Blog - Actualités judiciaires

Nombre de membres 2 membres
Connectés : ( personne )
Snif !!!
 


Ces billets sont disponibles en format standard RSS pour publication sur votre site web:
http://horreur-judiciaire.info/enquete/data/fr-blog.xml

Actualités judiciaires

Un étrange ajout - pourquoi ne pas l'avoir dit tout de suite ?  -  par GillesBressiere

UN ETRANGE AJOUT – Pourquoi ne pas l’avoir dit tout de suite ?

Le 30 septembre 2018 : Réponse du Comité de lecture à une nouvelle et importante question (à la fin de ce billet).

Antoine (28 août 2018) : J’ai comparé le billet « La banalité du mal » que j’ai imprimé en septembre 2017 avec celui qui apparaît aujourd’hui je me suis aperçu qu’avait été ajouté : « Surtout faire croire au juge que la déclaration de travaux était bien incomplète car le descriptif que Denis Dejustys avait transmis à la justice ne pouvait pas avoir été reçu par l’administration puisqu’il n’y avait aucun tampon sur ses pièces ! (…) » et qu’ensuite le billet « Citoyens ou administrés (suite) » y faisait référence.

Réponse du Comité de lecture : En effet, tant que nous n’avions pas la preuve irréfutable que l’administration avait délibérément trompé la justice, nous ne pouvions faire figurer cet item. Grâce à l’avocate du premier prévenu (l’oncle de la femme de Denis Dejustys) nous avons cette preuve. Elle a envoyé un courrier à Denis Dejustys pour le remercier de son aide puis lui a confirmé que l’administration avait déclaré à l’instruction que l’absence de tampon dateur était synonyme de pièces non reçues (ce qui a bien été démenti par la suite par un constat d’huissier). Cette déclaration mensongère délibérée pour faire condamner quelqu’un constitue effectivement un délit d’escroquerie au jugement. De fait, en première instance le juge a ignoré, dans ses attendus, les pièces non tamponnées qui innocentaient le prévenu.  

En appel, quand le constat d’huissier a été présenté aux juges, soit un dossier complet sans cachet dateur (évidemment), ils avaient bien la preuve du grave délit d’escroquerie au jugement. Mais en ne sanctionnant pas les escrocs, la justice française s’en est fait de facto la complice. Ce n’est plus un simple déni de justice, c’est un monstrueux scandale !

Commentaire d'Antoine (9 septembre 2018) : Quand les représentants de l'Etat commettent des escroqueries en bandes organisées pour qu'une caste de privilégiés puisse en tirer profit, le terme le plus adéquat pour qualifier cet Etat est-ce cleptocratie ou bien escrocratie ?

Commentaire de ‘Réforme de la Justice’ (30 août 2018) :  
Le laxisme envers les délinquants, voire pire, la complicité avec eux, fait que la Justice française est une horreur. Cette effrayante politique pénale peut être comparée à un désastre industriel comme le fait Pierre Moscovici en parlant du quinquennat de François Hollande. Ci-dessus, quel triste exemple !
  « La France orange mécanique » édité par La Mécanique Générale (plus de 300 000 lecteurs) de Laurent Obertone, enquête sur un sujet tabou : l’ensauvagement de notre nation. Chaque jour en France : 640 violences sexuelles hors ménage, 1 670 violences physiques hors ménage, 2 000 domiciles cambriolés ou visités et 4 000 véhicules volés ou vandalisés. 
  Laurent Obertone conclut son livre par : « Nous n’avons pas besoin de loi d’exception. Simplement que la loi cesse d’être une exception.  Nous n’avons pas besoin d’incantations. Simplement que le réel soit pris en considération. »

Extrait du livre « La France orange mécanique » de Laurent Obertone 

Crimes.JPG

Commentaire d’Aurélie (30 août 2018) :  Est-ce que les bien-pensants qui ont imposé leur idéologie peuvent avoir une idée de la quantité de sang qu’ils ont sur les mains (femmes violées et assassinées par des multirécidivistes trop vite libérés) ? Et tant de victimes et de souffrances qui auraient pu être évitées si…

Angélisme , politique de l’excuse, ne pas stigmatiser, priorité à la réinsertion et non à la protection : l’enfer est pavé de bonnes intentions.

