Blog - Comment survivre dans un environnement hostile

Nombre de membres 2 membres
Connectés : ( personne )
Snif !!!
 


Ces billets sont disponibles en format standard RSS pour publication sur votre site web:
http://horreur-judiciaire.info/enquete/data/fr-blog.xml

Comment survivre dans un environnement hostile

Système et Antisystème  -  par reformedelajustice

Système et Antisystème    

Ce billet a été mis à jour le 26 décembre 2018 avec, à la fin, la dénonciation de notre système éducatif par Claire Pollin Présidente de SOS Education.

  Le mouvement spontané des gilets jaunes apparaît comme la réaction des 60% de gens ne vivant pas en « métropole » face au parisianisme anti-voitures. On contraint d’abord ces usagers à rouler à 80 km/h sur les routes à deux voies, on leur augmente le coût et les exigences des contrôles techniques, on s’attaque prioritairement à leurs voitures diesel qui constituent la majorité du parc français et enfin la taxe de six centimes sur le carburant semble la goutte qui a fait déborder le vase, d’autant que les prélèvements fiscaux ont beaucoup augmenté au cours des deux précédents quinquennats.

   Grâce à Internet et aux réseaux sociaux les gens sont de mieux en mieux informés et ne supportent plus qu’on les méprise comme des enfants ignares. Statistiquement un visiteur sur un site ou un blog génère cinq personnes informées si l’information est positive, et environ quinze personnes si elle est péjorative. Les nombreux internautes et leurs proches savent donc que la France ce n’est que 0,9 % des émissions  mondiales des gaz à effet de serre ; alors que les Etats-Unis plus la Chine plus l’Inde c’est 66%, et que cette énorme pollution provient d’états peu scrupuleux pour qui seules comptent la croissance et le développement. « L’Amérique d’abord ! ».

   Par ailleurs tout a été fait en France pour exaspérer la population : la concomitante de la suppression de l’ISF avec la taxation supplémentaire des retraités, l’affaire Benalla, la piscine du Fort de Brégançon, le changement dispendieux de la vaisselle et de la moquette de l’Elysée plus l’installation de Madame Brigitte Macron dans les lieux, pour un coût annuel exorbitant : ce sont de très mauvais signaux adressés à des gens aux fins de mois difficiles qui doivent supporter de plus en plus de contraintes, de règles, de normes, de taxes, etc.

    L’extrême violence des casseurs lors des manifestations des gilets jaunes c’est la forme ultime d’un ras-le-bol qui les a conduit à se proclamer « antisystèmes » radicaux. Habituellement les protestataires s’égaillent démocratiquement dans l’abstention ou les partis dits populistes comme « Les Insoumis » de Jean-Luc Mélenchon… sans faire trop de vagues.

  Comment les « antisystèmes » perçoivent le « Système » ? Le « Système », pour eux, c’est d’une part, une oligarchie de privilégiés au-dessus des lois (qui bénéficient de dérogations systématiques y compris pour leurs impôts, qu'ils peuvent de surcroît négocier quand ils ont fraudé le fisc) et, d’autre part, un peuple soumis à l’oppression d’une technocratie contraignante et tatillonne et d’une pression fiscale impitoyable et excessive. L’exemple choisi par Gilles Bressière dans la première partie de son essai : « L’horreur judiciaire – Au nom du peuple français » est un choix pertinent parce qu’il accumule tout ce que les « antisystèmes » rejettent. Que peuvent penser ceux qui savent que des promoteurs immobiliers peuvent déroger à la Loi Littoral et au PLU en vigueur, en obtenant des permis de construire, avec l’accord de l’administration, pour édifier d’importantes constructions en bord de mer, alors que des familles modestes se voient, elles, spoliées de leurs droits, même en zones constructibles, si leur projet se heurte, à leur insu, à la convoitise de puissants intérêts financiers ? Quelle peut être l’opinion générale qui se forge quand les administrés découvrent que tous les coups sont permis pour les hauts fonctionnaires qui sont à la manœuvre pour aider leurs riches protégés ? Ces notables qui n’hésitent pas à faire appel à la Justice pour faire condamner un innocent après avoir falsifié les faits pour faire croire aux magistrats que le dossier était incomplet ou que l’engagement des travaux a eu lieu après la promulgation des nouvelles règles d’urbanisme ou en multipliant fictivement par plus de quatre la modeste surface qui a été réellement agrandie, etc. Qu’en pense l’opinion publique ? Surtout si ces falsifications ou ces rétroactivités ont été, en réalité, toutes additionnées ?   La contribution intitulée « Rumeur », dans ce blog, des « Fouineurs Ailés » interpelle-t-elle les lecteurs sur ces pratiques administratives qui semblent être légions dans le « Système » ? Sont-ils nombreux à être scandalisés ? Combien sont-ils à penser que ce fonctionnement est effectivement scandaleux et qu’il fait partie de l’ADN du « Système » ?  

