Violences qualifiées d’inouïe quand la presse daigne en parler et relater l’écœurement qui gagne élus et électeurs du coin. Chantent loups ! Saurait-on mieux dire quand les sauvages s’en donnent à cœur joie. Et voilà que Bacchus sort de ses vignes pour donner un air un peu plus festif à la tragédie. Le coup de grâce, en quelque sorte. Aux Français déjà très habitués à la double peine, il est demandé beaucoup. De plus en plus même puisqu’il leur faut affronter de plus en plus de « bandes d'imbéciles », auxquelles ils ont de plus en plus de mal à s’habituer, à plus forte raison quand ils incarnent l’autorité républicaine, une autorité qui se résume de plus en plus à un simple pouvoir de nuisance - certes accompagné d’un accès garanti à toutes sortes de bons du Trésor et autres rentes fraternelles et égalitaires comme il se doit pour récompenser les serviteurs du bien commun - mais ce n’est pas l’affaire du premier venu qui doit financer la rente à vie du Tabarin républicain.  Hé oui ! celui-ci fait profession de servir pour se servir, profession de soi en réalité tant il peut se servir parce qu’il a servi. Le fait est que pour ce qui est de servir, « une petite bande d'imbéciles », il fallait la trouver, celle-là : Marianne est servie !

En résumé, la police est bastonnée mais ce n’est rien : un tout petit frisson de sottise. Nous ne sommes pas très loin du délit de sans-gêne sexuel dont Jacques Faizant disait dans un de ses chers  dessins qu’on finirait par appeler ainsi le viol à force de vouloir tout ensevelir sous le non-sens. Eh bien balançons notre porc devant pareille offense à la vérité et à l’esprit. 

Notre génial Premier ministre est décidément le roi de la limitation de vitesse. Des hordes de sauvages mettent le pays à feu et à sang, tout ce que notre énarque trouve à dire, c’est... « une petite bande d'imbéciles ». Eh bien ! Du côté de l’ÉNA, est-on bien sûr de comprendre ce que l’on dit ? Peut-être comprend-on mieux ce que l’on fait, à l’ÉNA où l’on apprend à rester toujours, quoi qu’il arrive, debout, bien droit dans ses bottes. Comme « on » a bien fait de déménager l’école que le monde entier nous envie du côté de Strasbourg ! Au moins là-bas fait-on de meilleures saucisses qu’à la rue des Saints Pères, des fois que les énarques se prendraient pour des papes de la cuisine exotique.

Alors, « petite bande d'imbéciles » pour « petite bande d'imbéciles », nous savons maintenant à qui nous avons affaire, tant au gouvernement que sur les bancs LREM de l’Assemblée nationale. Inutile de s’épuiser en grossièretés pour qualifier toute cette caste de privilégiés hors sol.

Exquise « République » qui nous ramène si souvent à ses pères fondateurs comme à ses chers animateurs et notamment à l’illustre Camille Desmoulins, qui n’aimait rien autant que la douceur des maximes révolutionnaires de ses collègues Marat et Hébert, aimables poètes comme chacun sait, et qui prenaient le sang qu’ils appelaient à faire couler pour de simples larmes qu’ils versaient en pensant à toute la méchanceté des despotes et des aristocrates.

En résumé, quand on n’a ni le courage, ni l’intelligence d’appeler un chat un chat, peut-être vaut-il mieux fermer sa gueule. C’est franchement idiot de se dénoncer de la sorte : entre le crétin qui ne dit rien et le sage qui se tait, où est la différence ? Sans compter que le doute doit toujours profiter à l’accusé.

La conclusion qui s’impose chez l’énarque de service ne peut être que la suivante : on ne va pas poursuivre ni chercher à punir « une petite bande d'imbéciles », tout de même. Depuis quand poursuit-on les imbéciles ? Hééééé, attention, là ! Vous n’allez pas nous coller un procès de Nuremberg, là ! On n’est pas des salauds, nous, rien que des incapables. De pauvres incapables. Mais on a fait l’ÉNA. Vous savez là où on décerne le diplômes de DÉNI* : Docteur Émérite ès Nullité Incorrigible.

« Une petite bande d'imbéciles ! » il faudrait qu’ils nous la recopient, celle-là. Quand ont pense que le maître et l’âne ont eu des mots si martiaux pour dénoncer le dénommé Claude Sinké et derrière son acte isolé de malade toute une engeance honnie de gens qui font honte à la nationalité française qu’ils ont hérité de leurs parents, voire de plus lointains ancêtres, répugnante discrimination et comble de l’inégalité anti-citoyenne, cela va de soi.

Quant au silence de la presse devant cette macédoine de tartufferie à la saucisse de l’ÉNA, c’est comme si Goebbels ne s’était jamais suicidé - ce qu’il a fait quand il a compris que c’était fichu, sachant mieux que quiconque que personne ne pourrait jamais pardonner ses crimes contre l’esprit, et que son nom était tellement marqué d’infamie qu’il ne pouvait pas non plus infliger à ses enfants de lui survivre. Que tous les socialos - national-socialistes ou tout simplement crétinal-socialistes - exultent de joie : Goebbels est ressuscité, c’est la Pâques des socialos. « Une petite bande d'imbéciles » est à la fois leurs disciples et surtout leurs maîtres. Telle est la mystique du pouvoir royal, le roi est le premier serviteur du royaume. Eh bien au royaume des incapables, c’est pareil. Il faut dire que la monarchie procède d’un principe sacré.

