Blog - Comment survivre dans un environnement hostile

Nombre de membres 2 membres
Connectés : ( personne )
Snif !!!
 


Ces billets sont disponibles en format standard RSS pour publication sur votre site web:
http://horreur-judiciaire.info/enquete/data/fr-blog.xml

Comment survivre dans un environnement hostile

Trois réformes urgentes  -  par GillesBressiere

Trois réformes urgentes

  S’il est urgent d’alléger la pression administrative pour libérer la créativité et pour améliorer la productivité...

Franz-Olivier Giesbert (Le Point 2579 du 13 janvier 2022) : «La tiers-mondialisation de notre système hospitalier en dit long sur l'état de notre économie. Alors que nous sommes, avec l'Allemagne, le pays qui dépense le plus pour sa santé, nous manquons de tout, de personnel comme de lits de réanimation : tout l'argent déversé se perd dans les méandres d'une administration toute-puissante qui vit sous le régime de la société à responsabilité illimitée. Tels sont les effets de notre "communisme mou".»

  S’il faut aussi, rapidement, réformer l’institution judiciaire qui est à la ramasse avec ses délais bien trop longs et qui, bien trop souvent, débouchent sur des décisions idéologiques ubuesques qui favorisent l’explosion de la délinquance... (cf. ci-dessous 'Les Dalton se pavanent' l'éditorial de Franz-Olivier Giesbert - Le Point 2577 du 30 décembre 2021)

  Il est impératif de réformer l’Education Nationale avec une école publique où il soit possible de choisir entre deux formes d’enseignement : 

- Conserver des établissements publics utilisant le mode laxiste actuel avec peu ou pas de sanctions disciplinaires et restant inféodés aux contraintes des fondamentalistes religieux, des adeptes du «wokisme», de l’écriture inclusive, de l'idéologie transgenre, etc. (Il ne faut mécontenter personne).

Et tant pis pour le classement Pisa.

- Juxtaposer des établissements publics utilisant le fonctionnement éducatif qui a précédé la «révolution» de 1968.  Une éducation respectant une laïcité intransigeante et imperméable à la «cancel culture». Ce qui exige aussi de remettre au goût du jour cette ancienne forme de discipline scolaire qui privilégiait la concentration favorisant l’apprentissage : avec des classes studieuses, strictement respectueuses des enseignants (aucune insolence ou agression impunie) et attentives aux élèves (pas de harcèlement toléré). (Il suffit de convertir une partie du parc existant en établissements d'excellence).

L’inscription dans ces établissements d'excellence exigera un engagement par écrit par les élèves et leurs parents de se conformer aux règles inscrites dans une charte spécifique.

Sinon, si l’Education Nationale continue dans ses travers, sans offrir la possibilité de choisir un enseignement de qualité (cela tout en continuant de pouvoir permettre aux obscurantistes d’opter pour le laxisme actuel), les écoles privées continueront de foisonner (cf. la pétition ci-dessous).

Pétition qui circule sur le Net :

« Chère Madame, cher Monsieur,

Savez-vous qu’entre 800 000 et un million d’enfants sont harcelés ou cyber-harcelés chaque année ? Cela représente 6 à 10% des élèves ! Les effectifs des classes sont trop importants, il y a trop de chahut, l’autorité de l’enseignant n’est plus toujours respectée… 

Malgré la prise de conscience de l’ampleur du phénomène de harcèlement physique ou sur Internet, le système scolaire actuel peine à mettre en place des mesures efficaces pour l’endiguer. 

Pour les parents, le bilan est amer mais pas désespéré. Ce système scolaire défaillant n’est pas une fatalité. Il existe une solution alternative portée par des familles, des enseignants, des pédagogues, des personnes attachées au bien commun qui veulent donner à tous les enfants une éducation de qualité : l’école indépendante. 

Ces écoles alternatives privilégient un meilleur suivi des enfants, des classes plus petites, une plus grande proximité entre enseignant et élèves qui sont autant de moyens pour repérer et prévenir le harcèlement. 

Un seul objectif pour ces établissements : répondre aux besoins éducatifs de chaque enfant et l’accompagner dans son développement.

Ces écoles indépendantes font face à de nombreux défis d’ordre financier, administratif, juridique et ont besoin du soutien de tous pour exister. 

Je vous invite à lire et à signer notre manifeste pour le développement des écoles alternatives, une vraie solution contre le harcèlement et l’échec scolaire !