  Certains de ceux qui ont été victimes de ces malversations administratives ou qui en ont été les témoins pour des proches ou des connaissances, doivent-ils se laisser aller à leur violente colère ? Ou bien faire comme nous, qui préférons espérer que notre démocratie puisse évoluer vers plus de justice sous la pression réitérée d’hommes de bonne volonté ? Pour un meilleur projet de société, va-t-on à l’avenir enfin s’appuyer sur ces ouvrages qui sont cités dans l’essai de Gilles Bressière : « Faire » écrit par un ancien Premier Ministre, « L’Etat-voyou » rédigé par deux journalistes, etc. auxquels nous pourrions ajouter « Révolution » d’un certain Emmanuel Macron quand il parle des injustices et qu’il souhaite œuvrer pour plus de justice, au vrai bonheur des Français.

  Ce qui semble avoir surpris les médias et le gouvernement c’est bien l’ampleur de la contestation. Les informations ou les pétitions qui circulent sur le Net ont eu probablement plus d’impact que ce que subodoraient nos dirigeants. La foule en colère est peut-être globalement bête mais beaucoup de ceux qui la composent ne le sont pas, ils communiquent entre eux avec un bon sens pertinent et la langue de bois des politiciens n’imprime plus sur eux.

.

Michel Onfray, lucide, étudie le phénomène et voudrait éviter les dérives habituelles : Cliquer ICI

Mauvais signaux (suite) : Cliquer

Gilles Bressière relève toutefois un bon signal (11 décembre 2018) : cliquer Ici

.

Emmanuel Macron : "...Ca coûte un pognon de dingue..." De quoi parlait-il ?

