Blog
Billets du 04/06/2020
Et si Jupiter devenait Hercule ?  -  par GillesBressiere

Et si Jupiter devenait Hercule?

Franz-Olivier Giesbert : son éditorial dans Le Point n°2493 du 4 juin 2020 :

Le quinquennat de M. Macron est-il déjà terminé? Il en a maintenant pour des mois à écoper, remblayer, rafistoler. Ce n'est pas une vie, surtout pour un président qui a fêté son élection en fanfare, au son de L'Hymne à la joie.

Si Jupiter veut laisser sa marque dans l'histoire de France, ce qui est encore loin d'être le cas, il n'a qu'une chose à faire: se métamorphoser en Hercule pour décoloniser les régions, redistribuer les pouvoirs, libérer les territoires.

Ridicules, les «élites» parisiennes deviennent les fourriers du populisme quand, pendant une grande partie de la crise sanitaire, elles traitent de la même façon l'Auvergne et l'Île-deFrance. Ou quand l'auguste président parisien du pompeux comité scientifique francilien, le professeur Delfraissy, prétend confiner les plus de 65 ans jusqu'à la fin de l'année, voire jusqu'à leur mort.

Au service de l'État ou de leur idéologie, les «désinformateurs», profession en pleine expansion, s'échinent à nous faire croire que, sur le coronavirus, la France s'en sort beaucoup mieux que les États-Unis de Donald Trump et le Brésil de Jair Bolsonaro. Ils oublient seulement, les farceurs, de rapporter le nombre de morts aux populations globales, ce qui change tout.

En matière d'efficacité sanitaire, nous avons été tout en bas du tableau, avec l'Italie, l'Espagne, la Belgique, la Grande-Bretagne. Une sorte d'antimodèle, malgré le dévouement et la compétence de notre personnel médical. Au lieu de continuer à pratiquer le déni, ce sport national, ne pourrait-on pas tirer les leçons du fiasco sanitaire, dynamiter le mammouth, tout décentraliser et régionaliser, à commencer par notre système de santé?

Avec le plus mauvais ministre de la Santé depuis des lustres, le populaire Olivier Véran, produit de ce système et ravi de la crèche qui déconseillait le port du masque il n'y a pas si longtemps, on ne va certes pas dans la bonne direction. Or, beaucoup des 30 000 morts français du coronavirus sont les victimes de notre organisation sanitaire centralisée, obsolète, caricaturale du tant décrié monde d'avant. Nous leur devons une réforme de fond qui passe par la régionalisation et la suppression de structures aussi superfétatoires que tentaculaires.

La crise sanitaire nous a permis de mesurer l'efficacité des régions, départements et collectivités territoriales, qui ont suppléé, à tous les niveaux, les monstrueuses défaillances de l'État, notamment pour les achats de masques. Depuis cinquante ans, des livres à succès comme La Société bloquée, de Michel Crozier, ou Le Mal français, d'Alain Peyrefitte, nous ont décrit une France nécrosée, arrêtée, suradministrée, sans que rien jamais ne changeât.

Si la France va mal, n'en déplaise aux «désinformateurs », c'est parce qu'elle vit, à travers le jacobinisme, sous une gouvernance à irresponsabilité illimitée. Par définition, le fonctionnaire parisien, loin du terrain, n'est pas responsable, encore moins coupable. Les échafauds sont déjà en cours de construction, mais la condamnation de quelques boucs émissaires politiques, au nom du principe de précaution, ne résoudra rien. C'est le système tout entier qu'il faut remettre en question.

Jusqu'à présent, sur les Gilets jaunes comme sur le Covid-19, le pouvoir a toujours eu au moins une quinzaine de jours de retard sur l'événement, et, apparemment, ce n'est pas près de s'arranger. Alors que la grande vague du coronavirus est passée sur la France, ceux qui nous gouvernent sont comme tétanisés, on dirait qu'ils n'ont toujours pas repris leurs esprits.

Ils ont une excuse: tous les problèmes sont devant eux, « en même temps », pour reprendre une formule chère à M. Macron. Mais il est temps qu'ils se réveillent. Gouverner, c'est prévoir, trancher, anticiper. Si l'on se réfère à nos voisins, notamment à l'Allemagne, qui s'en est mieux sortie que nous grâce à l'autonomie des Länder, il faut casser les pyramides et décentraliser les décisions. Le président se grandira en redistribuant les prérogatives de l'État. En se hâtant de débureaucratiser la santé, la société.
«La France est un pays extrêmement fertile, disait déjà Clemenceau. On y plante des fonctionnaires et il y pousse des impôts.» La crise sanitaire a révélé que nos sols sont épuisés. Même si les choses ne risquent pas de s'arranger, par les temps qui courent, nos 56 % de dépenses publiques par rapport à la richesse nationale - un record mondial- nous ont précipités dans une sorte de communisme mou, lequel se traduit par la tiers-mondisation de certains secteurs de la société.

Alors que l'État semble exsangue après avoir tout pompé, n'est-ce pas le moment de réfléchir à faire marche arrière?

Gilles Bressière : Tout est dit ! Qui entreprendra la réforme de notre Etat sur-administré et dont le système judiciaire est à repenser de fond en comble ? (Pas à re-panser... )

Publié le 04/06/2020 12:11  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Rubriques

Comment survivre dans un environnement hostile

Actualités judiciaires

Derniers billets
Archives
05-2020 Juin 2020 07-2020
L M M J V S D
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
Vous êtes ici :   Accueil » Blog