Je vous remercie de l’intérêt que vous portez à l’éducation de nos enfants. »

Hervé Rolland - Président de la Fondation pour l'école

Commentaire d'Aurélie (25 décembre 2021) : Tous les problèmes de l'école : des sujets historiques ou scientifiques devenus tabous, du chahut en classe, des agressions verbales et physiques, des élèves qui arrivent dans le secondaire sans savoir lire, etc. n'ont jamais pu être résolus par la bien-pensance idéologique (imposée par une minorité agissante), adepte du "surtout pas de vagues", "cachons ces dysfonctionnements que l'on ne saurait voir", "il ne faut pas stigmatiser", etc. Alors, instaurer deux sortes d'écoles publiques pour satisfaire tout le monde, pourquoi pas ? 

Pétition lancée sur le Net par Sophie Audugé déléguée générale de SOS Éducation (30 décembre 2021) :

Chère amie, Cher ami,

Les lobbies transactivistes ont infiltré l’École et menacent la santé physique et mentale des élèves.

Ils ont réussi le tour de force de faire publier par le ministre de l’Éducation nationale une circulaire qui prend fait et cause pour la théorie du genre ressenti.

Cette circulaire est une violation sans précédent du sanctuaire que devrait être l’École de la République, impénétrable aux idéologies, aux croyances, aux politiques.

Il est scandaleux que le ministre ouvre la porte de l’institution scolaire à l’idéologie d’un genre ressenti qui supplante le fait biologique du sexe naturel. Il soumet les jeunes générations aux influences des lobbies communautaires qui cherchent à les convertir.

Les victimes en seront évidemment nos enfants, sensibles aux arguments d’un « bonheur garanti », à un moment de leur vie où le bouleversement identitaire de la puberté remet en cause parfois durement l’image qu’ils ont d’eux-mêmes, et celle que leur renvoient les réseaux sociaux et plus largement la société.

Les systèmes d’influence auxquels sont soumis les jeunes aujourd'hui sont d’une puissance effarante, à tel point qu’il est de plus en plus difficile d’en appeler à la raison et aux faits scientifiques.

La situation du changement de genre chez les enfants est pourtant désormais connue :

Les pays qui ont pratiqué la transition de genre chez les enfants font machine arrière.
De nombreux jeunes sous influence qui ont transitionné sont des « regretteurs » dont la vie est brisée.
Les traitements pédiatriques de changement de sexe sont expérimentaux et n’ont pas été approuvés pour une utilisation sur les enfants.
Les données disponibles conduisent à une conclusion : LA PRUDENCE !!!

C’est pourquoi Jean-Michel Blanquer doit retirer sa circulaire immédiatement.

Ne laissons pas nos enfants être les cibles des mouvements idéologiques qui veulent imposer une vision transhumaniste de notre société.

Il faut à tout prix faire annuler cette circulaire et prendre en compte la souffrance véritable de ces enfants qui ont besoin d’une aide appropriée, mais pas nécessairement de changer de sexe !

Et surtout il est urgent de s’attaquer aux vrais problèmes : les désastres des réseaux sociaux et du cyberharcèlement sur la santé mentale de nos enfants.

C’est pourquoi SOS Éducation lance aujourd’hui une pétition contre cette circulaire

Soyons clairs, par des techniques semblables à celle des sectes, les transactivistes font croire aux enfants qu’ils peuvent changer de sexe d’un coup de baguette magique avec à la clé le bonheur garanti.

Mais la réalité du processus de la « transition de genre » est bien différente :

Corps mutilés...
Puberté interrompue...
Traitements dangereux...
Médicaments à vie...
Infertilité...
Développement altéré du cerveau...
Dépression...
Regrets...
... La liste est encore longue.

Allez-vous laisser cette idéologie s’installer dans l’École ?
Qui portera la responsabilité de la création de filles à barbe, mutilées ?
Signez la pétition et transférez cet email.

Priorité à l'Éducation !

Sophie Audugé,
Déléguée Générale de SOS Éducation

Les Dalton se pavanent

Quand on vous dit qu'il y a urgence à réformer une justice qui est à la ramasse avec ses trop nombreuses décisions ubuesques (prônant l'inversion des valeurs) qui font exploser la délinquance :

Dalton_30-12-21.jpg

Publié le 24/12/2021 15:20   Tous les billets   Haut


Commentaires

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Rubriques

Comment survivre dans un environnement hostile

Actualités judiciaires

Derniers billets
Derniers commentaires
Archives
07-2022 Août 2022 09-2022
L M M J V S D
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
Vous êtes ici :   Accueil » Blog » Comment survivre dans un environnement hostile