 Le problème, de notre brillantissime Premier ministre, c’est que malgré ses ruses à la noix de l’ÉNA, il n’arrivera jamais à faire prendre aux gens à peu près normaux des suppositoires pour des œufs d’esturgeon. Et l’on s’étonne qu’il y ait des gilets jaunes, mais les gilets jaunes sont à Edouard Philippe et à Macron ce que la Manufacture royale des Gobelins était à Colbert et à Louis XIV. À Manu et Phiphi la façon, aux Français la facture. Et à « une petite bande d'imbéciles » la permission de saigner la France ou d’y mettre le feu tandis qu’échouent à une autre « bande d'imbéciles » les bulletins de vote qui permettent à une autre « petite bande d'imbéciles » - encore - d’encourager toutes les « bandes d'imbéciles » à poursuivre leurs... imbécillités.

« Une petite bande d'imbéciles », sans blague ! Quand on réécrira l’histoire de France, espérons qu’il ne sera pas question de dire que la Princesse de Lamballe périt au cours d’une rave partie qui avait mal tourné, ni que le 14 juin 1940 une petite bande de touristes allemands a absolument tenu à faire les Champs-Élysées sans prendre la peine de s’arrêter dans une seule boutique (les rustres!). La prochaine fois, vous verrez : il ne sera même plus question de « petite bande d'imbéciles », mais d’une (toute) petite bande... d’incivils. 


Comme dirait le sage Alphonse Karr : « Plus ça change, plus c’est la même chose. » Et Karr n’a même pas eu besoin d’ajouter : « vive le changement ! » tant il y a des choses que tout le monde est capable de comprendre à demi-mot.


Il y a, comme nous l’ont si bien rappelé  Alphonse Karr ou Ferdinand Lop, des changements qui coulent de source, manière de dire qu’ils s’imposent C’est du reste à partir de considérations analogues que Procter & Gamble fit, sur l’avenir de sa marque Pampers, un pari qui s’avéra gagnant.

https://www.ouest-france.fr/ile-de-france/edouard-philippe-denonce-une-une-petite-bande-d-imbeciles-apres-les-violences-urbaines-chanteloup-6594505

* Télécharger L'ENA l'école de l'ANE

.

Editorial de Franz-Olivier Giesbert (Le Point du 7 novembre 2019) - Extrait : 

Le spectacle insane donné par les banlieues contribue à hystériser une partie non négligeable des Français. Certes, c'est devenu une habitude: que voulez-vous, il faut bien que jeunesse passe et s'amuse. A intervalles réguliers, des émeutes de jeunes viennent donc ravager des quartiers de la périphérie. Pour un peu, on se croirait dans le Gotham de «Joker», film inspiré, superbe et prophétique où des insurgés portant des masques de clown cassent tout en rigolant. Vu d'en haut, à Paris, ce n'est rien de grave, une façon comme une autre de courir la prétentaine. Vu d'en bas, c'est différent.

«Quelle belle chose, la jeunesse! s'amusait le dramaturge George Bernard Shaw. Quel crime de la laisser gâcher par les jeunes!» Ce n'est pas un hasard si à Béziers, à Chanteloup-Ies-Vignes ou ailleurs, ce sont à des symboles de la République que les émeutiers se sont attaqués: la police, bien sûr, mais aussi les pompiers, l'éducation, la culture. Ici, c'est une école qui est incendiée. Là, un chapiteau où les élèves étaient initiés aux arts de la scène et du cirque. Dans le tout-Etat, la sidération a vite fait place à l'évitement. La France d'en haut n'écoute que son courage qui lui dit de toujours mettre un mouchoir sur les mauvaises nouvelles. Et ne parlons pas des profanations ou dégradations d'églises (877 l'an dernier), c'est péché.

Tels sont les effets du nihilisme et de l'épuisement des valeurs. Hormis Jean-Michel Blanquer et deux ou trois autres, personne, au sommet de l'Etat, n'a vraiment pris la mesure de ces tragédies locales à répétition qui vont encore creuser le fossé entre les «élites» et la France périphérique tout en poussant les feux, si j'ose dire, du Rassemblement national. Car ça roule pour lui. D'où le changement de pied d'Emmanuel Macron sur l'immigration, loin de ses positions passées, plus à l'écoute de l'opinion. Le lui reprocher est absurde, sinon criminel.

C'est pourtant ce que font tous «les idiots utiles» du RN, bien-pensants, islamo-gauchistes ou indigénistes, qui tentent depuis longtemps d'empêcher toute forme de débat sur l'immigration, dossier qui croule sous les tabous, les interdits, entretenant ainsi fantasmes et complotisme. Circulez, y a rien à voir, hurlent d'une même voix ces professionnels du terrorisme intellectuel (…) Cliquer ICI

Publié le 05/11/2019 14:24  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 3 pages suivantesSuivantFin
Rubriques

Comment survivre dans un environnement hostile

Actualités judiciaires

Derniers billets
Archives
05-2020 Juin 2020 07-2020
L M M J V S D
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
Vous êtes ici :   Accueil » Blog