Commentaire de Roger (31 août 2018)CACAROCO

Au Brésil, dans les années 50, une rhinocéros femelle, nommée Cacaroco, a été élue au conseil municipal de Sao Paulo avec 100 000 voix.
En 1988, c’est un singe qui a fini troisième aux élections législatives avec 400 000 voix.

Arte - 28 minutes - du 30 août 2018.

Si Cacaroco limitait ma vitesse sur les routes à 100 km/h, comme en Allemagne (qui a 25 % d’accidents en moins qu’en France), pour me permettre de ne plus glander derrière des camions, limités à 80 km/h (qui se traînent dans les côtes), mais de pouvoir les dépasser en toute sécurité sans commettre d’infraction, je voterais Cacaroco.  
Si Cacaroco faisait appliquer toutes les lois qui protègent les citoyens, et qui sanctionnerait réellement les délinquants pour éviter bien des délits et des crimes commis par des multirécidivistes, je voterais Cacaroco.
Si Cacaroco faisait un choc de simplification comme Donald Trump, qui entre janvier et décembre 2017, a supprimé 45 000 pages du Code des réglementations, soit la moitié, je voterais Cacaroco.
Si Caracoro réduisait très substantiellement le train de vie de l’Etat pour alléger mes impôts et me redonner du pouvoir d’achat, je voterais Cacaroco.
Si Cacaroco arrêtait l’envahissement de notre pays par des migrants qui ne travaillent pas, qui ne cotisent pas pour ma retraite et qui coûtent au contribuable d’important frais d’hébergement et d’entretien dont l’AME (Un milliard d’euros, pour l’Aide Médicale d’Etat, afin de soigner les clandestins mieux que ne le permettent les mutuelles), comme je ne suis plus bien-pensant, je voterais Cacaroco. 

Pétition de Pierre Gouverneur (15 septembre 2018) : Cliquer

Aurélie (30 septembre 2008) : Par curiosité, quelles sont les termes de la preuve irréfutable apportée par l’avocate de l’oncle de la femme de Denis Dejustys ?

Le Comité de lecture : Extraits de la lettre de l’avocate du 10 février 2012 :

« Cher Monsieur,
Dans le dossier visé en marge, j'ai sollicité à plusieurs reprises la copie du dossier pénal.
Ne l'ayant toujours pas, j'ai consulté le dossier déposé auprès de la juridiction.

(…)
Sur le fond, une déclaration de travaux avait été déposée en 2007. Il ressort du dossier que des pièces complémentaires avaient été demandées et n'ont pas été fournies, et la demande a donc été rejetée.
Cependant, ces courriers, à ma connaissance, n'ont pas été adressés en RAR, dés lors nous serions en présence d'une non opposition tacite à une déclaration de travaux.
C'est sur ce fondement que semble s'être basé le Tribunal administratif dans son jugement d'octobre 2009 pour affirmer qu’il y avait une déclaration de travaux.

Seraient dés lors couverts par une autorisation:

. La correction des pentes du toit; . L'exécution d'un vide sanitaire; . La réfection des menuiseries ;. Les enduits extérieurs.

Les faits pour lesquels vous êtes poursuivis sont les suivants :

1. démolition d'une partie du bâtiment;
2. reconstruction sur une surface de 60 m2 ;
3. édifications de piliers de soutènement pour un auvent; 4. toiture;
5. auvent sur la terrasse;
6. fermetures des accès.

(…) » 

Or tous ces six points apparaissent clairement dans le descriptif de la déclaration de travaux déposée le 11 mai 2007 par la femme de Denis Dejustys et le constat d’huissier effectué à la mairie confirme que ces pièces (non tamponnées) ont bien été reçues.  Donc, avoir déposé devant la juridiction un dossier, en niant avoir reçu les pièces essentielles qui  pouvaient disculper le prévenu, constitue bien une escroquerie au jugement.

Publié le 30/08/2018 00:13   Tous les billets   Haut


Commentaires

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Rubriques

Comment survivre dans un environnement hostile

Actualités judiciaires

Derniers billets
Archives
11-2019 Décembre 2019 01-2020
L M M J V S D
            01
02 03 04 05 06 07 08
09 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
Vous êtes ici :   Accueil » Blog » Actualités judiciaires