Blog - Actualités judiciaires

Nombre de membres 2 membres
Connectés : ( personne )
Snif !!!
 


Ces billets sont disponibles en format standard RSS pour publication sur votre site web:
http://horreur-judiciaire.info/enquete/data/fr-blog.xml

Actualités judiciaires

Mais comment en sommes-nous arrivés là ?  -  par GillesBressiere

Mais comment en sommes-nous arrivés là ?  

Franz-Olivier Giesbert résume parfaitement le précédent billet "Les raisons de la colère...", avec ses sept contributions (dont cet appel diffusé sur le Net situé à la fin), dans son éditorial de l'hebdomadaire 'Le Point' n° 2413 du 29 novembre 2018, c'est pourquoi nous l'avons cité intégralement  :

Né en France avant la Révolution de 1789, le libéralisme mourra s'il ne se réforme pas rapide­ment. Il mourra d'avoir vaincu ou perdu, peu importe, mais, si nous restons les bras ballants, il sera bientôt englouti par une apocalypse électorale. Notre modèle est épuisé; notre bateau, ivre. Le phé­nomène n'a pas encore renversé les tables dans l'Hexa­gone, mais il progresse partout autour de nous. Malaisé à identifier, il porte toutes sortes de noms: populisme, descente aux enfers des classes populaires et moyennes, déclassement de la France périphérique, rejet du com­munautarisme, mépris de la pédantaille pour la piétaille.  

Epigones d'un grand mouvement mondial, les gilets jaunes pourraient être à la fois les élec­teurs de Donald Trump, de Matteo Salvini, de Vladimir Poutine, du Brésilien Bolsonaro, des Espagnols de Po­demos. Idéologiquement, c'est la Fête à Neuneu, avec pour marqueurs le nationalisme, le dégagisme «an­tisystème», des pulsions d'extrême droite, d'extrême gauche, d'extrême centre.  

Etait-il bien malin d'opposer à cette colère une espèce de mépris de classe comme le fait M. Macron, avant son heureux revirement de mardi dernier? En caricaturant à peine, le message du pré­sident aux Français en jaune aura été jusque-là qu'il sa­vait où il les menait et qu'ils n'avaient qu'à le suivre les yeux fermés, la bouche close: ces péquenauds n'étaient pas assez malins pour comprendre. Apparemment, il ignorait encore que le centralisme et le dédain sont les deux mamelles des révolutions françaises. Maintenant, il en a une, encore petite, sur le dos. Par pitié, qu'il ne la sous-estime pas! M. Macron a-t-il été frappé du syndrome Marie­-Antoinette, cette grande reine qui vécut hors sol avant une fin sublime et sulpicienne, jusque sur l'échafaud? Sans doute a-t-il d'abord joué le pourrissement, la confis­cation des manifestations par les casseurs. En atten­dant, hallucinante aura été l'incapacité du président et des siens à saisir ce qui se passait dans les têtes des gilets jaunes, incarnations du mal de vivre de ceux qu'on appelle les «gens ordinaires» et qui ont peur pour leur avenir, leurs valeurs, leur mode de vie.

Supermodernes contre ploucs arriérés, «bobos bio» contre ces «beaufs pollueurs». Les ministres de M. Macron voudraient creuser davan­tage la fracture entre la France des grandes métropoles et celle des bourgs de province qu'ils ne s'y prendraient pas autrement, tant ils ont eu l'insulte lourde au cours des derniers jours. M. Castaner est obsédé par l'ultra­droite ou le lepénisme alors que, parmi les casseurs, l'ultragauche était en force et que dans les cortèges dé­filaient les chefs de La France insoumise; M. Darmanin ose sans vergogne l'expression «peste brune»; M. Griveaux se gausse de Laurent Wauquiez, candidat «des gars qui roulent au diesel». Les farceurs! Quant à M. Macron, il plaisante quand il renvoie les Français à l'écologie, qui n'a pas grand-chose à voir dans cette affaire: les taxes sur le carburant servent moins à la transition énergé­tique qu'au renflouement du budget de l'Etat!  

La vague des gilets jaunes n'est pas le résultat inopiné des hausses de taxes sur les carburants. Elle monte depuis des années, annoncée par des lanceurs d'alerte dont les moindres ne sont pas le philosophe anarcho-conservateur Jean-Claude Michéa et un géo­graphe qui, comme lui, est la bête noire des bien-pensants: Christophe Guilluy. Tous les deux viennent de la gauche et nous donnent les moyens de comprendre la révolu­tion en cours, sur fond de frustrations, de ressentiment.  

Talentueux et jubilatoire, Jean-Claude Michéa dézingue à tout-va, adore citer Marx, reproche à la gauche de n'être plus la gauche et déconstruit avec la même alacrité le libéralisme que le socialisme réformé, coupable à ses yeux d'avoir abandonné les classes popu­laires, qui, aujourd'hui, sont à prendre. Dans un livre paru l'an dernier, «Notre ennemi, le capital» (1), il pro­phétisait: «La fin des jours tranquilles a déjà commencé.» Il a récidivé cette année avec «Le loup dans la bergerie».  

Visionnaire rigoureux, Christophe Guilluy observe de livre en livre les fractures qui se creusent dans la société française. Il y a cinq ans, alors que les médias étaient obnubilés par les banlieues, il prédisait l'irruption d'une révolte à l'écart des métropoles, dans ce qu'il appelle « la France périphérique », expression qui, bien sûr, recouvre des réalités différentes. Son dernier livre, «No society», titre qui reprend la célèbre formule de Margaret Thatcher, se termine comme une spéciale dédicace à M. Macron: «Sans repère culturel ou politique, sans attache territoriale, le monde d'en haut est dans l'impasse, perdu (...). Au XXIe siècle, les classes dominantes et supérieures occidentales doivent enfin apprendre à vivre ensemble avec leur peuple. Il en va de la survie des sociétés occidentales; il en va de leur propre existence.»