Quelques questions que l'on peut se poser !
- Pourquoi un député au bout de seulement cinq ans de cotisation retraite touche une retraite moyenne de 1 500 €/mois alors qu'un employé pour 42 années de cotisation touchera 896 euros en moyenne ?
- Pourquoi, au bout de deux mandats de six ans chacun, un sénateur peut-il toucher plus de 3 700 € par mois de retraite ?
- Pourquoi la retraite des élus n'est-elle pas prise en compte dans l'écrêtement (8 200 €) des indemnités d'élus.
- Pourquoi une cotisation retraite d'élu rapporte-t-elle en moyenne 6,50 € pour un euro cotisé pendant vingt ans alors qu'un salarié du régime général touche entre 0,87 et 1,57 € pour un euro cotisé pendant quarante-deux ans ?
- Pourquoi un élu peut-il cumuler ses différentes retraites (jusqu'à 5 retraites) ?
- Pourquoi un élu peut-il travailler en touchant sa (ses) retraite(s) d'élu complète(s) sans plafond de montant alors que le citoyen lambda ne peut le faire sans dépasser la valeur de son dernier salaire ?
- Pourquoi les élus ont-ils une retraite par capitalisation et 'interdisent-ils résolument aux « autres » qui n'ont droit qu'à une retraite par répartition ?
- Pourquoi les cotisations retraite des élus peuvent-elles être abondées par les collectivités, ce qui permet à un parlementaire de toucher sa retraite à taux plein avec moins d'annuités de cotisation ?
- Pourquoi une partie de la pension de retraite des parlementaires est-elle insaisissable (même en cas de fraude ou d'amende) ?
- Pourquoi un agent public qui voudrait se présenter à une élection législative ne devrait-il pas démissionner de la fonction publique ? Un salarié le doit, lui, s'il veut travailler ailleurs !
- Pourquoi deux ans d'allocations chômage pour un salarié lambda du régime général et cinq ans pour les députés ? Ceux-ci ont-ils plus de mal à retrouver un travail ?
- Pourquoi les députés qui ne se représentent pas peuvent-ils toucher l'allocation différentielle et dégressive de retour à l'emploi? Un salarié qui démissionne n'a, lui, droit à rien !
- Pourquoi faut-il avoir un casier judiciaire vierge pour entrer dans certaines professions et que ce n'est pas le cas pour être élu
- Pourquoi la fraude dans la déclaration de patrimoine d'un élu ne vaut-elle pas la prison mais seulement 30 000 € d'amende alors que la simple fraude d'un citoyen pour faux et usage de faux d'un document délivré par l'Administration est punissable de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 € d'amende ?
- Pourquoi un parlementaire (député ou sénateur) touche-t-il une IRFM (indemnité représentative de frais de mandat) de 5 770 € par mois pour un député et de 6 200 € par mois pour un sénateur, dont l'usage n'est pas contrôlable et pour lequel il n'a de compte à rendre à personne ?
- Pourquoi, durant son mandat, un élu peut-il s'acheter un bien qu'il nomme souvent « permanence », 
le payer à crédit avec l'IRFM, qui est de l'argent public, et le garder ou le vendre pour son bénéfice personnel ?
- Pourquoi les parlementaires cumulards peuvent-ils toucher plusieurs enveloppes de frais de représentation (frais en tant que président d'agglomération, frais en tant que maire, IRFM en tant que député...) ?
- Pourquoi les restaurants trois étoiles (cinq étoiles ?) de l'Assemblée nationale et du Sénat coûtent-ils si peu cher à l'élu ?
- Pourquoi un élu à revenu égal de celui d'un salarié paye-t-il moins d'impôt sur le revenu ?
- Pourquoi parle-t-on toujours de réduire le nombre de fonctionnaires mais jamais celui des parlementaires ?
- Pourquoi les sénateurs se sont-ils versé en 2011, au titre d'un « rattrapage exceptionnel », une prime de 3 531,61 € avant les congés d'été... ?
- Pourquoi aucun chiffre n'existe sur la présence ou non des sénateurs lors des séances au Sénat ??
- Pourquoi la pension de réversion d'un élu décédé est-elle de 66 % sans condition de ressources du survivant alors que celle d'un salarié du privé est de 54 % sous condition de ressources du survivant (aucune réversion au-dessus de 19 614,40 brut annuel !
- Pourquoi la retraite d'un élu est-elle garantie et connue d'avance alors qu'un salarié du régime général n'est sûr de rien ?
- Pourquoi un député peut-il cumuler plusieurs « réserves parlementaires » sans que cela se sache officiellement ?
- Pourquoi l'indemnité de fonction d'un député et son IRFM ne sont-elles pas imposables ?
- Pourquoi un député a-t-il droit au remboursement de frais de taxis parisiens (alors qu'il touche l'IRFM pour ça) ?
- Pourquoi un ancien sénateur ou un ancien député ont-ils droit à la gratuité à vie en première classe SNCF ?
- Pourquoi un ancien sénateur et son conjoint ont-ils le droit du remboursement de la moitié de 12 vols Air France par an et à vie ?
- Pourquoi un sénateur peut-il emprunter jusqu'à 150 000 € à un taux préférentiel ?
- Pourquoi les anciens ministres, leurs conjoints et leurs enfants ont-ils droit à la gratuité à vie des vols Air France et à la gratuité à vie des transports sur le réseau SNCF ?
- Pourquoi y a-t-il dans le service des fraudes un service spécial pour les élus ?
- Pourquoi une fraude d'élu est-elle différente des autres pour bénéficier d'un traitement de faveur ?
- Pourquoi un élu condamné définitivement ne rembourse-t-il pas les frais d'avocat dépensés pour lui par la collectivité ?

Anonyme. Ces informations sont abondamment diffusées sur le Net (ça pourrait malheureusement nourrir le malaise des gilets jaunes).

Commentaire d'Antoine (12 décembre 2018) : "Toutes ces informations qui circulent sur le Net concernant le train de vie de l'Etat, les salaires des hauts fonctionnaires, etc. c'est du pain béni pour les antisystèmes qui pensent que la France est dirigée par une oligarchie mafieuse qui a bien compris ce qui lui est reproché mais qui s'arc-boute sur ses privilèges en essayant de détourner l'attention des administrés par des mesures cosmétiques."