(1) Tous les livres cités de jean-Claude Michéa et de Christophe Guilluy sont parus aux éditions Flammarion.

Nicolas Baverez ajoute dans le même hebdomadaire ‘Le Point’ :
L’écologie n’est qu’un prétexte qui permet de taxer plus pour dépenser plus.
L’écologie doit être repensée en termes de bien-être et de sécurité pour les citoyens au lieu d’être conçue comme le vecteur d’un nouvel arsenal de règlements et d’impôts au seul service d’un Etat irresponsable et aux abois.

.

Pétition lancée par Annick (1er décembre 2018) : 

"Madame, Monsieur,
 
C’est très grave.
 
Aujourd’hui, en France, un individu condamné à plusieurs reprises pour de multiples infractions, peut échapper à la prison et ne jamais payer les conséquences de ses crimes…
 
A l’heure actuelle, pour qu’un individu soit placé en détention, il faut qu’il ait commis plusieurs fois la même infraction…
 
Autrement dit : il peut avoir été condamné 10 fois pour de multiples délits, et bénéficier quand même d’un aménagement de peine, qui lui évitera de passer par la case « prison ».
 
C’est inadmissible ! Nous ne pouvons plus accepter que les failles de la justice profitent aux récidivistes…
 
Mais aujourd’hui, nous pouvons agir pour arrêter ça : dans le cadre de la discussion du projet de loi Justice, des députés courageux ont déposé deux amendements qui exigent qu’un individu condamné à trois reprises à de la prison ferme, soit réellement emprisonné.
 
C’est le seul moyen d’éviter que des individus incarcérés et reconnus comme dangereux soient remis en liberté sans tenir compte du risque qu’ils récidivent…
"

Mais comment en sommes-nous arrivés là ?

L'Europe en panne (hebdomadaire 'Challenges' N°587 du 22 novembre 2018) :

PIB.jpg

En dix ans, de 2008 à 2018, les Etats-Unis et la Chine ont bénéficié d'une remarquable croissance tandis que l'Europe a végété. Mais comment en sommes-nous arrivés là ? Quand les Américains trouvent une bonne idée ils l'exploitent, leur administration les favorise et les banques les aident à la développer. Les Chinois s'emparent de la bonne idée et la copient à moindre coût. Les Européens, suradministrés, réglementent... quant aux entrepreneurs français, ils tentent de faire la course chaussés avec des semelles de plomb : 400 000 normes à respecter dont certaines sont totalement kafkaiennes... tracasseries administratives, fiscalité dissuasive et banques frileuses...

Dans le même numéro de l'hebdomadaire 'Challenges' Alain Dinin, PDG de Nexity, le "gilet jaune" du logement a publié une lettre ouverte au gouvernement. Le patron du premier promoteur de France dénonce la prolifération des lois et la fiscalité, responsables de la baisse de la construction de logements neufs : "En 2017 on a construit 420 000 logements neufs, on en produira 360 000 en 2018, et en 2019, seulement 340 000. Vous verrez qu'en 2021-2022, on sera à moins de 300 000, alors qu'on devrait en faire 400 000 juste pour absorber l'évolution démographique. Si le gouvernement ne comprend pas cela, il méritera ce qu'il va arriver..."

.

Et si le bon sens finissait par l'emporter ? Après la menace du sénat de réduire considérablement l'efficacité de la police, au motif soi-disant de mieux 'équilibrer' le poids de la défense (alors que les policiers font une enquête à charge et à décharge pour rechercher les manifestations de la vérité et que les avocats cherchent uniquement l'exonération des responsabilités de leurs clients), il semble que l'horizon s'éclaircisse pour les forces de l'ordre avec le prochain vote à la chambre des députés : cliquer ici

C'est peut-être de bon augure. Si le gouvernement prend aussi en compte, avec honnêteté, les réalités réelles qui crucifient les 'gilets jaunes' et n'essaie plus de faire croire que la France peut sauver le Monde uniquement en maltraitant les Français et leur pouvoir d'achat. L'horizon pourrait s'éclaircir de même, et le climat social s'apaiser. 

Pourquoi ne pas tenir cette promesse électorale de réduire le train de vie de l'Etat ? Montrer l'exemple, comme Napoléon au pont d'Arcole, pour inciter les troupes à aller au combat c'est à dire accepter un sacrifice. Cerise sur le gâteau : réaliser enfin, pour de bon, un choc de simplification (alléger, par une réduction massive, ces lois profuses et ces règlements pléthoriques qui plombent l'économie par trop de tracasseries administratives).

La tectonique des plaques, que constatent les géologues, fait qu'avec la dérive des continents, quand les contraintes atteignent un certain seuil ça déclenche un tremblement de terre... nos politologues devraient méditer ça... quand les contraintes accumulées atteignent le seuil de rupture...

.

.

Tankers.jpg

Publié le 29/11/2018 13:21   Tous les billets   Haut


Commentaires

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Rubriques

Comment survivre dans un environnement hostile

Actualités judiciaires

Derniers billets
Archives
11-2019 Décembre 2019 01-2020
L M M J V S D
            01
02 03 04 05 06 07 08
09 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
Vous êtes ici :   Accueil » Blog » Actualités judiciaires