.

Commentaire de Réforme de la justice (12 décembre 2018) : 29 ans, 27 condamnations et un massacre... Nos députés sont-ils soucieux de notre sécurité ? Encore un mauvais signal (cf. la pétition ci-dessous qui circule sur le Net) :

"Madame, Monsieur,

Il y a quelques jours, un amendement aurait pu mettre fin à une faille judiciaire gigantesque qui laisse des individus récidivistes en liberté, alors qu’ils ont été condamnés à de la prison ferme à plusieurs reprises…

Cet amendement, déposé dans le cadre de la réforme de la Justice qui est actuellement examinée par les Parlementaires, exigeait qu’un individu condamné à trois reprises à de la prison, soit réellement incarcéré, afin de protéger la population face aux criminels récidivistes les plus dangereux, et d’éviter que des drames se produisent…

Cette mesure était une véritable bouffée d’espoir pour les nombreuses familles de victimes de criminels récidivistes…

Et pourtant, les députés ont voté contre cet amendement…

Oui vous avez bien lu : alors qu’ils sont censés défendre et protéger les citoyens, les parlementaires ont littéralement balayé d’un revers de main cette mesure de justice et de bon sens, qui aurait permis d’en finir avec l’impunité des plus dangereux délinquants… et d’épargner des innocents.

C’est insupportable !madmadmad 

.

Commentaire de Benoît sur la justice des riches (par Monique Pinçon-Charlot) (14 décembre 2018) : cliquer Ici

Bercy bien ! : Information qui circule sur le Net (22 décembre 2018) : cliquer  

Commentaire d'Antoine (22 décembre 2018) : Le consentement à l'impôt serait plus facile à obtenir si l'argent du contribuable était mieux dépensé. La suggestion de Gilles Bressières de former des 'Commissions éthiques', avec des jurés tirés au sort à partir des listes électorales, pourraient s'appliquer aussi au contrôle par les citoyens du fonctionnement des hauts fonctionnaires dont les abus seraient enfin sanctionnés.

Le coup de gueule d'Etienne Chouard (22 décembre 2018) : cliquer Ici

Encore un bon exemple qui circule sur le net (23 décembre 2018) :

 "Madame Grabar-Kitarovic, la femme présidente de la Croatie ne cesse de s'afficher en première fan de son équipe nationale de football.

 Beaucoup l'ont découverte à la finale de la coupe du monde 2018 à Moscou, le 15 juillet dernier. 

 Elue présidente de Croatie en 2015, elle a, en seulement 3 ans, GAGNE  LE RESPECT du monde entier ..........  

 1. A vendu l'avion présidentiel.
 2. A vendu les 35 Mercedes Benz qui étaient attribuées aux ministres et autres fonctionnaires et a restitué l'argent aux caisses de l'état.
 3. A baissé son salaire et celui des ministres de moitié.
 4. Les dépenses et le salaire des ambassadeurs et des consuls ont baissé à 60 %.
 5. A augmenté le salaire minimum pour le secteur privé.
 6. A éliminé la retraite pour les sénateurs et les membres du congrès.
 7. Elle parle 7 langues, a une profession et vit la vie de tous les jours comme une citoyenne de plus...

 Il nous faudrait LA MEME  pour notre Pays, la France !  alors ce serait bien que cette information soit  TRANSFEREE au maximum, et parvienne à tous nos politiciens, ministres, sénateurs, hauts fonctionnaires, ..... et le président aussi, SURTOUT  !    Et s'il savait que beaucoup de Français sont bien au courant de cet exemple, il se sentirait OBLIGE de faire ENFIN des réformes comparables..."

Dénonciation de notre système éducatif par Claire Pollin Présidente de SOS Education (26 décembre 2018) : Cliquer Ici

Publié le 09/12/2018 14:07   Tous les billets   Haut


Commentaires

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Rubriques

Comment survivre dans un environnement hostile

Actualités judiciaires

Derniers billets
Archives
11-2019 Décembre 2019 01-2020
L M M J V S D
            01
02 03 04 05 06 07 08
09 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
Vous êtes ici :   Accueil » Blog » Comment survivre dans un environnement hostile